/news/society
Navigation

Québec marche pour la fierté

Des centaines de personnes ont défilé dans le Vieux-Québec pour clore la Fête Arc-en-ciel

Coup d'oeil sur cet article

Des drapeaux multicolores ont flotté dans les rues du Vieux-Québec sous un soleil plombant, dimanche après-midi, alors que des centaines de membres de la communauté LGBT+ ont marché pour la fierté en fermeture de rideau de la 15e édition de la Fête Arc-en-ciel.

Les marcheurs se sont rassemblés à la place d’Youville avant de s’aventurer dans les rues du vieux quartier. Leur parcours les a menés à remonter la rue d’Auteuil, puis à passer sous la porte Saint-Jean et aux abords de l’Assemblée nationale.

Le trajet en boucle s’est finalement conclu à son point de départ avec quelques discours et un « kiss in ». Plusieurs organisateurs, bénévoles et politiciens ont alors pris le micro pour exprimer leur soutien à la communauté LGBT+. La deuxième journée de portes ouvertes du Diamant, situé directement sur la place d’Youville, a aussi permis d’attirer de nombreux curieux.

« Il y avait deux bonnes nouvelles ici en fin de semaine : l’ouverture du Diamant et cet événement-là. Vive Québec, une Capitale-Nationale fière et ouverte », a exprimé le maire de Québec, Régis Labeaume.

La candidate à la chefferie du Parti libéral Dominique Anglade, accompagnée de sa fille, le député fédéral Jean-Yves Duclos et les députés solidaires Catherine Dorion et Sol Zanetti ont également saisi le micro pour démontrer leur soutien et leur admiration aux marcheurs.

Achalandage accru

La « marche de solidarité » ne se voulait pas un défilé, ont insisté les organisateurs, mettant l’accès sur la touche communautaire du rassemblement.

« C’est plus axé sur le communautaire, avec moins d’entreprises autour. C’est plus humain, vraiment une marche de solidarité où on échange nos bonnes valeurs », a affirmé Jason Noël, porte-parole de la Fête Arc-en-ciel et fondateur de LGBT in the City.

Les organisateurs estiment que l’achalandage a augmenté d’environ 25 % comparativement à l’an dernier, où environ 40 000 personnes s’étaient rassemblées.