/sports/tennis
Navigation

Vasek Pospisil se farcit le neuvième favori

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Vasek Pospisil revient de loin. Huit mois à l’écart du tennis en raison d’une intervention chirurgicale au dos, le Canadien n’est revenu au jeu qu’en juillet dernier à Wimbledon. Mardi, à son septième match depuis son retour, il s’est farci le neuvième joueur mondial, le Russe Karen Khachanov, au premier tour à Flushing Meadows.

Vasek Pospisil, Qualifié
Photo AFP
Vasek Pospisil, Qualifié

Le Canadien de 29 ans, 216e joueur mondial, est venu à bout de son rival au bout d’un marathon de cinq manches (4-6, 7-5, 7-5, 4-6, 6-3).

Même s’il n’avait joué que six matchs depuis son retour au jeu, Pospisil a réussi à tenir tête à Khachanov lors des 3 h 51 min de ce match.

« Les conditions m’ont aidé aujourd’hui puisqu’il ne faisait pas trop chaud. J’étais très content ce matin quand je me suis levé ! Mais sinon, je ne suis pas trop surpris de la façon dont j’ai joué aujourd’hui. J’ai travaillé très fort dans les derniers mois et je me suis beaucoup entraîné afin de m’assurer d’être au plus fort à mon retour. Je suis très heureux d’être sorti gagnant aujourd’hui.

« Je savais que de la façon dont je jouais, si je maintenais mon niveau, j’avais une chance de gagner. J’ai eu une baisse d’énergie en quatrième manche et au début de la cinquième, mais j’ai eu un second souffle par la suite. À ce moment, j’ai su que j’avais une réelle chance de gagner. »

En santé

Même s’il a eu une petite frousse au cours des derniers jours en raison d’un malaise au niveau de la hanche, il assure que son dos ne le fait plus du tout souffrir.

« Je pense qu’il ne s’est jamais aussi bien porté depuis 2013 ! Je vais toucher du bois », a ajouté celui qui sera opposé à l’Américain Tennys Sandgren, 72e joueur au monde, au deuxième tour.

L’autre Canadien en lice, Brayden Schnur, s’est quant à lui incliné en trois manches de 6-2, 6-4 et 6-4 face au Français Benoit Paire.

« Je ne me sentais pas bien lors des deux premières manches. Il en a profité pour prendre le contrôle. J’ai trouvé que j’ai mieux fait par la suite, mais c’était trop tard. Si j’avais eu un meilleur début, ça aurait été un match différent, mais je lui ai permis de prendre confiance », a-t-il mentionné, ajoutant quand même avoir apprécié l’expérience aux Internationaux des États-Unis.