/sports/football/rougeetor
Navigation

Victoire du Rouge et Or face aux Stingers: l’attaque au sol impose sa loi

Le Rouge et Or piétine les Stingers 41 à 6

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | L’attaque terrestre du Rouge et Or de l’Université Laval a piétiné les Stingers de Concordia, samedi au campus Loyolla, dans un gain de 41-6 à l’occasion de la 33e édition du Shrine Bowl disputée sous l’œil d’un recruteur des Bears de Chicago.

Le Rouge et Or a amassé 342 verges par la voie terrestre. Les plus productifs ont été Vincent Breton-Robert avec 134 et Joanik Masse avec 114. Ce dernier signait un deuxième match de 100 verges et plus depuis le début de la saison.

« Le plan de match était de courir, a résumé le coordonnateur offensif Justin Éthier. Les Stingers misent sur un jeune front et une très jeune ligne défensive alors que leurs joueurs d’expérience se retrouvent sur la ligne tertiaire. On voulait prendre avantage de la jeunesse de leur front, et c’était logique d’agir ainsi. »

Le Rouge et Or a donné le ton en marquant un touché sur leur première série offensive. En quatre jeux, les visiteurs ont parcouru 71 verges. La séquence a pris fin sur une course de touché de 42 verges de Breton-Robert.

« Les portes étaient ouvertes et je n’avais qu’à courir, a imagé Breton-Robert. C’est le fun qu’on ait pu donner le ton en partant. La ligne offensive et le centre arrière bloquent dans la même direction, et les porteurs de ballon n’ont qu’à bien lire leurs blocs. »

Constantin satisfait

Dans l’ensemble, Glen Constantin a aimé ce qu’il a vu. « Nous avons démontré de très belles choses, a indiqué l’entraîneur-chef lavallois. Nous avons connu un meilleur match que le premier. Nous avons bien couru le ballon, et Samuel Chénard a connu un bon match. »

« Offensivement, les Stingers nous ont présenté ce à quoi on s’attendait, d’ajouter le pilote lavallois. Ils lançaient beaucoup du côté court du terrain comme on pensait qu’ils [le] feraient. Avec la blessure à Émile Chênevert, Zack Fitzgerald a pris la relève du côté court. Nous avons donné un peu trop de verges et raté quelques plaqués. »

Du positif dans la défaite

Malgré la défaite par un bon écart, Brad Collinson estimait néanmoins que ses protégés avaient connu une meilleure sortie que samedi dernier face à McGill dans un revers de 40-14.

« Nous avons offert une meilleure performance que lors du match contre McGill, a affirmé l’entraîneur-chef des Stingers, qui sont à la recherche d’un premier gain en trois sorties. Nous n’avons pas connu une très bonne première demie en commettant beaucoup d’erreurs. À la pause, j’ai demandé aux gars de gagner la deuxième demie. Les gars n’ont pas arrêté et ils ont donné [leur] cent pour cent malgré l’écart. Je m’attendais à ce que Laval coure afin d’enlever de la pression à Samuel Chénard. »

Interception clé

Postés à la ligne de 5 verges du Rouge et Or tard au 2e quart, les Stingers étaient bien placés pour atteindre la zone des buts, mais une interception d’Adam Auclair face au quart-arrière réserviste Olivier Roy a coupé court à leurs aspirations.

Lancé dans la mêlée à froid quand Adam Vance a perdu le souffle après avoir été frappé, Roy a été victime d’un larcin dès son premier jeu. Le secondeur Kean Harelimana a fait dévier la passe de Roy qu’Auclair n’a eu qu’à cueillir comme un fruit mûr. « On devait courir sur ce jeu, mais il y a eu une erreur d’assignation sur la ligne offensive. Ce jeu a fait mal. »

Retour retardé

Pour un troisième match, les Stingers étaient privés des services de Vince Alessandrini. Le demi inséré devait revenir au jeu, mais il s’est blessé à l’entraînement, vendredi.

« Ce n’est rien de sérieux, mais on voulait s’assurer qu’il soit à cent pour cent à son retour, a expliqué Collinson. Il jouera dans deux semaines contre Sherbrooke. La veille du match, on fait 30 jeux pendant une heure et le walkthrough a lieu deux jours avant la rencontre. Chip Kelly a instauré cette façon de faire avec Oregon à l’époque. Ça permet de garder tous les joueurs ensemble la veille du match. »

Retour réussi pour Perrier

Antoine Dansereau-Leclerc (à gauche) célèbre en compagnie de Luca Perrier après le touché de ce dernier réussi au quatrième quart.
Photo agence QMI, Joël Lemay
Antoine Dansereau-Leclerc (à gauche) célèbre en compagnie de Luca Perrier après le touché de ce dernier réussi au quatrième quart.

À son premier match depuis près de deux ans, Luca Perrier a marqué son retour au jeu de belle façon en marquant un touché et en amassant 67 verges en 10 courses.

Lancé dans la mêlée en deuxième demie, Perrier, dont le dernier match remontait au 21 octobre 2017 contre les Carabins de l’Université de Montréal, affichait son plus beau sourire après la rencontre. « Ça fait du bien de remettre les pieds sur le terrain, a-t-il résumé. Quand je suis embarqué sur le jeu, j’étais fébrile un peu, mais j’ai tenté de ne pas y penser. J’ai couru en puissance derrière la ligne offensive. C’est toujours le fun de marquer un touché, mais n’importe qui aurait pu le faire. »

« La glace est brisée et je n’étais pas vraiment rouillé, ajoute Perrier qui a pris une saison à l’écart du football en 2018. Je devrai travailler les détails. »

Un échappé recouvert sur un retour de dégagement par le spécialiste des longues remises Ian Leroux, profondément en territoire des Stingers, a pavé la voie au touché de Perrier.

Justin Éthier a aimé ce qu’il a vu de son porteur de ballon de 3e saison qui a quitté le match avant la fin en raison de crampes.

« Luca a clairement des habiletés de coureur, mais il doit polir son jeu, notamment lors des remises, a expliqué le coordonnateur offensif du Rouge et Or. À sa première saison en 2017, il avait un beau potentiel qu’il aurait pu développer l’an dernier, mais il n’a pas joué. »

Les sages décisions de Chénard

À son deuxième départ en carrière, Samuel Chénard a complété 17 de ses 22 passes pour 201 verges. Il a lancé une passe de touché et a lui-même inscrit un majeur à la faveur d’une course de huit verges.

« Il a pris de bonnes décisions et de sages décisions, a souligné Éthier. Contrairement à sa première interception contre Sherbrooke lors du premier match, il n’a pas pris de mauvaise décision. Deux poussées intéressantes ont été freinées par des passes échappées (Vincent Forbes-Mombleau et Marc-Antoine Pivin). Sur le touché de Mathieu Robitaille, Sam est demeuré calme malgré la pression et il a profité du fait que le demi de coin avait anticipé la courte passe pour lancer une passe verticale. »

Éthier a moins aimé la punition pour avoir retenu, alors que le Rouge et Or tentait de marquer sur un troisième essai à la ligne de deux des Stingers au 3e quart. Le centre arrière et ancien quart-arrière dans les rangs collégiaux Félix Garand-Gauthier a atteint la zone des buts, mais le jeu a été rappelé.

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions