/opinion/columnists
Navigation

Sexe et religion : méchant cocktail

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge va bientôt lancer un « vaste chantier » visant à réformer le cours d’Éthique et de culture religieuse.

Va-t-il en profiter pour biffer le volet religion et en faire un cours d’Éthique et de citoyenneté, comme le proposait Jean-François Lisée ?

Non.

Il va garder le volet religieux.

Mais il va y adjoindre d’autres volets comme... l’éducation à la sexualité.

UNE IDÉE SAUGRENUE

Imaginez... Un cours qui mêle « éveil à la sexualité » et « respect des religions ».

Wow!

J’ai hâte de voir ça.

C’est comme si on intégrait un volet « religion » dans les cours de sciences.

« On a vu la théorie de l’évolution ? On va maintenant aborder le créationnisme. Ouvrez votre Bible à la page 12... »

Me semble que ça ne va pas bien ensemble.

Comment peut-on enseigner DANS LE MÊME COURS le respect des religions et le respect de la diversité sexuelle ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Les trois plus importantes religions monothéistes sont toutes homophobes ! Elles considèrent toutes la sexualité des femmes comme suspectes !

Hâte de voir le petit musulman ou le petit catholique rentrer à la maison et dire à ses parents qu’il a appris aujourd’hui dans son cours de culture religieuse qu’un homme peut aimer un autre homme...

M’est d’avis que cet étudiant va souvent manquer son cours pour cause de maladie.

À moins — ô scandale ! — que le nouveau cours encourage les jeunes à porter un regard CRITIQUE sur les religions.

Mais cela me surprendrait...

Critiquer la religion catholique, oh, pas de problème. Mais critiquer l’Islam ? À l’école ?

Tous les organismes de défense des droits de la personne, l’ONU en tête, dénonceraient le racisme systémique du système d’éducation québécois.

UNE PLACE POUR L’ATHÉISME

Une idée, comme ça...

Monsieur Roberge tient absolument (allez savoir pourquoi...) à garder le volet « religion » dans son nouveau cours « pimpé » ?

OK.

Mais qu’il rajoute l’athéisme dans le programme.

J’ai le livre parfait pour lui : Et l’homme créa Dieu à son image : La science à la rescousse du bonheur, de Romain Gagnon.

Cet essai passionnant devrait être une lecture obligatoire.

Apprendre aux jeunes que les croyants n’ont pas le monopole de la morale. Et qu’on n’a pas besoin de croire en un ami imaginaire qui vit dans les nuages pour devenir un citoyen modèle.

« Le cours d’ECR doit susciter l’esprit critique des jeunes face aux “vérités” religieuses apparemment incontestables que parfois leurs parents religieux leur inculquent de force, écrit Romain Gagnon.

« Autrement, ces jeunes resteront handicapés dans leur capacité à acquérir des connaissances scientifiques. »

LIBERTÉ DE PENSER

Qu’un cours qui porte sur les différentes religions n’enseigne pas également les principes de base de l’athéisme est aberrant.

L’école n’est pas une extension de la famille. Son rôle n’est pas d’apprendre aux jeunes ce qu’ils apprennent à la maison, mais de les ouvrir sur des idées qui, peut-être, sont considérées comme choquantes et scandaleuses chez eux.

Comme Jean-François Roberge lui-même l’a écrit dans son livre Et si on réinventait l’école ? : « Le rôle de l’éducation est d’aider chacun d’entre nous à vivre librement et sans peur. »