/misc
Navigation

Les Carabins montrent leur vrai visage face à McGill

Les Carabins montrent leur vrai visage face à McGill
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Coup d'oeil sur cet article

Les Carabins de l’Université de Montréal ont bien répondu à leurs récents insuccès en attaque avec un gain face à l’équipe de l’Université McGill 34 à 4, ce samedi, au Stade Percival-Molson. Les Carabins ont ainsi remporté la 100e victoire en saison régulière de leur histoire.

Le botteur Louis-Philippe Simoneau a été le meilleur des siens avec six placements lors de cette rencontre, dont un de 47 verges.

«Il y en avait quelques-uns qui étaient assez longs, a observé l’entraîneur-chef des Carabins, Danny Maciocia, à propos des placements du botteur. Simoneau, c’est Simoneau et il y a pas grand-chose à dire sur son jeu, même après tout ce qu’il a vécu.»

Rappelons que Simoneau est de retour sur le terrain pour les Carabins après avoir gagné sa bataille contre un cancer des ganglions.

Départ brouillon

Étrangement, la première demie à l’attaque était pour les Carabins à la fois leur pire et leur meilleure de la saison, perdant le ballon à cinq occasions, mais retraitant tout de même au vestiaire avec 12 points.

Le quart-arrière Dimitri Morand et son attaque ont éprouvé des difficultés dès la première séquence de l’équipe. Une passe de Morand a failli terminer dans les mains adverses, puis un ballon échappé a permis à l’équipe de McGill de remonter le terrain pour aller chercher les premiers points du match, un placement de 27 verges.

Après de multiples échecs, les Carabins ont su reprendre l’ascendant. Ryth-Jean Giraud a amené son équipe à 25 verges de la zone des buts et quelques jeux plus tard, Antoine Chabot a capté une passe de quatre verges pour le premier touché de la rencontre. À la demie, le pointage affichait 12 à 3 en faveur des Carabins.

Une convaincante deuxième demie

La défensive de l’Université de Montréal, encore une fois, est venue ajouter son grain de sel dans ce match. Le secondeur Samuel Rossi a intercepté la passe de Dimitrios Sinodinos avant de décamper sur 24 verges. Il a ensuite passé le ballon en retrait au demi défensif Redha Kramdi, qui a couru les 66 verges restantes jusqu’à la zone des buts.

«C’est Rossi qui a tout fait! Il a intercepté, évité deux ou trois joueurs de McGill et ça a pris beaucoup d’énergie. J’étais juste derrière lui et j’ai vu qu’il était fatigué. [...] Il m’a vu et il m’a fait confiance et j’ai réussi à conclure le jeu sans me faire rattraper», a décrit Kramdi après la rencontre.

Les Carabins ont inscrit plus de points dans cette deuxième demie (22) que lors de ses deux premiers matchs au complet (10 et 18). Vingt-cinq des 33 passes de Morand ont été complétées. Le quart-arrière a toutefois subi deux interceptions.

Place au Rouge et Or!

La dernière défaite des Carabins face à McGill date toujours de 2002. Un défi imposant attend maintenant les hommes de Maciocia, qui se mesureront au puissant Rouge et Or de l’Université Laval, la semaine prochaine au CEPSUM.

«Il faut éliminer les revirements parce qu’on va payer dans la deuxième moitié de la saison, a prévenu Maciocia, au terme du match. On a vu que lorsqu’on joue comme du monde, on est capable de faire de belles choses.»