/sports/football/rougeetor
Navigation

Les Alouettes en visite au PEPS

L’entraîneur-chef et son bras droit sont venus épier jeudi l’entraînement du Rouge et Or

À l’entraînement du Rouge et Or, Thomas Bolduc pouvait compter sur la présence de son père André (au centre) et de son grand-père Guy Dufort (de dos). L’entraîneur-chef des Alouettes Khari Jones (à gauche) était aussi présent.
Photo Richard Boutin À l’entraînement du Rouge et Or, Thomas Bolduc pouvait compter sur la présence de son père André (au centre) et de son grand-père Guy Dufort (de dos). L’entraîneur-chef des Alouettes Khari Jones (à gauche) était aussi présent.

Coup d'oeil sur cet article

Profitant d’une semaine de congé, l’entraîneur-chef Khari Jones et son bras droit en offensive André Bolduc ont assisté, jeudi, à l’entraînement du Rouge et Or de l’Université Laval.

En plus d’épier les espoirs du Rouge et Or, notamment le garde Samuel Thomassin dont les droits appartiennent aux Alouettes, Bolduc a pu voir à l’œuvre son quart-arrière de fils, Thomas, qui dispute sa première campagne dans les rangs universitaires.

« On se parlait chaque soir pendant le camp d’entraînement, a raconté l’entraîneur des porteurs de ballon des Alouettes. Je le sens bien mentalement et physiquement. Il a été bien reçu. À Laval, certains doivent attendre trois ans avant d’être habillés et il a tripé de se retrouver dans l’alignement dès son premier match.

« C’est un gros changement de faire le saut entre les circuits collégial et universitaire, mais il n’est pas intimidé, de poursuivre le paternel qui a dirigé le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke de 2007 à 2011. Il est humble dans le processus et il apprend chaque jour. Il aime bien Justin [Éthier]. La qualité des entraîneurs a fait partie de son choix. Il a passé l’été à Québec à s’entraîner tout en habitant chez ses grands-parents maternels et il revenait à Sherbrooke les fins de semaine pour le travail. Il a eu une bonne préparation et fait preuve de discipline. »

L’instant d’un moment, Bolduc s’est retrouvé de l’autre côté de la clôture. Habitué de recruter à Sherbrooke ainsi qu’avec les Nomades Montmorency quand il dirigeait dans le réseau collégial, Bolduc a accompagné son fils lors de sa visite à Laval l’hiver dernier.

« C’était le fun d’être assis de l’autre côté de la table, a-t-il raconté. J’ai écouté et j’ai fait la visite. Glen [Constantin] m’avait recruté lorsqu’il était à Bishop’s et Marc [Fortier] était mon colocataire quand nous avons joué ensemble à Concordia. C’est la seule visite à laquelle j’ai participé. Thomas avait fait ses autres visites à l’été. »

Encourageant pour l’avenir

Le paternel n’a pas influencé la décision de son fils.

« J’ai simplement joué le rôle de n’importe quel père de famille, a-t-il assuré. Je lui ai simplement demandé d’établir son top 4-5 et de ne pas visiter où il n’avait pas l’intention d’aller. Il a été recruté par des équipes de Montréal, de l’Ontario et de l’Atlantique. Je suis très heureux de son choix. La situation à Laval est bonne avec un quart-arrière [Samuel Chénard] de 5e année. C’est rassurant parce qu’il peut apprendre d’un gars de 5e année et il aura la possibilité de batailler pour le poste l’an prochain. Si tout va bien pour l’équipe, il pourrait aussi obtenir l’opportunité de voir du terrain cette année. »

Khari Jones croit toujours aux qualités d’Hugo Richard

Même s’il reconnaît que la route sera difficile, Khari Jones croit que Hugo Richard possède les aptitudes pour se tailler une place dans la Ligue canadienne de football (LCF).

« Si je ne croyais pas à son potentiel, il ne serait plus avec nous, a assuré l’entraîneur-chef et coordonnateur offensif des Alouettes de Montréal. La route sera toutefois difficile. Il y a tellement de quarts-arrière aux États-Unis qui obtiennent un bon coaching dès leur jeune âge. C’est une position difficile et ça prend un individu spécial. »

Même si l’ancien pivot étoile du Rouge et Or de l’Université Laval a été muté en défensive au terme du camp d’entraînement, Jones estime que Richard possède les outils nécessaires pour évoluer comme quart-arrière tout en précisant qu’il ne connaît pas l’avenir.

« Est-ce que Hugo va jouer à une autre position ou comme quart-arrière, je ne suis pas encore certain, a mentionné le vétéran entraîneur. Ça reste à voir, mais Hugo possède la mentalité et les habiletés pour évoluer comme quart-arrière. Le voir comme quart-arrière n’est pas écarté, mais c’est un bon athlète qui est assez bon pour jouer à une autre position. On ne s’attend pas à beaucoup d’un quart-arrière de première année, mais j’espère qu’il va pouvoir compétitionner pour un poste dans le futur. Quand il obtiendra une réelle opportunité, il devra en profiter au maximum. »

Qualités athlétiques

Félix Faubert-Lussier et Étienne Moisan sont deux autres produits du Rouge et Or qui évoluent avec les Alouettes. « Félix a réussi sa première réception dans un véritable match avec nous à Moncton lors du premier jeu de la rencontre. C’est un solide joueur et nous sommes contents qu’il était encore disponible après que nous l’ayons libéré. Il avait des discussions avec d’autres équipes et il s’en est fallu de peu qu’on ne soit pas en mesure de le signer.

« Quant à Étienne, il deviendra un bon joueur, de poursuivre Jones. Il apprend la position de centre-arrière. Parce qu’on lance souvent à nos centres-arrières, on aime ses qualités athlétiques. »

Jones et André Bolduc ont échangé quelques mots avec le garde Samuel Thomassin avant l’entraînement du Rouge et Or. « Ce fut une décision difficile de le retrancher, mais nous avons jugé préférable qu’il obtienne du temps de jeu à Laval. Le fait qu’il lui restait une année d’admissibilité a pesé dans la balance. Il possède un bel avenir. »

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions