/travel/autres-destinations
Navigation

Kingston la mal aimée

Ce bateau à aubes se promène dans les Mille-Îles.
Photo courtoisie, Gilles Proulx Ce bateau à aubes se promène dans les Mille-Îles.

Coup d'oeil sur cet article

Je vous recommande chaudement de visiter la ville de Kingston, en Ontario.

Très associée à John A. Macdonald, le premier premier ministre du nouveau Canada de 1867, elle pâtit un peu de la sinistre réputation du grand homme, dont on veut déboulonner les statues en raison de ce qu’il a fait aux Amérindiens et, on a tendance à l’oublier, aux Français.

Des guides costumés au fort Henry.
Photo courtoisie, Gilles Proulx
Des guides costumés au fort Henry.

J’ai peu de sympathie pour cet avocat dont le cabinet de droit à Kingston a été transformé en restaurant (j’y ai mangé), mais il faut connaître son histoire !

Dans les années 1990, par deux fois, des nationalistes québécois ont scié la tête de la statue de bronze du square Dominion, ce qui m’a toujours étonné parce que cette opération – couper du métal – a duré toute la nuit !

Imaginez le boucan !

Récemment, des Amérindiens ont lancé de la peinture sur sa statue et réclamé sa disparition du billet de 10 $.

« Quand bien même que tous les chiens de Canadiens français aboieraient, Louis Riel finira au bout d’une corde », a-t-il déjà dit au sujet du chef métis condamné à mort.

L’hôtel du prince George, bâti en 1809.
Photo courtoisie, Gilles Proulx
L’hôtel du prince George, bâti en 1809.

Eh bien, à Kingston, son souvenir est partout ! C’est sa ville ! Quelle belle réussite que cette ville ontarienne entièrement retapée avec un respect scrupuleux du patrimoine ! Je vois des similitudes avec Québec (même si notre capitale est plus vieille) qui a su préserver sa vieille ville (contrairement à Montréal).

À visiter : le fort militaire Henry assis sur les ruines du fort Frontenac, où l’on forme l’élite militaire du pays. Comme quoi l’esprit de John A. survit ! Si ça n’avait tenu qu’à lui, le Canada aurait été un État unitaire centralisé à Ottawa. C’est à son collègue George-Étienne Cartier que l’on doit l’idée de « province » pour garder de l’autonomie.