/news/society
Navigation

Voici 15 photographies anciennes du quartier Saint-Roch

Coup d'oeil sur cet article

Le quartier Saint-Roch, c’est presque 400 ans d’histoire. Son établissement remonte au début du XVIIe siècle.   

C’est le 4 novembre 1693 que les Récollets reçoivent une concession de trois arpents de terre sur le bord de la rivière Saint-Charles pour bâtir une chapelle dédiée à Saint-Roch de Montpellier.     

Cet ermitage donnera éventuellement son nom à la rue Saint-Roch, puis au faubourg, à la paroisse et enfin au quartier.    

1. Une vue panoramique du faubourg Saint-Roch    

Panorama du quartier Saint-Roch, 1885. BAnQ Québec (P1000, S4, D60, P15)
Photo courtoisie BAnQ, Louis-Prudent Vallée
Panorama du quartier Saint-Roch, 1885. BAnQ Québec (P1000, S4, D60, P15)

Après la fermeture de plusieurs chantiers navals le long de la rivière Saint-Charles au milieu du XIXe siècle, la ville de Québec subit un important déclin de son activité économique. Par chance, l’industrie manufacturière lui succède et assure un emploi aux centaines de chômeurs résidant dans le faubourg Saint-Roch.    

Cette photographie, prise en 1885 sur la côte de Salaberry, montre un paysage de misère où les habitations en bois et les rues en terre battue dominent le paysage. Dans cet horizon brumeux, si l’on observe bien, on peut y distinguer l’église Jacques-Cartier située à l’intersection des rues Saint-Joseph et Caron, ainsi que l’église Saint-Roch plus à droite.    

2. La rue Saint-Vallier et l’église Saint-Pierre    

Église Saint-Pierre sur la rue Saint-Vallier dans le quartier Saint-Roch, 1889. BAnQ Québec (P546, D4, P8)
Photo courtoisie BAnQ, Fred. C. Würtele
Église Saint-Pierre sur la rue Saint-Vallier dans le quartier Saint-Roch, 1889. BAnQ Québec (P546, D4, P8)

En empruntant l’escalier Lépine en 1889, on pouvait voir l’ancienne Église anglicane Saint-Pierre, construite en 1842, ainsi qu’une partie du faubourg Saint-Roch.    

Malgré la situation économique défavorable qui sévit dans le milieu du XIXe siècle, la ville effectue une réorientation de son économie grâce à l’industrie manufacturière. Les usines s’installent principalement dans le quartier Saint-Roch où réside la classe ouvrière. Ces entreprises contribuent à faire de ce quartier le centre industriel de la ville.    

Au courant des années 1960 et 1970, ces habitations, jugées insalubres, sont démolies pour éventuellement faire place aux passerelles bétonnées de l’autoroute Dufferin-Montmorency.     

3. La côte d’Abraham     

Photo prise à l'angle de la rue Saint-Vallier Est et de la Côte d'Abraham, vers 1885. BAnQ Québec (P560, S1, P127)
Photo courtoisie BAnQ
Photo prise à l'angle de la rue Saint-Vallier Est et de la Côte d'Abraham, vers 1885. BAnQ Québec (P560, S1, P127)

La côte d’Abraham relie la Basse-Ville à la Haute-Ville de Québec depuis le milieu du XVIIe siècle. Mais pourquoi ce chemin est-il ainsi nommé?     

En 1620, Abraham Martin fait partie des premiers colons qui viennent s'établir en Nouvelle-France. Le 4 décembre 1635, il devient propriétaire d’un terrain avoisinant le coteau Sainte-Geneviève, là où plusieurs siècles plus tard se développera le faubourg Saint-Jean-Baptiste. Une anecdote raconte qu'il empruntait le sentier, qui deviendra plus tard la côte d’Abraham, pour descendre au lieu de pâturage de la Pointe-aux-Lièvres, près de la rivière Saint-Charles, pour abreuver ses animaux.    

Cette voie de circulation devient publique en 1727 et on construit le premier pont Dorchester en 1789. La côte d’Abraham devient ainsi la porte d’entrée de la Haute-Ville pour tous les habitants des villages voisins.    

4. La place Jacques-Cartier    

Quartier Saint-Roch - Angle rue de la Couronne et rue Saint-Joseph - Marché Jacques-Cartier, 1898. BAnQ Québec (P585, D15, P1)
Photo courtoisie BAnQ, Philippe Gingras
Quartier Saint-Roch - Angle rue de la Couronne et rue Saint-Joseph - Marché Jacques-Cartier, 1898. BAnQ Québec (P585, D15, P1)

Au milieu du XIXe siècle, la population du faubourg Saint-Roch se fait de plus en plus nombreuse. Afin de pouvoir s’approvisionner en denrées alimentaires, les résidents réclament haut et fort un marché public. Les halles Jacques-Cartier sont donc construites en 1856 selon les plans de l’architecte Théophile Baillargé. Elles contiennent alors 24 étals de boucher ainsi que deux salles, à l’étage, qui sont utilisées pour des assemblées publiques ainsi que pour des représentations théâtrales.     

Incendié en 1911, le bâtiment cède la place, en 1926, à un parc. Ce dernier est également remplacé par la bibliothèque Gabrielle-Roy en 1982.    

5. L’Hôtel Saint-Roch    

Monument Jacques-Cartier devant l'hôtel Saint-Roch, vers 1920. BAnQ Québec (P560, S2, D2, P120084-1)
Photo courtoisie BAnQ
Monument Jacques-Cartier devant l'hôtel Saint-Roch, vers 1920. BAnQ Québec (P560, S2, D2, P120084-1)

La construction de l’Hôtel Saint-Roch commence au mois de mai 1913. Il est situé en face de la place Jacques-Cartier, entre les rues Saint-Joseph et Saint-François. En raison de son emplacement sur l’une des plus grandes artères commerciales de Québec, sa clientèle est principalement composée d’hommes d’affaires.    

L’édifice est complètement détruit par un incendie le 19 mars 1923. Par contre, il est rapidement reconstruit. Pendant les années 1960 et 1970, l’endroit devient peu recommandable et plutôt malfamé. Il est démoli en 1974.    

6. L’église Saint-Roch    

Église Saint-Roch, vers 1905. BAnQ Québec (P428, S3, SS1, D14, P10-7)
Photo courtoisie BAnQ
Église Saint-Roch, vers 1905. BAnQ Québec (P428, S3, SS1, D14, P10-7)

L’église Saint-Roch est édifiée pour la première fois en 1811. Elle est reconstruite après les deux incendies de 1816 et 1845. Plus tard, en 1914, l’église que l’on voit sur l’image est démolie pour faire place à l’église actuelle. La nouvelle église est plus spacieuse, plus solide et plus digne de la florissante paroisse qu’est alors devenue Saint-Roch.    

7. La rue du Pont    

Quartier Saint-Roch - Rue du Pont, vers 1895. BAnQ Québec (P585, D14, P2)
Photo courtoisie BAnQ, Philippe Gingras
Quartier Saint-Roch - Rue du Pont, vers 1895. BAnQ Québec (P585, D14, P2)

La rue du Pont s’est d’abord appelée la rue Craig. En 1822, après la construction du deuxième pont Dorchester qui réunit les deux rives de la rivière Saint-Charles, l’usage populaire adopte et répand son nom actuel.     

8. Le parc Victoria    

Le parc Victoria dans le quartier Saint-Roch, vers 1915. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-10, P360)
Photo courtoisie BAnQ
Le parc Victoria dans le quartier Saint-Roch, vers 1915. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-10, P360)

Le parc Victoria se situe à la frontière des quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur. Jusqu’en 1957, avant que le cours de la rivière Saint-Charles ne soit modifié pour laisser place à l’autoroute Laurentienne, ce secteur était presque totalement encerclé par un méandre de la rivière.     

En avril 1896, la Ville de Québec achète le terrain aux religieuses de l’Hôpital-Général, mais selon certaines conditions. La ville s’engage à utiliser le site pour en faire un parc public à l’usage des citoyens et à y exécuter tous les travaux d’aménagement nécessaires.     

Quartier Saint-Roch - Parc Victoria - Pavillon avec sa tour d'observation, 1897. BAnQ Québec (P585, D15, P3)
PHOTO COURTOISIE BANQ, PHILIPPE GINGRAS
Quartier Saint-Roch - Parc Victoria - Pavillon avec sa tour d'observation, 1897. BAnQ Québec (P585, D15, P3)

Lorsque l’on visitait le parc Victoria à la fin du XIXe siècle, le parcours du visiteur se terminait à ce pavillon d’apparence rustique. Ce dernier, inspiré du Stick Style, était l’œuvre des architectes Tanguay et Vallée. Il est intéressant de savoir que BAnQ Québec en possède les plans originaux. On estime qu’il a été construit entre 1886 et 1900. Dans ce lieu, il était possible de s’y restaurer ainsi que de monter dans la tour d’observation d’où le point de vue, dit-on, était remarquable.    

9. La côte Badelard    

La côte Badelard, 1898. BAnQ Québec (P585, D14, P5)
Photo courtoisie BAnQ, Philippe Gingras
La côte Badelard, 1898. BAnQ Québec (P585, D14, P5)

La côte Badelard doit son nom au chirurgien Louis-Philippe Badelart qui a vécu à Québec durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle. De plus, elle est l’une des nombreuses voies qui relient les faubourgs Saint-Jean-Baptiste et Saint-Roch.     

Son origine remonte vraisemblablement à la fin du Régime français. À cette époque, il existe un chemin qui emprunte aujourd’hui la rue Sutherland pour ensuite bifurquer à l’est vers la basse-ville. Fait intéressant, lors de la bataille des Plaines d’Abraham, l’armée française emprunte ce passage pour se replier de l’autre côté de la rivière Saint-Charles.    

Au XIXe siècle, la côte perd de son importance. À l’époque, on se désintéresse probablement de cette voie en raison de son mauvais état, de la prostitution ainsi que de la criminalité. Cependant, en 1864, les citoyens réclament la réparation de celle-ci. En 1883, la ville va la reconstruire et aménager, en 1902, un escalier pour faciliter la circulation des piétons entre la haute-ville et la basse-ville. La côte subit également des travaux d’élargissement entre 1912 et 1927. Elle est finalement interdite à la circulation automobile en 2001 et reconvertie en parc en 2002.    

10. L’incendie dévastateur de 1866    

Le quartier Saint-Roch après l’incendie de 1866. BAnQ Québec (E6, S8, SS6, P409)
Photo courtoisie BAnQ, William Augustus Leggo
Le quartier Saint-Roch après l’incendie de 1866. BAnQ Québec (E6, S8, SS6, P409)

Le grand incendie qui se déclare dans la nuit du 14 octobre 1866 près des halles Jacques-Cartier, va ravager les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur de la Basse-Ville de Québec.     

Cette catastrophe met environ 15 000 personnes à la rue. L’incendie ne laisse que des ruines fumantes sur son passage.     

Les seuls vestiges à se maintenir debout sont les cheminées des 2 500 maisons qui ont été détruites.      

11. Le couvent Saint-Roch    

Le couvent Saint-Roch, vers 1875. BAnQ Québec (E6, S8, SS1, SSS1386, D10537, PA1)
Photo courtoisie BAnQ
Le couvent Saint-Roch, vers 1875. BAnQ Québec (E6, S8, SS1, SSS1386, D10537, PA1)

Le couvent des Dames de la Congrégation, bâtiment construit par l’architecte Thomas Baillargé en 1844, n’existe plus aujourd’hui. Il se situait à l’est de la rue de la Couronne, entre les rues Saint-Joseph et Saint-François.     

Cet édifice en pierres contenait trois étages ainsi qu’un toit mansardé. Il a été modifié une première fois en 1875, puis en 1912 par l’architecte Georges-Émile Tanguay.      

12. La rue Saint-Joseph    

La rue Saint-Joseph, vers 1900. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-10, P3624)
Photo courtoisie BAnQ
La rue Saint-Joseph, vers 1900. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-10, P3624)

Dès 1860, après l’ouverture du marché public, la rue Saint-Joseph devient une voie commerçante très fréquentée.     

En 1865, l’instauration du tramway va permettre de rehausser rapidement l’intérêt que présente le quartier Saint-Roch.     

L’essor considérable de ce secteur va permettre l’ouverture de plusieurs grands magasins, de cinémas ainsi que l’apparition de l’éclairage électrique. Tous ces éléments vont contribuer à faire de cette rue le principal pôle d’attraction économique et culturel de la ville.    

13. La Compagnie Paquet Limitée    

Magasin de La Compagnie Paquet sur la rue Saint-Joseph, 1915. BAnQ Québec (P726, S44, P12)
Photo courtoisie BAnQ
Magasin de La Compagnie Paquet sur la rue Saint-Joseph, 1915. BAnQ Québec (P726, S44, P12)

Après 1865, notamment grâce à l’installation du tramway, on voit apparaître plusieurs petits commerces sur la rue Saint-Joseph. Puisque les usines et la main d’œuvre se trouvent à proximité, cela permet à la population des faubourgs avoisinants de venir s’y approvisionner.    

Au début du XXe siècle, les magasins de Saint-Roch deviennent plus imposants pour répondre à une clientèle de plus en plus grandissante. Avec le magasin J. B. Laliberté et le Syndicat de Québec, la Compagnie Paquet fait partie des grandes institutions commerciales de la rue Saint-Joseph.     

Rayon des tissus imprimés du magasin de La Compagnie Paquet Limitée sur la rue Saint-Joseph, 1915. BAnQ Québec (P726, S44, P21)
Photo courtoisie BAnQ
Rayon des tissus imprimés du magasin de La Compagnie Paquet Limitée sur la rue Saint-Joseph, 1915. BAnQ Québec (P726, S44, P21)

La Compagnie Paquet, fondée en 1850 par Zéphirin Paquet, est la première maison de commerce de la ville de Québec. C’est seulement en 1878 qu’elle trouve son emplacement définitif sur la rue Saint-Joseph dans le quartier Saint-Roch. La Compagnie se spécialisait notamment dans la vente des produits de mercerie, de literie, de chapellerie, de meubles, d'épicerie, de quincaillerie, etc.    

Un texte de Catherine Lavoie 

Vous pouvez consulter la page Facebook de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en cliquant ici et son site Web en vous rendant ici. 

Sources  

  • BEAUDET, Louis, Québec et ses monuments anciens et modernes, Québec, coll. Cahiers d’histoire, no. 25, La Société historique de Québec, 1973, 199 p. 
  • BLANCHET, Danielle, Saint-Roch un quartier en constante mutation, Québec, coll. Les quartiers de Québec, Ville de Québec, 1987, 54 p. 
  • MORISSET, Lucie K., La mémoire du paysage. Histoire de la forme urbaine d’un centre-ville : Saint-Roch, Québec. Québec. Les Presses de l’Université Laval, 2001, 286 p. 
  • RENIER, Marie. «Paroisse Saint-Roch, Québec», Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française [en ligne]. https://www.ameriquefrancaise.org  
  • S.a., «Paroisse Notre-Dame-de-la-Paix», Ville de Québec [en ligne]. www.ville.quebec.qc.ca   
  • S.a., «Place Jacques-Cartier», Ville de Québec [en ligne]. www.ville.quebec.qc.ca   
  • S.a, «Rue Saint-Joseph», Ville de Québec [en ligne]. www.ville.quebec.qc.ca