/investigations
Navigation

Métro média est ouvert au modèle coopératif souhaité par les employés de Groupe Capitales Médias

Métro média est ouvert au modèle coopératif souhaité par les employés de Groupe Capitales Médias
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Ouvert au modèle coopératif, le vice-président directeur général de l’entreprise Métro média, Andrew Mulé, a répété mercredi l’intérêt de son entreprise pour le rachat des journaux de Groupe Capitales Médias (GCM).

«Je crois à la presse écrite, a-t-il dit aux députés. Il y a une solution pour sauver Capitales Médias.»

M. Mulé n’a pas précisé quel serait son plan d’affaires pour les six quotidiens au bord de la faillite. Il a cependant démontré son ouverture au modèle coopératif souhaité par les employés de GCM, qui sont prêts à un partenariat financier et décisionnel avec un éventuel repreneur.

«C’est quelque chose qui m’intéresse beaucoup», a dit M. Mulé.

Métro média est propriétaire de journaux hebdomadaires ainsi que du quotidien gratuit Métro.

Indépendance

Concernant les garanties à l’indépendance des salles de rédaction et des journalistes, la directrice principale de l’information de Métro média, Sylviane Lussier, a souligné l’importance des syndicats.

«Dans notre environnement, ils sont syndiqués donc ils sont protégés des pressions», a-t-elle indiqué.

M. Mulé a insisté sur la nécessité d’une réponse rapide à la crise des revenus publicitaires dans les médias, qui pourrait passer par une taxe aux géants du web.

«C’est maintenant qu’on doit agir et bouger vite», dit-il.

Il observe que la diminution du placement publicitaire dans les médias traditionnels québécois est plus importante de la part des agences canadiennes et américaines.

«Au Québec, notre industrie nous supporte beaucoup mieux», a-t-il rapporté.

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions