/news/currentevents
Navigation

Musicien de Québec mort en Estrie: «Christophe mordait dans la vie à pleines dents»

Christophe Thivierge
Photo courtoisie Christophe Thivierge, décédé dans un accident d’auto à Ascot Corner, photographié en compagnie de son père Donald et de sa belle-mère Chantal Turcotte.

Coup d'oeil sur cet article

Le départ subit de Christophe Thivierge, le jeune musicien décédé dans un accident de voiture lundi dernier à Ascot Corner, laissera un énorme vide dans le cœur des membres de sa famille et de ses amis, qui le décrivent comme un jeune immensément généreux.

«Vous parlez à un père démoli», laisse tomber d’entrée de jeu le père de Christophe, Donald Thivierge.

Le père ainsi que la belle-mère du défunt, Chantal Turcotte, ont accepté de se confier au Journal afin de lui rendre hommage. «La force de caractère, c’est à mon tour de la montrer. Christophe était très déterminé, motivé et il mordait dans la vie à pleines dents», partage avec nous M. Thivierge.

Le jeune guitariste et chanteur de 20 ans a perdu la vie en même temps que son ami Dominic Lemieux-Richard dans une terrible collision sur une route qualifiée de dangereuse par la mairesse de la Municipalité.

Le batteur de la formation de rock métal, Cédrik-Alexendre Andrews, et le conducteur ont aussi été blessés gravement.

Une amitié profonde

Christophe était membre du groupe de métal Matriax.
Photo courtoisie, Julie Voyer
Christophe était membre du groupe de métal Matriax.

Le père éploré ne garde que de bons souvenirs de la passion musicale de son fils et de ses amis, qui formaient le groupe Matriax.

«Ce band, c’était une amitié entre quatre gars, qui s’était soudée très rapidement. C’était extraordinaire de les voir aller. Pour le peu de temps qu’ils ont eu ensemble, ils ont cheminé très rapidement», fait valoir M. Thivierge.

Il indique qu’il encourageait à 100% le projet musical de son fils.

«Je suis allé voir tous leurs spectacles, je n’en ai pas manqué un», poursuit-il.

«C’était mon bébé»

Dans la vie du jeune musicien depuis qu’il a trois ans, sa belle-mère raconte qu’elle l’aimait comme si c’était son fils biologique. «C’était mon cœur, mon bébé, mon ami, mon coloc», laisse-t-elle tomber, très émotive.

Elle décrit Christophe comme une personne démontrant beaucoup d’empathie pour les gens autour de lui.

M. Thivierge estime que son fils avait beaucoup d’ambitions. «Il n’a pas vécu longtemps, mais il a fait beaucoup de choses en peu de temps», souffle-t-il.

Le couple éploré se croise maintenant les doigts pour les deux survivants de l’accident qui se battent pour leur vie.

«Ne lâche pas, Cédrik-Alexendre Andrews. Et je pense très fort à Marc-Antoine, le seul membre du groupe qui était resté à Québec. Il a un combat à mener, il a perdu deux de ses grands amis», termine M. Thivierge.