/weekend
Navigation

D’ex-analphabète à mordue de lecture

Jacqueline Miller
Photo Martin Alarie Jacqueline Miller

Coup d'oeil sur cet article

Presque toute sa vie, Jacqueline Miller a souffert de difficultés en lecture et en écriture jusqu’au jour où elle a trouvé de l’aide. Dans le cadre de la Journée internationale de l’alphabétisation, la dame de 51 ans raconte son parcours et partage ses suggestions de lecture.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai eu de la misère à l’école. Au primaire, j’ai redoublé à deux reprises. Pour moi, lire un texte était très compliqué et j’écrivais en faisant beaucoup de fautes. Ma mère ne m’aidait pas et j’ai toujours dû me débrouiller seule.

Après avoir redoublé mon secondaire un, la direction m’a suggéré de suivre un programme court avec une formation en couture pour apprendre un métier. Je m’en sortais bien en couture, mais pas dans les autres matières. Les profs étaient moins exigeants avec les élèves dans ce programme et on m’a fait passer de justesse.

Quand j’ai terminé ma formation à 16 ans, ma mère m’a mise à la porte. J’ai vécu chez mon copain de l’époque et j’ai dû subvenir à mes besoins rapidement. Le jour, je faisais des ménages et le soir, je gardais des enfants.

Je n’ai jamais eu l’occasion de travailler comme couturière. À 18 ans, j’ai eu mon premier garçon. En tout, j’ai eu cinq beaux enfants et je suis restée à la maison pour m’occuper d’eux. Je ne le regrette pas, car ils ont tous réussi dans la vie.

Mes problèmes d’apprentissage ne m’ont pas empêchée de veiller à leur éducation. J’étais très présente pour les aider dans leurs devoirs, mais j’étais consciente de mes propres difficultés. C’est très frustrant de ne pas comprendre les mots qu’on a sous les yeux.

De l’aide

Heureusement, j’ai obtenu de l’aide. L’an passé, la stagiaire d’un organisme de Saint-Rémi où je fais du bénévolat m’a parlé d’ALPHA-SKYPE d’Au cœur des mots.

Ce projet offre des cours de français et de mathématiques à faire en ligne à la maison. Chaque semaine, une tutrice m’enseigne de nouvelles notions, selon ce qui m’intéresse. Ça fait un an que j’y participe et je peux affirmer que j’ai progressé de façon importante.

Avoir une meilleure éducation m’a donné une grande confiance en moi. Mais surtout, je lis beaucoup plus qu’avant, car j’ai appris de nouveaux mots et s’il y a quelque chose que je ne comprends pas, je peux vérifier la définition sur internet.

J’aime me lancer des défis en lisant de gros romans. Des auteurs comme Michel David, Arlette Cousture et Danielle Steel me font voyager et quand j’ouvre un livre, j’entre à 100 % dans l’histoire.

Les gens qui ont de la difficulté à lire et à écrire ne devraient pas avoir honte de demander de l’aide. Ça leur apportera beaucoup de bien-être. Apprendre la lecture et l’écriture a changé ma vie. Maintenant, je suis capable d’aider mes petits-enfants dans leur cheminement scolaire. C’est un grand motif de fierté.

- Propos recueillis par David Riendeau

Mes découvertes de lecture

Mémoires d’un quartier

Louise Tremblay-D’Essambre
Photo courtoisie
Louise Tremblay-D’Essambre

 

La série raconte l’histoire d’une famille d’un quartier ouvrier de Montréal dans les années 1950 et 1960. Chaque tome est consacré à un membre de la famille. On embarque vite dans l’intrigue et on apprend à aimer les personnages.

Un rayon de lumière

Danielle Steel
Photo courtoisie
Danielle Steel

 

L’écrivaine américaine partage l’histoire de son fils maniaco-dépressif qui est mort à 19 ans. Un récit très touchant.

Les filles de Caleb

Arlette Cousture
Photo courtoisie
Arlette Cousture

 

La fameuse histoire d’Émilie et d’Ovila est très différente de la série télé et franchement, ça vaut le coup de plonger dans ce roman qui fait voyager à une autre époque.

Un bonheur si fragile

Michel David
Photo courtoisie
Michel David

 

Le roman raconte le cheminement d’une femme courageuse qui découvre que son mari est un menteur et un alcoolique. Une lecture inspirante.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions