/opinion/columnists
Navigation

La Chine peut dire «merde»

Coup d'oeil sur cet article

Deux logiques s’affrontent à Hong Kong : une logique d’apaisement, qui provient du gouvernement hongkongais et une logique de confrontation, qui émane de Pékin.

Cette logique de confrontation peut surprendre, étant donné la catastrophe qu’une intervention musclée provoquerait. Mais elle ne doit pas étonner quand on mesure la puissance nouvelle de la Chine. La Chine peut non seulement dire non, mais elle peut aussi dire « merde ».

1. Pourquoi le gouvernement chinois est-il si dur ?

Le gouvernement chinois peut d’autant plus facilement envoyer promener le reste du monde qu’il n’y a plus de superpuissance économique ou culturelle. Les États-Unis ne représentent plus que 15 % de la production industrielle mondiale, contre 19 % pour la Chine. La prééminence morale des États-Unis s’est effondrée, en particulier sous Donald Trump. Il ne reste aux Américains que la domination militaire, une domination qui s’effrite. Il y a quelques jours, un groupe de recherche australien réputé doutait de la capacité des États-Unis de remporter une guerre contre la Chine en Asie. D’autres groupes publient les mêmes avertissements depuis plusieurs années.

2. La Chine est-elle le nouveau centre du monde ?

Il faut être complètement aveugle pour ignorer que la Chine est devenue le centre du monde. Les États-Unis ne peuvent plus renverser la tendance. Il n’est pas dit que le régime chinois demeurera longtemps en place. Mais pour le moment, sa montée est indéniable et ses alliés se multiplient. En prévision du 70e anniversaire de la prise du pouvoir par les communistes le 1er octobre prochain, les journaux chinois publient de nombreuses statistiques qui montrent les progrès inouïs accomplis depuis cette époque.

3. L’économie de la Chine est-elle solide ?

Certains prédisent la chute catastrophique de l’économie chinoise. Cette chute a été annoncée plusieurs fois. Par exemple en 1976 après la mort de Mao, en 1989 après Tiananmen, en 1997 après la crise asiatique ou encore après la crise de 2008. Elle n’est jamais arrivée. D’autres s’inquiètent de taux de croissance qui ne sont que de 6 % aujourd’hui, comparativement à plus de 10 %, il y a dix ans. Cependant, l’économie chinoise a plus que doublé depuis. Ainsi, 6 % de croissance aujourd’hui, cela représente 12 % d’enrichissement il y a 10 ans ! Certains s’alarment de la dette totale du pays. Mais cette dette est détenue en vaste majorité à l’intérieur de la Chine, tout comme la dette du Japon est à plus des deux tiers entre les mains de la Banque centrale du Japon.

4. Comment les Chinois sont-ils devenus aussi puissants ?

Ils y sont parvenus en abandonnant leurs querelles idéologiques et en travaillant de manière pragmatique pour améliorer leur économie et leur armée. Leurs sacrifices ont été énormes, par exemple avec la politique de l’enfant unique. Cette puissance, les Chinois la doivent en particulier à Deng Xiaoping. Malheureusement, Xi Jinping a rejeté le pragmatisme de Deng Xiaoping. Il est en train de replonger la Chine dans la rectitude idéologique et dans la dictature d’un seul homme. C’est ce qui finira par perdre la Chine, si lui et sa faction demeurent au pouvoir.

5. Les dirigeants manquent-ils de pragmatisme avec Hong Kong ?

Le pragmatisme est précisément ce qui manque aux dirigeants de Pékin. Après tout, dans 28 ans, la ville retournera complètement à la Chine. Au lieu de laisser le temps faire son œuvre, les dirigeants de Pékin ont poussé la population hongkongaise à se rebeller encore plus.