/news/politics
Navigation

« Je ne suis pas l’adversaire des citoyens canadiens »

Le chef du Bloc québécois rencontre Le Journal

Yves François Blanchet
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

À quelques semaines du déclenchement de la campagne électorale fédérale, notre chroniqueuse Fatima Houda-Pepin a rencontré les têtes d’affiche québécoises des quatre principaux partis. Une série d’entrevues qui se termine aujourd’hui

Le Bloc québécois s’en allait à la dérive. En en devenant chef, Yves-François Blanchet, a réussi, en quelques mois, à le redresser. L’homme veut servir, «expliquer et promouvoir l’indépendance du Québec. Inlassablement». Tout un défi ! Il y travaille d’arrache-pied et aura son baptême de feu le 21 octobre.

 

La politique dans les gènes

FHP : D’où vous vient votre passion pour la politique? Est-ce que la famille y a été pour quelque chose?

YFB : Il y a peut-être quelque chose de génétique chez moi. Ma mère est une femme très intellectuelle. Aujourd’hui, elle a 85 ans et est toujours très active intellectuellement. Mon père était ce qu’on appelle en bon Québécois, une grande gueule. Il avait le doigt vindicatif et l’opinion très affirmée. Alors, j’ai probablement hérité de tout cela. J’avais des prédispositions de tempérament. Je viens d’un milieu souverainiste, nationaliste. Mon père était un indépendantiste des années 1970, dans la mouvance de René Lévesque, mais non impliqué politiquement. Ça vient un peu de la famille, mais j’ai développé mon propre intérêt pour la souveraineté (du Québec).

FHP : À quel moment de votre vie avez-vous pris conscience de l’importance de la politique et de l’importance de s’y impliquer ?

YFB : J’ai commencé à m’impliquer vraiment le jour du décès de René Lévesque. J’avais 22 ans. Ç’a été un véritable choc pour moi. Je me suis senti coupable de n’avoir pas été actif avant. C’est là où je me suis engagé au PQ et ai rapidement été recruté par la permanence nationale du parti.

Le PQ n’était pas dans ses meilleures années, on oscillait autour de 24% d’intentions de vote. Comme quoi tout est possible, car quelques années plus tard, on avait un référendum à presque 50%.

Dans les années 2000, je me suis engagé dans le domaine de la musique et des arts, d’où la présidence de l’ADISQ. Après, en 2008, on m’a sollicité pour être candidat. Je savais qu’ils venaient de m’inoculer un virus dont je n’allais pas pouvoir me débarrasser.

FHP : Donc votre adhésion politique s’est faite d’abord au sein du PQ. Est-ce que parallèlement à cette implication active au sein du PQ, vous vous êtes aussi impliqué au Bloc?

YFB : La réponse, c’est entre peu et pas. J’ai toujours été favorable à l’existence du Bloc par cohérence. Je pensais et je pense toujours que des députés qui doivent être arbitres entre les intérêts du Québec et les intérêts de l’Alberta pétrolier et ceux des Maritimes risquent parfois, même s’ils sont des élus du Québec, de voter à l’encontre de nos intérêts. Parce que le grand patron dans notre système politique, c’est le premier ministre ou la première ministre, une autorité sans partage. Je le pensais à l’époque. Je le pense encore aujourd’hui. Par souci de cohérence, si l’on est souverainiste à Québec, on n’envoie pas nécessairement un député fédéraliste à Ottawa.

La renaissance du Bloc

FHP : Comment s’est effectuée votre transition vers le Bloc?

YFB : En fait, je n’ai pas l’impression qu’il s’agit d’une transition, parce que la mouvance souverainiste s’est diversifiée à l’échelle québécoise. Il y a le PQ et QS, deux partis souverainistes. Avant, il n’y avait qu’un parti souverainiste à Québec et un parti souverainiste à Ottawa. Et je ne m’expliquais pas que ces deux partis aient par moments à être concurrents. Passer de l’un à l’autre, c’était comme passer d’une affaire à une autre et d’une branche à une autre, à l’intérieur d’un même mouvement souverainiste, dont les militants et les donateurs sont souvent les mêmes.

FHP : Qui vous a approché pour aller au Bloc? Des députés, des militants?

YFB : Il y a eu des contacts réguliers entre des gens du Bloc québécois et moi depuis 2016. J’ai toujours refusé, je n’étais pas là. Ce n’était pas mon plan. Mais, à la fin de 2018, il est devenu évident pour moi que si le Bloc québécois finissait avec zéro, un ou deux députés, en 2019, c’était un grave péril pour l’ensemble du mouvement souverainiste.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Les contacts étaient privés. Oui, il y avait des députés et des organisateurs. Des militants moins, parce qu’ils n’étaient pas au courant de mes contacts privés. Il y avait des gens qui m’écrivaient régulièrement. Un des premiers, c’est le fils de Gilles Duceppe qui, pendant que je n’étais pas là du tout, même pas en réflexion, m’écrivait pour m’inciter à y aller. Mais ma réflexion a commencé après l’élection du 1er octobre 2018. La défaite du Parti québécois a été un électrochoc pour le mouvement souverainiste. Il fallait absolument qu’il y ait une réflexion qui soit entreprise. Il ne m’appartient pas de décider si je suis la bonne personne ou pas, il reste qu’il fallait que quelqu’un fasse quelque chose. Et là, j’ai été sollicité de façon beaucoup plus intensive. Par éthique, je me suis retiré de toutes mes antennes où je faisais des activités médias. J’ai complété ma réflexion. Ça n’a pas été très long parce qu’on n’avait pas beaucoup de temps. Il fallait démontrer qu’un parti peut traverser une période difficile et revenir fort quand même. Ce bout-là, nous l’avons déjà réussi. Le Bloc québécois est redevenu un joueur politique majeur sur la scène québécoise, alors qu’il y a huit mois, les oiseaux du malheur se réjouissaient de son décès annoncé.

FHP : Donc, vous êtes arrivé à la tête du Bloc un peu comme un sauveur. Le Bloc était en déconfiture prononcée. Dans quel état l’avez-vous trouvé, en termes de nombre d’adhérents et de financement?

YFB : Le Bloc s’est ressaisi avant mon arrivée. D’abord, je ne commente pas le départ de Mme Martine Ouellet qui est une militante de premier plan. Mais le Bloc a été sauvé lorsque les dix députés sont revenus à l’intérieur d’un même caucus. C’est leur mérite à eux. Oui, j’ai fait quelques téléphones sans avoir de projet, en disant vous devez revenir ensemble. J’ai quand même découvert une caisse vide. Pas d’argent. On a beau avoir la meilleure campagne de financement dans l’histoire du Bloc présentement, on va être beaucoup plus pauvres que les autres partis pour la campagne électorale. J’ai découvert un parti dont le nombre de membres était assez bas, mais qui a déjà augmenté d’à peu près 40% depuis mon arrivée, ce qui est plutôt bon signe. Un parti qui avait perdu son lien avec le proverbial vrai monde. Parce qu’entre nous, ça va très bien, mais je pense que les Québécois ont été échaudés par le mouvement souverainiste en général. Ils demandent beaucoup de preuves avant de nous faire de nouveau confiance. Le principal changement, c’est qu’avant, quand on disait aux gens «Bloc québécois», ils disaient : «division et chicane». Maintenant, spontanément, ces mêmes gens, dont certains ne sont pas nos sympathisants, disent «Ça va bien votre affaire», et le préjugé favorable qui est rétabli est notre plus grande force à l’heure actuelle.

Le rappel des troupes souverainistes

FHP : Vu de l’extérieur, on a l’impression que le calme est revenu dans le caucus des députés avec le nouveau chef, mais qu’en est-il des troupes sur le terrain? Est-ce qu’elles vont vous suivre durant la campagne électorale?

YFB : Dans la plupart des endroits où je vais, on me dit qu’on n’a pas vu autant de gens dans nos activités depuis de très nombreuses années. Donc, c’est bon signe. Il n’y a pas de division dans les troupes. Il y a des gens qui ont une vision plus conservatrice et plus inquiète sur certains enjeux que nous, qui se sont donné leurs propres organisations. Mais dans le Bloc, maintenant, il n’y a pas de dissensions. Je perçois plutôt un enthousiasme, un espoir que les gens n’attendaient plus dans les circonscriptions et dans les organisations. Ils pensaient que le Bloc s’en allait vers une fin lente, et là, soudainement, pour la première fois depuis longtemps, les souverainistes sentent qu’ils pourraient faire des gains. Depuis la courte victoire de 2012, les souverainistes n’ont pas fait de gains électoraux.

FHP : Je pense que sur le plan stratégique, vous êtes arrimés avec le Parti Québécois. Est-ce à dire que les péquistes vont se mobiliser derrière le Bloc et voter massivement pour vous à l’élection du 21 octobre?

YFB : Ça appartiendra aux électeurs péquistes d’en décider. Mais on ne peut pas nier l’histoire. La proximité entre le Parti québécois et le Bloc québécois est assez étroite. Elle l’est d’autant plus présentement, car Pascal Bérubé, le chef intérimaire du PQ est un ami personnel. Cela dit, j’ai aussi dans nos organisations, des militants en bon nombre, de Québec solidaire et de la Coalition Avenir Québec. Car il y a de nombreux électeurs souverainistes qui se sont sentis interpellés par l’affirmation nationaliste très forte de la CAQ, et par la volonté de dégommer le Parti libéral du Québec. Ils demeurent d’excellents électeurs pour nous. Je leur parle tous les jours. La proportion d’électeurs des autres formations politiques qui ont envie de voter pour nous est très importante, car il n’y a que le Bloc qui défend un certain nombre d’enjeux nationaux du Québec, au plan environnemental et des intérêts économiques et des valeurs. Il y a aussi beaucoup de choses qui tiennent à cœur aux Québécois et qui ne sont portées par aucun parti fédéral à part le Bloc québécois.

FHP : Depuis votre arrivée au Bloc, vous ne manquez pas de parler de souveraineté. C’est un peu ce que faisait l’ancienne cheffe, Martine Ouellet. Dans son cas, ça n’a pas marché. Est-ce que une différence de style ou est-ce que quelque chose de fondamental a changé au Bloc?

YFB : Je n’étais pas là quand Martine Ouellet était cheffe. Donc, je ne peux pas commenter son style. On faisait un débat entre les intérêts du Québec et la souveraineté du Québec. Moi, je dis que l’intérêt ultime du Québec, c’est d’avoir tous les outils que procure la souveraineté. Ce ne sont pas deux idées qui s’opposent. La souveraineté, c’est la destination. C’est comme n’importe quel voyage. On a une destination et on a hâte d’y arriver. Auparavant, il y a des pas à franchir. Le premier, c’est de regagner un appui populaire à ce qu’on est comme formation politique. Je dis toujours: un parti qui ne gagne pas la confiance des citoyens pour défendre leurs préoccupations n’aura jamais leur confiance pour créer un nouveau pays. Donc, on ne peut pas faire l’un sans l’autre. Mais pour être sûr que tout le monde comprenne bien, il ne s’agit pas d’une posture électorale, je parle de souveraineté dans chacune de mes interventions. Ce n’est pas une nouvelle. Le Bloc québécois est souverainiste. Les médias ne feront pas les manchettes avec ça. On le rappelle tout le temps, et sur toutes les tribunes. Mais il y a des gens plus impatients que d’autres qui pensent que tu n’en parles pas parce qu’ils n’ont pas lu ou entendu que tu en as parlé.

Un parti condamné à l’opposition

FHP : Au Bloc, vous êtes quand même avantagés par rapport aux autres partis fédéraux qui sont sur la même patinoire électorale que vous. Vous faites campagne seulement au Québec. À part l’indépendance, sur les autres enjeux, est-ce que vos préoccupations sont différentes de vos adversaires ? Tantôt, vous avez parlé de la souveraineté et des intérêts du Québec. Or, les intérêts du Québec vont au-delà de la souveraineté. Non?

YFB : C’est clair, en fait, la souveraineté c’est l’incarnation ultime des intérêts du Québec. À date, je ne fais pas de campagne de dénonciation du Canada ou d’Ottawa. Ça arrive bien sûr, des fois, car il y a des enjeux qui le commandent, que ça soit Énergie-Est, la Davie, Aveos ou Netflix. Il faut dénoncer, mais je veux faire une campagne positive, en ceci que les souverainistes doivent proposer quelque chose qui fasse réfléchir, voire faire rêver les Québécois. Je parle de recherche, d’innovation, de ressources naturelles diversifiées dans les régions, de transformation locale, de deuxième et troisième transformations. Exporter bêtement nos ressources naturelles crée des emplois spécialisés à l’étranger. Je parle énormément d’environnement, d’énergie propre, de langue française, de valeurs québécoises. Et tout ça, ce sont des choses vues et vécues très différemment au Québec et au Canada. Ce n’est pas la même perspective, ce n’est pas la même vision. Quand on me parle, par exemple, du mouvement indépendantiste en Alberta, c’est un mouvement profondément conservateur qui veut désenclaver l’Alberta des restrictions environnementales pour être un État pétrolier à tout vent.

Tandis que nous, au Québec, quand on parle de souveraineté, on a la capacité d’être un exemple écologique non seulement pour le Québec et le Canada, mais pour la planète. Non pas que les Québécois soient des anges, mais parce que nous avons la possibilité de l’être, avec nos ressources, notre énergie propre, nos cinquante-cinq centres de recherche à travers le Québec, notre structure de PME, que même le Canada nous envie. On a un potentiel de créer un modèle de richesse propre au Québec qu’on doit absolument développer. Et on ne le développera pas en envoyant des milliards de dollars dans le pétrole de l’Ouest canadien.

FHP : Avec tout ce que vous dites par rapport à vos préoccupations et à la réalité du Québec, que répondez-vous à ceux qui vous disent, «de toute manière, vous ne prendrez jamais le pouvoir. Par conséquent, vous ne réaliserez pas la souveraineté?»

YFB : C’est terrible de dire ça. C’est comme si on affirmait que le pouvoir est entre les mains des non-élus, alors que les citoyens élisent des députés pour les représenter. Les électeurs ne votent jamais pour un ministre, mais pour un député. Le Bloc a fait des gains énormes pour le Québec sous Gilles Duceppe et Lucien Bouchard. La raison est simple, un député du Bloc ne se lève pas en Chambre pour favoriser les intérêts de la Colombie britannique par-dessus ceux du Québec. Il va toujours intervenir exclusivement pour défendre les intérêts du Québec, avant tout, et sans compromis. Par contre, un député fédéraliste va prendre ses commandes de la direction de son parti. Alors, si ce que propose un parti fédéraliste est bon pour le Québec, on va voter pour, mais si ce n’est pas bon pour nous, on va, soit demander des modifications ou s’y opposer. Ça ne nous empêchera pas d’être souverainistes. Dans l’intervalle, on va toujours être pour ce qu’il y a de mieux pour notre nation à nous.

Organisation et stratégie électorales

FHP : Est-ce que vous diriez qu’à quelques semaines du déclenchement de l’élection, le Bloc est prêt en termes de recrutement, de financement et d’organisation?

YFB : On va avoir une campagne qui, en termes de dimension, est plus petite que les dernières, parce que, malgré sa promesse de rétablir le financement public des partis politiques, Justin Trudeau a réalisé que ça ne servirait pas les libéraux et il a abandonné sa promesse, comme bien d’autres promesses.

Donc, nous, on a un financement populaire normal et on n’a pas accumulé d’argent durant les dernières années. Nous n’avons que l’argent qu’on ramasse depuis le 1er décembre. Donc, on part de très loin par rapport aux autres partis fédéraux, mais nous avons des militants bénévoles et des gens qui ont retrouvé le sourire et ont le goût de militer. On le sent. Donc, nos organisations sont en place. La nomination des candidats, c’est pratiquement fini. On n’a aucun retard. Ça va très bien. Il va rester quelques-uns dont on va faire les investitures au début de la campagne électorale parce qu’on ne pouvait en faire pendant les vacances de la construction. Donc, tout est en place. Tout en étant lucide, on n’aura pas des machines financées par des gens qui ont donné 1500$ et qui ont été nommés juges une fois le parti libéral au pouvoir. Notre financement est populaire, c’est des montants de 15-50-100$; parfois certains donnent 1000$ parce qu’ils en ont les moyens et la conviction. Mais ces gens-là savent que ça ne leur donnera jamais le numéro de téléphone d’un ministre pour obtenir un avantage.

FHP : Le Bloc a-t-il une idéologie spécifique? Vous avez dit que vous avez des gens de Québec solidaire et de la CAQ qui militent dans vos rangs. Avez-vous une idéologie élastique comme une coalition?

YFB : le Bloc québécois est un parti progressiste, c’est très clair. On est favorable à l’économie de marché, au libre-échange, sous réserve d’environnement, de culture et d’agriculture, qui ne devraient pas être d’emblée dans les traités de libre-échange, sauf exception. On est un parti démocratique, parmi les héritiers de René Lévesque.

FHP : Combien de circonscriptions estimez-vous pouvoir gagner, le 21 octobre?

YFB : Il faut avoir l’humilité de dire que ça ne m’appartient pas. Ça dépend des Québécois. Est-ce qu’on aura 20 ou 25 comtés? Est-ce qu’on aura la balance du pouvoir? Oui, si les Québécois en décident ainsi. Je sais qu’au Bloc, on cherche à récupérer le statut de parti reconnu à la Chambre des communes. C’est 12 sièges. Moi, ça ne me suffit pas. Sans mettre de plafond, je considère que ça serait un succès à compter de 20 sièges et plus. Les Québécois ont le droit de nous faire gagner le Québec, s’ils le veulent.

FHP : Du côté du Parti québécois, les résultats de l’élection du 1er octobre ont été désastreux. Vous misez aussi sur la souveraineté, pensez-vous pouvoir réussir là où le PQ a échoué?

YFB : Le Parti québécois s’est présenté devant les électeurs en étant souverainiste et Québec solidaire aussi. Au total, le PQ et QS ont eu près de 33 % des votes. Si le Bloc avait 33 % des votes parce qu’il est souverainiste, on battrait tous les partis fédéraux au Québec.

FHP : Québec solidaire n’est pas que souverainiste. Il compte aussi plusieurs éléments fédéralistes, n’est-ce pas?

YFB : Et il y a aussi beaucoup de souverainistes qui ont voté pour la Coalition Avenir Québec. Toute chose considérée, les appuis à la souveraineté sont toujours entre 30 et 40 %. Je ne m’attends pas nécessairement à ce que tous ces gens-là votent pour le Bloc québécois, mais si telle est leur volonté, on est le seul parti nationaliste et souverainiste qui s’en va à Ottawa. Comparaison faite, on est le parti le plus écologiste qui s’en va à Ottawa, on est le seul parti qui travaille, avec toute la passion qu’on y met, pour les régions du Québec. La défense du français et de la laïcité de l’État est une priorité pour nous. Je suis convaincu que ce qui nous distingue des autres partis est largement suffisant pour amener beaucoup de nationalistes et de souverainistes à appuyer le Bloc, à condition qu’on soit crédibles dans notre offre politique.

FHP : Parmi les trois partis politiques fédéraux – les libéraux, les conservateurs et les néodémocrates - quel est votre principal adversaire au Québec?

YFB : Je résiste à la tentation de faire ça pour ne pas renoncer à une campagne positive. Si je définis notre campagne en fonction de nos adversaires plutôt qu’en fonction de nous-mêmes - ce qui a été fait trop souvent dans les dernières années - je ne ferai pas la discussion sur le modèle de création de la richesse environnementale.

Pour moi, l’environnement doit être la question centrale de la campagne. L’environnement comme modèle de transition énergétique et de création de la richesse pour les régions du Québec. Je veux parler de ça. Je peux bien dire que les conservateurs sont aux antipodes de ça, parce que, pour eux, le Québec est essentiellement une carpette pour faire passer le pétrole de l’Alberta.

Les libéraux sont déchirés avec leurs prétentions d’être plus écologiques, mais ils n’ont pas le choix, ils sont obligés de se soumettre à la volonté de l’Ouest qui est très pétrolier. Le NPD a un peu les mêmes enjeux. Il sait très bien qu’il va presque tout perdre au Québec, donc, il se range vers des stratégies qui le rapprochent de l’Ouest canadien. Je ne suis pas malveillant avec le NPD,  je sais c’est quoi un parti en crise. Donc je le ménage, sauf sur certains dossiers précis comme le navire le Coriolis II à Rimouski que le député néodémocrate, Guy Caron, regarde partir pour Halifax, sans rien faire, alors que c’est un trésor scientifique québécois. Je ne veux pas me définir par mes adversaires, mais par le projet du Bloc québécois, dont la destination est la souveraineté.

FHP : À l’élection de 2015, les Québécois ont fait confiance au parti libéral de Justin Trudeau, particulièrement les jeunes, pensez-vous qu’il va réussir à répéter cette expérience, après quatre ans au pouvoir?

YFB : On est tous bien conscients que le vernis et le côté Instagram et selfie de Justin Trudeau est usé. Il n’a ni la profondeur ni le charisme que son père avait. Je pense que la meilleure manière d’interpeller les gens est d’avoir des jeunes parmi nos candidats. C’est la raison pour laquelle je me suis fait une mission d’avoir la plus large équipe de candidats jeunes possible et ça marche très bien. Dans la plupart des circonscriptions au Québec, à part quelques vétérans, qui ont déjà siégé dans un parlement, plus les dix députés actuels, les autres sont tous et toutes de nouvelles recrues, crédibles, dans lesquelles les gens vont se reconnaître, et localement et nationalement. Le profil type des candidats du Bloc, c’est de jeunes professionnels entre 35 et 40 ans qui mettent leurs carrières de côté et viennent s’approprier le Bloc québécois. Ça, pour moi, indépendamment de l’élection, c’est ce dont je suis le plus fier.

FHP : La majorité des jeunes a déserté le PQ et le Bloc. Ils sont rendus ailleurs sur cette question de souveraineté. Ils sont pour la plupart multiculturalistes et mondialistes. Comment allez-vous les ramener ou les convaincre de l’idée de la souveraineté?

YFB : J’ai tellement de jeunes militants dans le parti que ça m’étonne quand on me dit ça. Ils sont peut-être moins présents qu’ils l’ont déjà été, mais ils ne sont pas absents. Je ne pense pas que les jeunes soient multiculturalistes. On a transformé des mots en emblème sans leur donner une définition. La plupart des Québécois ne connaissent pas la différence entre multiculturalisme et interculturalisme parce qu’on ne leur a pas expliqué tout simplement. Et on a réussi à dire aux Québécois que des institutions centenaires et pas du tout démocratiques, comme les religions, sont légitimes d’imposer un code vestimentaire aux gens et que l’État n’est pas légitime de le retirer à ses employés quand ils sont sur leurs heures de travail et en position d’autorité! C’est grave. Et pour moi, la laïcité de l’État est clairement une valeur progressiste, héritée de la

Révolution tranquille. Toutes les nations du monde qui ont choisi leur souveraineté l’ont fait pour mille et une raisons, indépendamment des générations. Ma génération est devenue plus souverainiste parce que c’était la finalité naturelle de la Révolution tranquille. Pour les jeunes qui ont moins de quarante ans, ils ne connaissent pas la Révolution, ils voient ça dans les livres d’histoire, mais ils n’ont pas vécu ce que cela incarne et ça représente pour des générations de Québécois. Aujourd’hui, quand on explique aux jeunes, et ce n’est pas une posture, c’est une réalité qu’un État québécois écologique n’est pas possible dans le Canada, les oreilles se dressent. Les gens disent «Ah, intéressant! Explique-moi ça». Lorsqu’on leur dit ce que nous pouvons faire nous avec nos ressources naturelles, avec notre énergie propre, avec nos centres de recherche, avec nos scientifiques, avec nos petites et moyennes entreprises, les jeunes partent de la rencontre avec un état d’esprit complètement différent. Maintenant, est-ce que la politique à sensation de la campagne électorale est la meilleure occasion de leur passer ce message précisément et complètement? C’est un gros défi.

Plateforme électorale

FHP : Sur l’ensemble de votre plateforme électorale, quels sont les principaux engagements sur lesquels les Québécois doivent vous juger?

YFB : 1. La conciliation entre la création de la richesse et l’environnement. Ça, c’est la raison pour laquelle je fais de la politique. Et je sais que ça prend un Québec souverain pour la réaliser.

2. Défendre bec et ongles les prérogatives de l’Assemblée nationale du Québec qui est notre seul parlement national, notamment en matière de langue et de laïcité. Il est totalement inacceptable qu’avec nos taxes et nos impôts, le gouvernement du Canada puisse s’essayer de rendre inopérante une loi québécoise, légitimement adoptée par l’Assemblée nationale, notamment en matière de laïcité, d’identité ou de langue. Et on sera les défenseurs acharnés de cette vision à la fois nationaliste et progressiste, qui est celle des Québécois.

Le Québec dans la balance

FHP : Le gouvernement du Québec a fait connaître ses priorités, en matière d’immigration, de déclaration de revenus unique, de culture et de laïcité, à Ottawa, qu’est-ce que le Bloc québécois va faire de différent des autres partis pour défendre les intérêts du Québec. Il est aussi possible que le premier ministre, François Legault, exprime d’autres préoccupations, durant la campagne électorale. Comment accueillez-vous les demandes du gouvernement du Québec?

YFB : J’ai très hâte de connaître les attentes du gouvernement du Québec. Les partis fédéralistes sont une voix canadienne complètement différente de ce qu’on entend au Québec. Les demandes et les positions du gouvernement du Québec et de la Coalition Avenir Québec, en général, sont mal reçues au Canada, sur une multitude de sujets : en dénonçant le pétrole sale de l’Ouest, en légiférant en matière de laïcité de l’État, en affirmant la nécessité de communiquer en français comme langue commune au Québec, ou dans les dossiers d’infrastructure ou de santé, le gouvernement fédéral fait du chantage. Il dit à Québec «Vous voulez l’argent qui vous appartient, je vais imposer mes conditions». Les autres partis n’osent pas contrarier le gouvernement fédéral, mais nous, on va leur dire, et en anglais s’il le faut, ce que sont les demandes de Québec, et pourquoi elles sont légitimes. En cela, je ne suis pas l’adversaire des citoyens canadiens. Je suis disposé à aller les rencontrer, n’importe quel temps, comme Gille Duceppe le faisait d’ailleurs, pour qu’ils comprennent bien que nous sommes différents, nous sommes légitimes, puis qu’il y a des affaires sur lesquelles on peut travailler ensemble.

L’humain derrière la politique

FHP : Quelle est la personne qui vous a le plus marqué dans votre vie?

YFB : Deux personnes que je vois de l’intérieur du mouvement souverainiste comme l’extrême rationnel et l’extrême passionnel de la souveraineté, c’est Jacques Parizeau et René Lévesque. J’ai travaillé avec M. Parizeau, je n’ai pas eu la chance de travailler avec René Lévesque, mais comme le disait Pierre Bourgeault que j’ai eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises, il y a des avantages économiques à l’indépendance, mais on ne fait pas l’indépendance pour des raisons économiques; on fait l’indépendance pour être libres, pour réaffirmer ce que nous sommes comme nation et comme culture dans le monde. Il n’y a que des pays qui font des relations internationales, pas les provinces.

FHP : Si la politique venait à vous abandonner ou si vous décidiez d’abandonner la politique, quelle profession ou quel métier exerceriez-vous?

YFB : J’avais des squelettes de romans quand j’étais adolescent. J’ai toujours rêvé d’écrire. En vivre, c’est un autre défi. Quand je faisais la chronique écrite – ne le répétez pas, mais j’aimais mieux la chronique écrite que la télévision ou la radio – (rires), j’adorais ça, c’est extraordinaire comme sensation, parce que tu es dans ta tête, tu écris, tu crées quelque chose. L’écriture me passionne, et l’enseignement, j’aimerais beaucoup en faire, et puis aller voir le vaste monde. J’envie un peu votre modèle là-dessus. Mais il restait de la politique dans le bonhomme. On va continuer à presser le fruit tant qu’il y aura du jus dedans.

FHP : Merci beaucoup pour cet entretien.

YFB : C’était un grand plaisir, un privilège.

FHP : Bonne chance pour la campagne.

Yves-François Blanchet en quelques lignes

L’ex-ministre péquiste et commentateur politique Yves-François Blanchet a été élu chef du Bloc québécois le 17 janvier dernier. Il était le seul à avoir déposé une candidature valide.
Capture d'écran TVA Nouvelles
L’ex-ministre péquiste et commentateur politique Yves-François Blanchet a été élu chef du Bloc québécois le 17 janvier dernier. Il était le seul à avoir déposé une candidature valide.
 
  • Né à Drummondville, le 16 avril 1965 ;
  • De 2000 à 2008, il est membre de plusieurs conseils d’administration et organismes de la musique et de la culture, notamment la SODEC et l’AISQ ;
  • En 2008, il est élu député de Drummond à l’Assemblée nationale du Québec puis réélu dans le comté de Johnson, en 2012 pour le Parti québécois ;
  • Il est ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, du 4 décembre 2012 au 23 avril 2014 ;
  • Par la suite, il est animateur radio à Trois-Rivières et commentateur à RDI, jusqu’en novembre 2018 ;
  • Le 26 novembre 2018, il annonce sa candidature à la chefferie du Bloc québécois à Ottawa. Il en assume la direction depuis, le 17 janvier 2019 ;
  • C’est le seul chef de parti fédéral qui ne détient pas encore de siège de député à la Chambre des communes.