/entertainment/music
Navigation

Dennis DeYoung lance l’Agora Fest

Amoureux fou de Québec, l’artiste a multiplié les marques d’affection envers un public conquis

Coup d'oeil sur cet article

On reproche souvent aux artistes de monter sur scène en retard. Mais Dennis DeYoung, lui, aime tellement Québec, qu’il a tenu à commencer son concert dix minutes plus tôt, vendredi soir, pour être certain de donner le maximum aux premiers spectateurs de l’Agora Fest.

Désertée par les spectacles de cirque gratuits cette année, l’Agora de Québec a pu revivre vendredi soir grâce à la première édition de l’Agora Fest, lancée sous le signe de la nostalgie.

Avec une température clémente, ce premier rendez-vous a somme toute été réussi. Selon notre estimation non scientifique (les chiffres de vente n’ont pas été dévoilés), il devait y avoir au moins les deux tiers des places assises qui étaient occupées, sur une capacité de 4000, de quoi satisfaire l’organisation.

The Grand Illusion en intégral

Et que dire de la générosité de l’artiste choisi pour inaugurer le festival. Amoureux fou de Québec, Dennis DeYoung a multiplié les marques d’affection envers le public, d’abord en commençant plus tôt, mais aussi s’adressant à eux en français, et surtout, en nous démontrant sa fougue hors du commun.

Avant de sortir de la pénombre, DeYoung a annoncé au micro qu’il allait jouer l’intégral de l’album The Grand Illusion, pour célébrer le 40e anniversaire de sa parution (42 ans, dans les faits), ainsi que « tous les plus grands succès de Styx ».

La foule s’est levée d’un bond quand le légendaire chanteur est apparu sur scène, au son de la pièce titre de l’album quadragénaire. Que des succès ont suivi, de Fooling Yourself à Come Sail Away, en passant par Suite Madame Blue et Renegade, larguées à la fin.

Dans une forme splendide, le chanteur de 72 ans a aligné les pas de danse et une vingtaine de succès avec une fougue et un plaisir qui ont de quoi impressionner. Il était accompagné par une choriste (sa femme Suzanne) et quatre musiciens qui n’ont en aucun temps boudé les synthétiseurs. Il avait aussi invité Jean Ravel, son ami, à monter sur scène avec lui.

« Vous ne m’avez pas oublié ? Jamais ? » s’est assuré le chanteur à la mi-parcours. Le parterre en liesse lui a offert une belle réponse. Le voyage dans le temps avait débuté sur le coup de 19 h 30, alors que le groupe Undercover Legends of Rock, qu’on a souvent vu en première partie d’Éric Lapointe, a livré les plus grands succès de l’histoire du rock.


► L’Agora Fest se poursuit samedi soir avec le spectacle de Limp Bizkit, et dimanche avec une soirée hip-hop qui met en vedette Koriass, Fouki, Souldia et Manu Militari.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.