/news/transports
Navigation

Le nouveau patron de l’aéroport de Québec promet davantage de vols

Le nouveau patron de l’aéroport de Québec promet davantage de vols
PHOTO D'ARCHIVES, SIMON CLARK

Coup d'oeil sur cet article

Même si le nouveau patron de l’aéroport de Québec promet une augmentation «considérable» du nombre de vols pour desservir la capitale nationale, les relations entre les autorités aéroportuaires et l’administration Labeaume demeurent visiblement tendues.

«Le futur de Québec est très positif. Je vois une très belle opportunité. Monsieur et madame Tout-le-Monde vont pouvoir bénéficier d’une desserte améliorée de façon considérable au cours des prochaines années», a soutenu Stéphane Poirier, président et chef de la direction de l’aéroport, mercredi, en marge d’un point de presse.

Interrogé sur d’éventuels vols réguliers vers l’Europe – et particulièrement vers Paris et Londres –, M. Poirier a confirmé que ces deux villes sont dans le viseur de l’aéroport. «Il faut être prudent parce que c’est l’offre et la demande. Si on met un vol que personne n’utilise, (les compagnies aériennes) ne vont pas le laisser», a-t-il ajouté.

Le nouveau plan stratégique de l’aéroport sera dévoilé cet automne.

Rencontre mardi avec Labeaume  

Nommé en avril dernier au poste de président et chef de direction de l’aéroport, Stéphane Poirier a révélé avoir rencontré, mardi, le maire Labeaume, pendant une heure. «On a passé une heure ensemble. Très bon meeting. J’aime bien son franc-parler. Il y a beaucoup d’historique dans le dossier. Moi, j’amène un vent de fraîcheur. J’ai pas de bagage émotif relativement au passé», a-t-il soutenu. 

À la Ville, le son de cloche est fort différent. «Ça n’a pas été une bonne rencontre», a sèchement répliqué Paul-Christian Nolin, attaché de presse du maire Labeaume, hier en fin d’après-midi. Ce dernier s’est toutefois refusé à en dire davantage.  

L’imbroglio autour de la nomination de deux nouveaux membres sur le CA de l’aéroport n’est toujours pas réglé. La Ville propose toujours les noms de Claude Choquette, président du Groupe Le Massif, et de Denis Leclerc, président du Groupe Biscuits Leclerc. Or, Stéphane Poirier a dit s’en remettre aux «règles de gouvernance» qui obligent la municipalité à suggérer trois noms pour chacun des postes à pourvoir. 

Par ailleurs, le Réseau de transport de la Capitale et l’aéroport ont officialisé mercredi le lancement de deux parcours d’autobus qui relient désormais l’aéroport à Sainte-Foy et à la basse ville.