/news/currentevents
Navigation

Une onde de choc à Sept-Îles

Une personne manque à l’appel alors qu’une autre est gravement blessée à la suite d’un grave incendie

Coup d'oeil sur cet article

Sept-Îles est sous le choc à la suite d’un puissant incendie qui a rasé un immeuble de 52 logements dans la nuit de vendredi à samedi. Une personne manque toujours à l’appel et une autre se retrouve dans un état grave après avoir sauté du deuxième étage.   

Sur cette photo diffusée par la Ville de Sept-Îles, on voit l’ampleur des flammes qui ont ravagé le bâtiment situé au 60, rue Père-Divet.
Photo courtoisie
Sur cette photo diffusée par la Ville de Sept-Îles, on voit l’ampleur des flammes qui ont ravagé le bâtiment situé au 60, rue Père-Divet.

L’incendie aurait éclaté en pleine nuit, vers 4 h samedi matin. Les pompiers ont combattu les flammes au 60, rue Père-Divet, mais la contribution de leurs lances aura été vaine. L’immeuble situé au cœur de cette municipalité de la Côte-Nord était complètement détruit plusieurs heures après le déclenchement du brasier.  

Quarante des 52 logements étaient occupés au moment de l’incendie. Les locataires ont été évacués par les autorités locales. Des personnes manquaient toutefois toujours à l’appel en début d’après-midi, ce qui a amené la Sûreté du Québec (SQ) et la Croix-Rouge canadienne à faire un décompte des locataires de l’immeuble. Des quatre absents, trois ont donné des nouvelles.  

L’immeuble a été complètement détruit.
Capture d'écran, TVA Nouvelles
L’immeuble a été complètement détruit.

« Une personne manque toujours à l’appel. Les démarches pour la localiser se poursuivent », a indiqué le porte-parole de la SQ, Claude Denis.  

L’incendie a également fait un blessé grave parmi les occupants. Une personne est sautée du deuxième étage afin de fuir les flammes, s’infligeant du coup de sérieuses blessures qui l’ont plongée dans un état critique. En fin de soirée, l’état de la personne était jugé grave, sans précision à savoir si sa vie est compromise.  

« Elle a dû sauter d’une fenêtre pour évacuer son logement qui est le foyer de l’incendie. Il y a eu beaucoup d’inhalation de fumée aussi », a décrit Patrick Gwilliam, directeur général de la Ville de Sept-Îles, en entrevue à LCN.  

Deuxième appel  

Il s’agissait de la deuxième intervention de la nuit à la même adresse, alors que les pompiers ont d’abord été appelés vendredi vers 21 h 30. « L’incendie était vraiment circonscrit », a assuré M. Gwilliam.  

  

Capture d'écran, TVA Nouvelles

L’une de ses équipes de techniciens en scènes d’incendie doit se rendre sur les lieux dimanche pour examiner les décombres et voir, entre autres, s’il existe un lien entre les deux interventions.  

  

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Solidarité  

Plusieurs résidents de Sept-Îles ont tôt fait de se manifester sur les réseaux sociaux afin d’offrir de prêter main-forte à la quarantaine de sinistrés, qui occupaient pour la plupart des logements de petite superficie.  

Des dons destinés aux sinistrés ont été entreposés à la réserve navale de Sept-Îles à la suite du drame.
Photo courtoisie
Des dons destinés aux sinistrés ont été entreposés à la réserve navale de Sept-Îles à la suite du drame.

  

Dans la foulée du mouvement de solidarité populaire, la Réserve navale NCSM Jolliet a mis des espaces à la disposition du public pour accumuler les dons de meubles, notamment. Centraide Duplessis a également emboîté le pas en ouvrant un compte bancaire spécialement dédié aux sinistrés.  

— Avec la collaboration de l’Agence QMI