/news/education
Navigation

Belles écoles : moins de concours d'architecture que prévu

Catherine Harel Bourdon
Chantal Poirier / JdeM Catherine Harel Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Seules les nouvelles écoles du projet Lab-École auront droit à un concours d’architecture, contrairement à ce qu’avait annoncé la CAQ en campagne électorale, révèle une résolution adoptée par la Commission scolaire de Montréal.

«Je suis très déçue», avoue Catherine Harel Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), qui doit abandonner le projet de concours architectural qu’elle caressait pour une future école au centre-ville de la métropole.

En campagne électorale, la Coalition avenir Québec promettait qu’un concours d’architecture serait lancé pour chaque nouvel établissement bâti afin que la province ait «les plus belles écoles au monde».

Le processus normal pour ce type de travaux passe par un appel d’offres publiques, où différentes firmes d’architectes peuvent soumissionner. 

Mais devant l’enthousiasme du gouvernement Legault, la CSDM a eu l’idée de monter un dossier pour que la nouvelle école sur la rue de la Montagne passe par un tel concours d’architecture.

Innovation

«La principale plus-value d’un concours, c’est l’innovation». Car pour soumissionner, les firmes doivent proposer des plans et devis de leur idée. Le jury sélectionne donc un projet beaucoup plus précis et détaillé que lors d’un appel d’offres ordinaire, explique la présidente.

La CSDM a donc soumis son idée au Conseil du Trésor au printemps afin d’obtenir la dérogation nécessaire, explique-t-on. 

Or, la dérogation n’est jamais venue. Le Conseil du Trésor n’a pas reçu de demande pour ce projet, qui doit d’abord passer par le ministère de l’Éducation, indique Jean Auclair, responsable des relations médias. 

La CSDM a donc décidé de cesser d’attendre après cette autorisation et par dépit, d’abandonner le projet de concours. Une résolution allant en ce sens a d’ailleurs été adoptée par le conseil exécutif mardi.

«Dans les prochains jours, on va commencer à rédiger un appel d’offres», indique la présidente. 

Lab-École

«Le ministère de l’Éducation [...] confirme que seuls les projets du Lab-École bénéficieraient de dérogations», peut-on lire dans le document de la résolution, qu’a obtenu Le Journal.  

Le Lab-École est un organisme qui a vu le jour dans la controverse en 2017 par Pierre Thibault, Pierre Lavoie et Ricardo Larrivée afin de concevoir les écoles de demain. Un concours a été lancé en août dernier pour cinq futures écoles situées en région.

«Je trouve ça dommage que [les écoles de] la métropole n’en ait pas [de projet de concours d’architecture]», déplore Mme Harel Bourdon. 

Elle espère encore qu’un autre des projets montréalais puisse faire l’objet d’un concours. Il s’agit de la réhabilitation d’un bâtiment sur le site de l’école secondaire Sophie-Barat.

Au moment de publier, le ministère et le cabinet du ministre de l’Éducation n’avaient répondu à nos questions.