/sports/football/rougeetor
Navigation

Un premier départ au goût du patron

Le coordonnateur offensif Justin Éthier satisfait du match de son quart-arrière

Malgré quelques erreurs, le quart Samuel Chénard s’est très bien tiré d’affaire à son premier départ en carrière dans le réseau universitaire, selon le coordonnateur offensif Justin Éthier.
Photo Didier Debusschère Malgré quelques erreurs, le quart Samuel Chénard s’est très bien tiré d’affaire à son premier départ en carrière dans le réseau universitaire, selon le coordonnateur offensif Justin Éthier.

Coup d'oeil sur cet article

Le coordonnateur offensif Justin Éthier trace un bilan satisfaisant du premier départ en carrière dans les rangs universitaires du quart-arrière Samuel Chénard.

Dans une victoire de 41-10, dimanche au PEPS, contre le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, le pivot du Rouge et Or de l’Université Laval a complété 12 de ses 17 passes pour 120 verges.

Il a lancé trois passes de touché et a été victime de deux interceptions.

« Dans l’ensemble du match, je suis satisfait de la performance de Sam, a louangé Éthier. Il s’agissait de son premier départ et c’était certain qu’il y aurait des erreurs. Je regardais le match Miami et Florida, samedi soir, et les quarts-arrière ont lancé des interceptions en fin de match. Les commentateurs disaient avant la rencontre que ça allait être difficile, étant donné que le camp n’avait duré que quatre semaines. Imagine dans le RSEQ... On a eu deux semaines.

« Sur la première interception, il n’aurait pas dû lancer le ballon ou aller à une autre lecture, mais il va apprendre, poursuit Éthier. Sur la deuxième dans la zone des buts, c’était frustrant parce que nous étions dans la zone payante, mais la lecture était bonne et il a lancé à l’un de nos deux receveurs les plus dangereux dans une couverture homme à homme.

« À la demie, j’ai dit à Sam que Hugo [Richard] avait fait la même chose l’an dernier contre Montréal. Le prochain coup, il devra mettre plus d’air sur le ballon. »

Dans le match au PEPS en saison régulière face aux Carabins, Richard avait visé Jonathan Breton-Robert dans la zone des buts, mais Marc-Antoine Dequoy avait réussi le larcin.

Justin Éthier
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés
Justin Éthier

Prudence

S’il souhaite une meilleure production de l’attaque aérienne dans les prochaines semaines, Éthier reconnaît aussi qu’il a joué de prudence dans l’appel de ses jeux à compter du milieu du troisième quart.

« C’est bizarre à dire parce que nous ne l’étions pas du tout en première demie, mais j’ai senti que nous étions relativement en contrôle à compter du milieu du troisième quart, et nous avons été plus conservateurs. L’expérience de la ligne offensive a permis que l’attaque au sol se mette en marche plus rapidement que d’habitude en début de saison. »

Ligne défensive sous la loupe

Au même titre que la présence d’un nouveau quart-arrière qui disputait son premier départ en carrière, les quatre nouveaux partants sur la ligne défensive suscitaient des points d’interrogation.

Glen Constantin a utilisé les six joueurs de ligne en uniforme.

« L’écart entre certains gars qui étaient habillés et d’autres qui ne l’étaient pas est très mince et je voulais pouvoir évaluer tout le monde, a dit l’entraîneur-chef et responsable de la ligne défensive. On a obtenu des réponses à nos questions. Ils ont commis des erreurs, mais nous sommes satisfaits en général. »

« On a eu beaucoup d’adversité en partant, mais j’ai aimé le caractère des gars », ajoute Constantin.

Yanis Chihat convient lui aussi que le premier quart a été difficile. « Ce fut dur au début et on a eu besoin d’une période d’adaptation, a souligné l’ailier défensif. Pendant la longue poussée, ça roulait vite dans nos têtes. Cette séquence nous a réveillés et le stress est tombé. »

« On a fait preuve de résilience »

Même si le Rouge et Or n’a pas connu le départ espéré, Samuel Lefebvre a noté une réaction bien différente de celle de 2018, alors que Laval avait peiné contre ce même Vert & Or pour amorcer la campagne.

« En 2018, à Sherbrooke, lors du premier match de la saison, nous étions comme des poules pas de tête, a illustré le centre de 4e année. Cette fois-ci, c’est comme si on savait que ça allait virer de bord à un moment donné. On a fait preuve de résilience en revenant de l’arrière, alors qu’on aurait pu s’écraser. C’était normal qu’on se cherche au départ puisque nous avons une nouvelle identité et de nouveaux leaders. »

La ligne offensive a eu un gros mot à dire dans les succès offensifs de ce premier match. L’attaque terrestre a amassé 247 verges, dont 162 en deuxième demie.

« On a toujours tiré de la fierté à bien courir le ballon, a indiqué Lefebvre. Le premier quart a été à sens unique en faveur de Sherbrooke et il fallait trouver une façon de prendre le contrôle. Courir était une bonne façon de le faire. Les coachs nous ont fait confiance et on a réussi à se rapprocher de Sherbrooke dans le temps de possession. »

Déjà en congé

Après seulement une partie, le Rouge et Or profitera de sa première fin de semaine de congé.

« En temps normal, j’aurais été déçu d’une telle situation parce qu’on veut prendre notre rythme, mais pas cette année, a indiqué le coordonnateur offensif Justin Éthier. Nous avons tellement de choses à travailler que ce n’est pas une mauvaise affaire. »

Pelletier voit de l’action

David Pelletier a frappé en relève de Samuel Chénard quand le Rouge et Or s’est retrouvé à la porte des buts.

« Parce que Hugo [Richard] était tellement à l’aise dans ce genre de situation, c’était l’un des aspects les plus inquiétants de son départ. Je suis content que David ait marqué un touché, mais nous avons du travail à faire. La première faufilade a été ardue. »

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions