/sports/hockey/remparts
Navigation

James Malatesta cassera la glace vendredi soir avec les Remparts

La bande à Patrick Roy jouera son dernier match préparatoire à Drummondville

James Malatesta cassera la glace vendredi soir avec les Remparts
Photo Le Journal de Québec, Roby St-Gelais

Coup d'oeil sur cet article

À deux semaines du début de la saison régulière, les Remparts pourront constater où en est leur préparation en rendant visite aux Voltigeurs de Drummondville vendredi soir pour leur dernier match préparatoire.

Cette cinquième et ultime partie à l’entraînement marquera aussi les débuts officieux du talentueux attaquant James Malatesta depuis qu’il a accepté de se joindre aux Diables rouges, tournant le dos à son désir de jouer dans les collèges américains.

Une semaine s’est écoulée depuis l’annonce de son arrivée avec le club de la LHJMQ. À travers un week-end de congé et une série d’entraînements, les choses ont déboulé rapidement pour l’adolescent de 16 ans réclamé en septième ronde lors du dernier encan midget. Il n’en peut plus d’attendre de revêtir l’uniforme sanctifié.

«J’étais très stressé avant alors que je devais prendre ma décision. Mais maintenant que je suis ici, je me sens comme à la maison. Je me sens chez moi et je sens que je devais être ici», a avoué sans détour le produit des Lions du lac Saint-Louis au sortir de la glace, jeudi.

Intensité au maximum

Malatesta entend utiliser une recette qui a fait ses preuves pour s’acclimater au niveau de jeu, lui qui a vite constaté à l’entraînement la différence avec le hockey midget AAA. En séries, le natif de Kirkland s’était illustré de brillante façon, aidant les Lions à se tailler une place en finale en vertu d’une récolte de 11 buts, 12 aides et 23 points en 16 parties.

«Je veux donner le meilleur de moi-même, patiner, donner des mises en échec et lancer la rondelle. Si je joue comme ça, de bonnes choses vont arriver. Je sais que ce sera très vite, alors je dois augmenter ma vitesse.

«Les pratiques sont beaucoup plus intenses. Tout le monde joue avec intensité, et ça augmente mon niveau d’intensité de jouer avec eux comme ça. C’est un bon environnement», a rappelé le rapide patineur de 5 pi 9 po.

Questionné sur les débuts de son protégé, Patrick Roy a rappelé un élément fondamental dans les succès personnels d’un joueur. «Comme j’ai dit, on ne mettra pas de pression sur James et on veut qu’il se développe à son rythme. C’est une chose d’avoir du talent, mais d’être capable d’amener ton talent dans une structure d’équipe, c’est un autre défi», a expliqué le grand patron des opérations hockey des Remparts.

Un dernier match hâtif

L’interminable camp d’entraînement force les équipes à faire preuve d’ingéniosité en matière de gestion d’horaire. Roy aurait préféré que ce dernier exercice hors-concours se tienne plus près du lancement des activités saisonnières, surtout que la plupart de ses ouailles ont raté l’entraînement de mercredi en raison d’obligations scolaires.

«J’aurais aimé avoir ce match hors-concours un petit peu plus tard pour nous permettre de continuer à pratiquer certaines choses. Je me suis senti comme si c’était la première pratique que je coachais. C’était plus du collectif et de la structure, et j’aurais aimé avoir trois ou quatre pratiques [avant ce dernier match].»