/entertainment/music
Navigation

Limp Bizkit: connexion instantanée

Limp Bizkit et ses fans de Québec ont fait le party, samedi soir, à l’Agora

Coup d'oeil sur cet article

La première rencontre entre Limp Bizkit et ses fans de Québec a mis vingt ans à se concrétiser. L’attente, à en juger par l’intensité du party qui a éclaté lors du jour 2 de l’Agora Fest, samedi soir, en a valu la peine.

La connexion entre Québec et le quintette rap-métal, qui a connu ses heures de gloire au tournant du millénaire, a été instantanée. Dès les premières notes de My Way, la foule s’est mise à sauter et a hurlé les paroles avec le chanteur Fred Durst.

Bien déterminé à ne pas laisser de répit à ses fans, Limp Bizkit a aussitôt enchainé avec Rollin’. De toute façon, il n’y avait au menu que des hits (My Generation, Nookie), entrecoupés de quelques extraits de succès rock (White Stripes, Blur et bien d’autres) offerts par DJ Lethal et des reprises (Smeels Like Teen Spirit, de Nirvana, Killing in the Name, de Rage Against the Machine) choisies en fonction de leur capacité à galvaniser les troupes.

« Je ne savais pas à quoi m’attendre en venant ici, mais l’atmosphère est incroyable », s’est enthousiasmé Fred Durst, qui a révélé avoir été malade ces derniers jours, mais certainement pas au point d’annuler le concert.

D’ailleurs, il n’en paraissait rien. Durst, flanqué de l’excentrique Wes Borland, a mené la charge avec fougue jusqu’aux dernières notes de cette soirée complètement débridée.

Lourd et grivois

Zéro subtilité, défoulement maximum. Désignés pour réchauffer la place en début de soirée, les groupes de Québec Dance Laury Dance et Boundaries n’ont pas fait dans la dentelle.

Au programme pour les premiers : rock pesant versant dans le métal et grivoiseries en tous genres. « Aimez-vous ça fourrer des loups ? » s’est enquis l’ineffable chanteur Max Lemire, qui s’est aussi souvent intéressé à la consommation d’alcool des spectateurs en plus de dédier des chansons à Chantal Machabée (!) et France Castel (!!!).

Dans un registre punk tout aussi bruyant, Boundaries a aussi érigé un mur sonore qui a sûrement chatouillé les oreilles des touristes sur le bateau de croisière à proximité.

Les commentaires du chanteur Maxime Maltais avaient aussi de quoi laisser pantois. Ainsi, il a conclu la prestation en lançant un énigmatique « allez vous acheter du linge ».

Il n’a cependant pas dit s’il parlait de la marchandise officielle du groupe ou de linge en général. Il aurait fallu préciser.