/news/provincial
Navigation

Le milieu doit s’impliquer, croit un ancien élu

Jean-Marie Laliberté
Photo Dominique Lelièvre Jean-Marie Laliberté préside depuis 13 ans une fondation pour appuyer l’église Saint-Charles-Borromée.

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que des églises en arrachent, l’église Saint-Charles-Borromée, au cœur du Trait-Carré de Charlesbourg, est toujours dynamique, en partie parce que la communauté se mobilise pour elle depuis des années.

Il y a deux semaines, des experts sonnaient l’alarme dans les pages du Journal alors que 612 églises, soit 22 % du parc immobilier religieux du Québec, ont été fermées, démolies ou abandonnées depuis 16 ans.

Pour sa part, Jean-Marie Laliberté, qui a été conseiller municipal à Charlesbourg pendant 25 ans, est convaincu que la survie du patrimoine religieux ne se fera pas sans l’aide des communautés.

330 000 $

C’est pourquoi il a mis sur pied, il y a treize ans, une fondation qui a pour vocation d’assurer la sauvegarde et la mise en valeur de l’immeuble religieux qui trône sur la 1re Avenue depuis 189 ans, son presbytère et son cimetière.

« On a des subventions un peu du gouvernement, mais on n’attend pas juste ça, on s’est pris en main dans le milieu », dit le retraité de la politique municipale.

Depuis sa création, la Fondation Saint-Charles-Borromée a remis 330 000 $ à la fabrique de l’église, soit environ 25 000 $ par année. Sa principale activité de financement consiste en un concert annuel à la mi-octobre.

C’est une aide parfois modeste – il faudra refaire le perron de l’église cet automne, un projet qui représenterait à lui seul 100 000 $ – mais malgré tout appréciée. « Ce n’est pas une question de religion, c’est une question d’un paysage qui est appelé à disparaître quand il n’est pas entretenu ».

L’église Saint-Charles-Borromée est classée patrimoniale et bénéficie à ce titre d’une aide particulière du gouvernement, mais il demeure que l’État « ne peut pas tout payer », croit M. Laliberté.

♦ L’église Saint-Charles-Borromée tiendra son prochain concert-bénéfice le 12 octobre, soit un hommage à Joe Dassin par l’artiste Benoit Labonté.