/news/society
Navigation

Démission du patron de la SQ

Le directeur général par intérim Mario Bouchard quittera son poste plus tôt que prévu

Coup d'oeil sur cet article

Les temps sont durs pour la Sûreté du Québec. Après la suspension du directeur général Martin Prud’homme, son remplaçant quitte le navire pour prendre sa retraite plus tôt que prévu.

Le DG par intérim du corps de police provincial, Mario Bouchard, a remis sa démission, effective à la mi-décembre.

Le haut gradé de 52 ans avait prévenu le gouvernement qu’il était dans la dernière ligne droite de sa carrière lorsqu’il a accepté d’assurer l’intérim à la direction générale de la SQ, en mars dernier.

En coulisses, certains rappellent que Mario Bouchard a accepté « à reculons » le poste de DG en titre lorsque Martin Prud’homme a été relevé provisoirement de ses fonctions en raison d’une allégation relative à des infractions criminelles.

Le climat de travail et les relations difficiles avec le syndicat auraient précipité le départ de M. Bouchard, selon nos informations.

Alors que la confiance de la population à l’égard de la police est mise à mal, la ministre Geneviève Guilbault pourrait devoir trouver un autre DG intérimaire. Il est probable que les conclusions de l’investigation du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) portant sur Martin Prud’homme ne soient pas encore connues en décembre.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

« Décision très personnelle »

Au quartier général de la rue Parthenais, on parlait hier d’une « décision très personnelle » du DG par intérim. Mario Bouchard a annoncé son intention de devancer sa retraite dès le mois de juin, a précisé le porte-parole de la SQ, l’inspecteur-chef Guy Lapointe.

Dans la lettre qu’il a fait parvenir au ministère de la Sécurité publique, le DG par intérim rappelle ses 31 années de service. « Je crois humblement avoir servi dans le respect des attentes de la population en y assurant une présence quotidienne sans faille », peut-on lire dans la missive obtenue par notre Bureau parlementaire.

La ministre Geneviève Guilbault n’a pas voulu commenter ce nouveau départ. « M. Bouchard a simplement devancé son départ à la retraite à décembre 2019, alors qu’il était prévu à avril 2020 », a néanmoins insisté sa porte-parole.

Guilbault doit rassurer la population

L’opposition à Québec réclame plus de transparence de la part de la ministre de la Sécurité publique, alors que l’appareil policier québécois est fragilisé.

« [Elle] doit impérativement rassurer la population. Elle doit poser des gestes forts immédiatement et faire la lumière sur cette saga qui menace d’anéantir la confiance du public envers nos institutions policières », a fait valoir le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois.

L’élue péquiste Lorraine Richard déplore elle aussi la situation « chaotique » qui prévaut à la tête des principaux corps policiers du Québec. « La ministre doit donner l’heure juste. »

La saga continue

Octobre 2017

Le député Guy Ouellette est arrêté par l’UPAC.

Décembre 2017

Le gouvernement envoie le DG de la SQ, Martin Prud'homme, prendre la direction du SPVM de façon intérimaire, le temps de redresser la situation dans le corps policier.

Septembre 2018

L’UPAC encaisse un revers : le DPCP annonce qu’il ne contestera pas la requête d’invalidation des mandats de perquisition qui avaient permis aux policiers de saisir le téléphone cellulaire et l’ordinateur du député Guy Ouellette.

Octobre 2018

Robert Lafrenière démissionne de son poste de commissaire de l’UPAC.

Mars 2019

Visé par une allégation d’infraction criminelle, Martin Prud’homme est relevé temporairement de ses fonctions de DG de la SQ. Mario Bouchard est désigné pour assurer l’intérim.