/sports/football
Navigation

Mathieu Betts libéré par les Bears

L’ex du Rouge et Or n’a pas convaincu l’état-major de lui faire une place cette saison

SPO-MATHIEU-BETTS
photo d’archives Mathieu Betts photographié lors du camp d’entraînement des recrues des Bears, à Lake Forest, en Illinois, en mai dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Si l’aventure de Mathieu Betts dans la NFL doit se poursuivre, ce ne sera pas au sein de l’alignement régulier des Bears de Chicago. L’ancien du Rouge et Or de l’Université Laval a été libéré par l’équipe vendredi soir et ses espoirs de poursuivre sa carrière dans le circuit Goodell en ont pris un dur coup.

Tout n’est pas terminé pour Betts, cependant. Même si les Bears n’ont pas cru bon de lui faire une place parmi leur formation réglementaire de 53 joueurs, le secondeur extérieur pourrait toujours être réclamé par une autre équipe.

Sinon, il est toujours possible que les Bears le maintiennent dans leur giron en lui réservant une place sur leur équipe d’entraînement. Chaque équipe a droit à une dizaine de joueurs additionnels au sein de ce groupe qui s’entraîne à temps plein avec le reste du club, mais qui n’est pas en uniforme ni sur les lignes de côté, lors des matchs.

Toutes les équipes ont jusqu’à samedi, à 16 h, pour réduire leur alignement à 53 joueurs. Les différents mouvements effectués aux quatre coins de la ligue dicteront la suite des choses pour Betts.

Si aucune porte ne s’ouvre pour lui dans la NFL, les Eskimos d’Edmonton détiennent ses droits dans la Ligue canadienne après en avoir fait le troisième choix au total du repêchage, en mai dernier.

Difficile de percer

De l’avis même de Chuck Pagano, nouveau coordonnateur défensif des Bears, Mathieu Betts s’était pourtant révélé l’une des belles surprises de l’équipe lors des premiers entraînements printaniers.

Au camp d’entraînement, lors des dernières semaines, même s’il a tout donné, il n’a visiblement pas convaincu l’équipe qui l’a initialement embauché comme agent libre d’investir sur son développement.

En quatre matchs préparatoires, en août, Betts a enregistré trois plaqués. Étant donné qu’il n’a pas joué un rôle prépondérant sur les unités spéciales, où plusieurs jeunes joueurs doivent s’illustrer pour percer dans le grand circuit, il fallait s’attendre à ce que la terreur du circuit universitaire canadien soit victime du couperet.

Cela dit, cela n’a rien d’un constat d’échec, au sens où d’ici à 16 h, pas moins de 1184 joueurs à travers la ligue auront subi le même sort que Betts. Il est extrêmement difficile de percer dans la NFL en étant issu des rangs universitaires canadiens, d’autant plus à la position de Betts.

La suite

En avril, tout juste après le repêchage, les Bears tendaient la main à Betts après un imbroglio avec les Cardinals de l’Arizona, qui avaient été les premiers à s’entendre avec lui avant de se rétracter.

Maintenant libre comme l’air, Betts passe par le ballottage et si personne ne le réclame, il pourrait théoriquement revenir sur l’équipe d’entraînement des Bears.

Son entente avec Chicago devait lui rapporter plus de 1,7 million pour les trois prochaines saisons, selon le site overthecap.com.