/qubradio
Navigation

Avortement: «Andrew Scheer a perdu des deux bords», estime Thomas Mulcair

 Avortement: «Andrew Scheer a perdu des deux bords», estime Thomas Mulcair
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

L'ancien chef néodémocrate et ancien ministre québécois Thomas Mulcair estime qu'Andrew Scheer a perdu «des deux bords» sur la question de l’avortement.

«Il a perdu du côté des groupes pro-vie [...]. Il les a courtisés assidûment toute sa carrière parce qu'il est résolument, personnellement, contre l'avortement. Ce mouvement-là fondait tellement d'espoir avec l'arrivée d'Andrew Scheer», a souligné l’ancien politicien devenu analyste et chroniqueur politique à l’émission Là-haut sur la colline à QUB radio, mardi.

L'animateur et chef du bureau d'enquête, Antoine Robitaille, s'est demandé s'il n'y aurait pas un parallèle à faire avec Brian Mulroney et l'enjeu de la peine de mort.

«Pas pour le droit des femmes de choisir. La peine de mort était théorique. On n'avait pas eu d'exécution depuis 1960. Et on connaissait le résultat. M. Scheer va faire élire tellement de gens anti-avortement; si jamais il formait un gouvernement, il y aurait une réelle possibilité que tout le débat se rouvre contre l'avortement», a expliqué M. Mulcair.

• À lire aussi: Premier grand sondage: l’avortement rattrape Andrew Scheer et les conservateurs

À l'heure des slogans

Par ailleurs, M. Mulcair s'est prononcé sur le slogan «le Québec, c'est nous» dévoilé lundi par le Bloc québécois, en vue de la campagne électorale.    

• À lire aussi: Un slogan «rassembleur» pour le Bloc québécois

«Le slogan du Bloc québécois est court et percutant dans le sens où il associe le bloc avec le Québec», a souligné Thomas Mulcair, qui estime qu’en faisant référence à la laïcité, «[le Bloc québécois] est en train, quasiment, d'inviter le débat, alors que le NPD va tout faire pour faire oublier sa position là-dessus et que M. Trudeau a été plutôt timide.»

«La semaine dernière, on a vu quelque chose d'intéressant. On a vu les médias anglophones du reste du Canada, notamment le "National Post", vraiment tabasser Justin Trudeau pour ne pas avoir parlé encore jusqu'à ce jour d'une manière cohérente et sérieuse du projet de loi 21 (sur la laïcité de l'État). Ils se font vraiment insistants là-dessus. Ils ne visent pas M. Scheer, ils ne visent pas M. Singh, ils visent Trudeau, monsieur «Charte des droits et libertés de la personne», a rappelé M. Mulcair.

• ÉCOUTEZ Thomas Mulcair à l'émission Là-haut sur la colline à QUB radio:

 

«Le Bloc est en train de carrément s'inviter dans la campagne via la porte de la laïcité. Reste à voir si les gens vont croire qu'il reste encore beaucoup à faire à Ottawa là-dessus. Tandis que M. Legault a fait de son mieux pour passer à un autre appel sur ce sujet-là», a poursuivi l'analyste.

Du côté du NPD, une publicité dévoilée mardi fait aussi indirectement référence à la laïcité alors que le chef Jagmeet Singh y retire son turban.

• À lire aussi: Jagmeet Singh prêt au combat dans une nouvelle pub du NPD

«C'est une manière pour lui de dire «j'ai bien compris pour les signes religieux. [...] Je pense que c'est le message qu'il est en train d'essayer de passer, qu'il est prêt à se conformer à l'esprit de la loi 21, mais c'est quand même intéressant parce que j’ai écouté un discours que M. Singh a donné à la fin du printemps lorsqu’il était dans la région de Toronto, et il était très dur à l'égard du projet de loi 21. [...] On ne peut pas se permettre d'avoir un discours même légèrement différent au Québec. J'ai l'impression qu'il y a des gens qui vont lui rappeler les deux discours», estime l’ancien chef du NPD.

Difficile de savoir si la stratégie [du NPD] va fonctionner, selon Thomas Mulcair.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions