/opinion/blogs/columnists
Navigation

La censure des dictatures se rapproche

US-POWER-OUTAGE-STRANDS-DELTA-AIRLINES-OPERATIONS-WORLDWIDE
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Critiquer les États-Unis pourrait vous empêcher d’entrer sur le territoire américain. Pire, que vos amis en ligne aient critiqué la politique américaine pourrait vous bloquer à la frontière américaine.  

Cette histoire d’horreur, digne des pire craintes sur la désagrégation de la démocratie aux États-Unis, a été vécue il y a quelques jours par un étudiant libanais de 17 ans qui se rendait étudier à Harvard, rapporte le New York Times.  

Les douaniers, après avoir exploré le téléphone cellulaire de l’étudiant, ont découvert que certains de ses amis avaient critiqué en ligne la politique des États-Unis. Il a eu beau plaider que lui-même ne critiquait jamais les États-Unis et qu’il ne discutait jamais de politique, son visa a été annulé et il a été renvoyé sur-le-champ au Liban.  

Plusieurs leçons  

Cette histoire donne froid dans le dos pour plusieurs raisons.   

Elle montre d’abord un net recul de la liberté d’expression. S’il n’est plus possible de critiquer les politiques du gouvernement américain, y compris de manière privée, alors les autorités américaines appliquent une politique digne des dictatures.   

Des gens m’ont rapporté que les douaniers américains leur avaient demandé ce qu’ils pensaient de Donald Trump alors qu’ils passaient le poste de douane en voiture. Prudemment, ils ont répondu qu’ils ne se mêlaient pas de politique.  

Les douaniers vont-ils se mettre à ouvrir les téléphones intelligents des Canadiens pour rechercher qui ils fréquentent en ligne et pour filtrer ceux qui ont des amis qui critiquent la politique américaine ?  

Cette histoire montre aussi, encore une fois, que les conversations privées commencent à être sujettes à la censure. Richard Martineau dans sa chronique d’aujourd’hui, s’inquiète avec raison de la censure que Google veut exercer sur ses employés en les empêchant d’avoir des conversations politiques dans ses locaux.   

La proximité immédiate des États-Unis, et leur influence sur nous, devraient nous faire réfléchir. Ce qui arrive en ce moment aux États-Unis pourrait très bien finir par se produire ici, avec quelques années de décalage.   

Nos gouvernements doivent agir  

Les nouvelles technologies permettent de surveiller et de contrôler les citoyens comme jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité. Ces technologies sont en pleine expansion.  

Pour une fois, nos gouvernements ne pourraient-ils pas agir un peu à l’avance ? Ils devraient interdire dans les lieux publics la reconnaissance faciale ainsi que la reconnaissance des conversations privées en ligne ou par téléphone. Ce genre de surveillance, par reconnaissance faciale ou par reconnaissance en ligne, ne devrait être permise dans les lieux publics qu’au cas par cas, et avec l’autorisation d’un juge.  

De même, aucune compagnie ne devrait avoir le droit de demander à ses clients ou à ses employés d’être soumis à la reconnaissance faciale ou à la reconnaissance en ligne, sauf pour des raisons de sécurité très restreintes.   

Nos dirigeants sont-ils capables de penser plus que deux coups à l’avance ?  

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions