/news/transports
Navigation

Achat de Transat: l’aéroport de Québec devra mettre les bouchées doubles

La transaction entre Air Canada et Transat pourrait avoir des impacts à Québec

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Une vue de l’aéroport Jean-Lesage avant les importants travaux de rénovation qu’il a subis.

Coup d'oeil sur cet article

La direction de l’aéroport de Québec devra mettre les bouchées doubles si elle veut conserver ou bonifier son offre de vols dans la capitale à la suite du mariage entre Air Canada et Transat, estiment des experts du milieu.

L’impact de cette transaction, si elle se concrétise, pourrait notamment se faire sentir dans un délai «à moyen terme» sur le nombre de vols en basse saison. Les destinations soleil et les vols à l’international à partir de Québec pourraient également être affectés.

Rappelons que contrairement à Montréal, où plus d’une trentaine de compagnies aériennes jouent du coude pour augmenter leurs parts de marché, Québec en compte seulement 10, dont Air Canada et Transat. Cette situation a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre au cours des dernières années.

«Avec cette transaction, le rôle des aéroports de Montréal et de Toronto devrait être encore plus important. Par le passé, il y a eu une rationalisation lors de chaque fusion entre des transporteurs. Air Canada va miser sur ses principaux centres. Du coup, les aéroports secondaires vont être moins sollicités à cause des économies d’échelle que l’entreprise va vouloir réaliser», explique Mohamed Reda Khomsi, professeur au Département d’études urbaines et touristiques à l’Université du Québec à Montréal.

«Défi»

«Le défi de Québec sera de faire pression sur Air Canada pour qu’elle réoriente vers la capitale les créneaux qui pourraient être délaissés à Montréal. Le Bureau de la concurrence pourrait forcer la compagnie à libérer des créneaux pour permettre à des concurrents d’y avoir accès», poursuit-il.

Ce dernier estime que Québec pourrait profiter de cette occasion pour se démarquer et devenir la plaque tournante pour le transport régional.

Pour sa part, le professeur spécialisé en gestion du transport à HEC Montréal, Jacques Roy, affirme que la nouvelle entité pourrait être tentée de sabrer les liaisons où Air Canada et Transat brassent tous les deux des affaires, comme Québec/Montréal. Il n’anticipe toutefois pas d’impact à court terme.

Selon le président de l’Association canadienne des agences de voyages (ACTA) pour le secteur Québec, André Desmarais, l’une des conséquences de cette transaction pourrait se faire sentir sur la quantité des vols offerts durant la basse saison.

Baisse des vols

«C’est certain qu’il va y avoir dans le marché une rationalisation de l’utilisation des avions, par exemple, vers le sud. Ils vont peut-être essayer de remplir un appareil au lieu de deux à 50 % de leur capacité», note-t-il.

Quant à la question du prix des billets d’avion, les experts n’anticipent pas de hausse significative. Ils affirment que la direction de l’aéroport international Jean-Lesage (YQB) devra toutefois tenter de dénicher de nouveaux transporteurs afin de maintenir les prix et mettre une pression sur les joueurs déjà présents.

Du côté de l’aéroport de Québec, l’administration a mentionné dans un courriel que «peu importe le dénouement de la situation, YQB sera prêt à composer avec les décisions qui seront prises».

Transporteurs à Québec

  • Air Canada
  • Air Transat
  • Pascan
  • Porter
  • American Airlines
  • Air Inuit
  • WestJet
  • PAL Airlines
  • Sunwing
  • United

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions