/news/education
Navigation

Réel engouement pour le transport en commun à l'Université Laval

Le Cégep Limoilou pense à modifier ses horaires

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le laissez-passer est disponible pour tous les étudiants à temps plein de l’Université Laval, leur donnant accès au transport en commun de Québec et de Lévis.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que l’Université Laval met en place des mesures pour diminuer la congestion routière, le Cégep Limoilou se penchera cette année sur la possibilité de modifier l’horaire des cours de ses étudiants, ce qui pourrait aussi avoir un impact sur la circulation à Québec.

C’était le jour de la rentrée sur le campus de l’Université Laval mardi, où l’engouement pour le nouveau laissez-passer universitaire (LPU) est bien réel : près de 80 % des étudiants l’ont déjà en poche, alors que le nombre de vignettes de stationnement vendues a diminué de 20 % en comparaison à l’an passé.

«C’est au-delà de ce à quoi on s’attendait, tout le monde est surpris», a lancé le vice-recteur aux études et aux affaires étudiantes, Robert Beauregard.

Le LPU permet aux étudiants de l’Université Laval d’avoir un accès illimité aux services de transport en commun de Québec et de Lévis pour 120,60 $ par session, ce qui représente une économie d’environ 50 % sur le prix d’un laissez-passer étudiant régulier.

Tous les étudiants à temps plein de l’Université Laval doivent payer cette somme, une décision entérinée par référendum l’an passé. Des exclusions sont toutefois prévues pour les étudiants qui suivent des cours à distance.

Salué par labeaume

Le maire Régis Labeaume a salué l’initiative, tout en lançant un appel à d’autres organisations publiques et privées afin qu’elles mettent en place leurs propres mesures pour soulager la congestion routière, comme l’étalement des horaires de travail.

L’Université Laval poursuit de son côté son projet d’étalement des horaires en début de journée, avec 120 cours qui commencent à 9h, plutôt qu’à 8h30.

De son côté, le Cégep Limoilou est ouvert à l’idée. La «possibilité de revoir les horaires des étudiants» sera à l’étude au cours de la prochaine année, et la diminution de la congestion routière est l’un des facteurs qui pourraient peser dans la balance, indique la conseillère en communication Josyka Levesque. Un sondage sera notamment réalisé auprès des étudiants.

Au Cégep Limoilou, des cours commencent à 8 h, mais aussi à 9 h et à 10 h, souligne Mme Levesque, qui n’a pu préciser dans quelle proportion les étudiants doivent se lever tôt pour commencer leur journée.