/news/provincial
Navigation

Groupe Mach veut démolir l’édifice du pub Ozone sur la Grande Allée

Les travaux pourraient débuter en 2021

Selon la Ville de Québec, l’édifice du 570, Grande Allée, où se trouve le pub Ozone, est un bâtiment qui présente un intérêt patrimonial. Dans son projet, le Groupe Mach pourrait en garder la façade.
Photo Stevens Leblanc Selon la Ville de Québec, l’édifice du 570, Grande Allée, où se trouve le pub Ozone, est un bâtiment qui présente un intérêt patrimonial. Dans son projet, le Groupe Mach pourrait en garder la façade.

Coup d'oeil sur cet article

Le pub Ozone, sur Grande Allée, sera démoli en 2021 s’il n’en tient qu’au Groupe Mach, qui démarre ses chantiers dans la capitale. Le promoteur montréalais construira aussi un édifice de 23 millions $ près de la gare du Palais.

«Nous préparons notre projet de stationnement à étages», indique au Journal le président du Groupe Mach, Vincent Chiara, au sujet de son chantier de plusieurs millions de dollars pour le terrain où on retrouve présentement un stationnement ainsi que des édifices, entre les rues De Senezergues et de la Chevrotière, près du Dagobert.

Selon l’homme d’affaires, le nouveau développement pourrait aussi comprendre une offre d’espaces à bureaux ainsi que des unités résidentielles.

«L’ancien bâtiment du Second Cup et celui du pub Ozone vont être intégrés au projet de stationnement. L’idée est de tout démolir et de construire un ensemble. Il se peut qu’on garde la façade de l’immeuble Ozone, car le bâtiment pourrait être patrimonial. On espère obtenir les approbations en 2019 et commencer les dessins en 2020. On peut penser que les travaux pourraient débuter en 2021», explique M. Chiara, qui n’a pas encore déposé officiellement de demande de permis.

Selon la Ville, l’édifice du 570, Grande Allée (Ozone) est un bâtiment qui présente un intérêt patrimonial, mais il est non classé ou protégé par la Loi sur le patrimoine culturel.

«Lorsque le projet sera déposé, il devra être analysé par la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec», prévient le porte-parole David O’Brien. «De plus, le bâtiment est situé dans l’aire de protection de la chapelle des Sœurs-du-Bon-Pasteur, qui relève du ministère de la Culture et des Communications. Toute intervention sur ce bâtiment devra donc également être approuvée par le ministère», ajoute-t-il.

Situés à proximité du pub Ozone, également des propriétés du Groupe Mach, les édifices des 560 et 580, Grande Allée Est ne passeront toutefois pas sous le pic des démolisseurs, assure le groupe immobilier, qui a tout de même l’intention de rénover le 560. Pour le 580, il sera intégré au nouveau complexe.

Actuellement, la hauteur maximale possible pour une nouvelle construction dans ce secteur est de 26 mètres, selon la réglementation municipale.

Rappelons que le pub Ozone a été vendu le printemps dernier à l’homme d’affaires Émile Lebel, qui a acquis le fonds de commerce.

En basse-ville

Quant au nouveau bâtiment derrière Place Telus (300, rue Saint-Paul), en Basse-Ville, les travaux pour la sortie de terre de l’immeuble de bureaux de six étages sont commencés. Le chantier devrait être terminé en novembre 2020.

Comme locataire, le Groupe Mach a déjà signé une entente avec le cabinet d’avocats Fasken, qui occupera environ le tiers de la superficie disponible.

«Il s’agit d’un immeuble d’environ 130 000 pieds carrés. Le nom du bâtiment va être la tour Fasken», souligne M. Chiara, ne cachant pas que le Groupe Mach pourrait sortir de nouveau son chéquier au cours des prochains mois.

L’entreprise lorgne notamment des terrains industriels et elle aurait encore des discussions pour augmenter ses parts de marché dans Saint-Roch.

Elle détient déjà plus de 40 % du marché à bureaux dans ce secteur de Québec.

Développement sur la Grande Allée

  • Début des travaux en 2021
  • La hauteur maximale possible pour une nouvelle construction dans ce secteur est de 26 mètres
  • L’ancien bâtiment du Second Cup et celui du pub Ozone pourraient être démolis
  • Un projet de plusieurs millions de dollars