/news/green
Navigation

La Basse-Côte-Nord y goûte aussi

Coup d'oeil sur cet article

La tempête Dorian a poursuivi sa route dans le golfe du Saint-Laurent dimanche après avoir frappé les Îles de la Madeleine, infligeant un traitement similaire aux résidents de l’Est-du-Québec et de la Côte-Nord.

Les impacts les plus durs ont été ressentis sur la Basse-Côte-Nord, où plus de 1000 clients d’Hydro-Québec, concentrés entre Chevery et Saint-Augustin, étaient privés d’électricité dimanche soir.

Un hélicoptère de la société d’État s’est rendu sur place en après-midi pour évaluer les dommages au réseau, puisque le secteur n’est pas accessible par voie terrestre. L’équipe a dû attendre que les vents s’apaisent pour prendre les airs, alors que des rafales entre 94 km/h et 113 km/h étaient enregistrées en début de journée sur la rive nordique du golfe du Saint-Laurent.

Dans le noir

Les résidences réparties dans plusieurs villages de quelques centaines d’habitants ont été plongées dans le noir jusqu’en soirée quand le courant a été rétabli.

« La tempête se déplace à très bonne vitesse, ce qui est bon signe », indique le météorologue d’Environnement Canada, Jean-Philippe Bégin. C’est entre Chevery et Blanc-Sablon que l’action se situe jusqu’à [tôt lundi matin]. « Ailleurs, l’amélioration est déjà survenue.

Le gros de la tempête est terminé », a-t-il ajouté.

Sillage inhospitalier

Avant d’atteindre la Basse-Côte-Nord, les forts vents et la pluie abondante ont déferlé sur une partie de la Gaspésie au même moment qu’aux Îles de la Madeleine. La tempête a frappé un peu moins fort que dans l’archipel madelinot, causant des dégâts limités et des rafales de 105 km/h enregistrées à Cap-d’Espoir.

L’ouragan devenu une tempête post-tropicale s’est ensuite dirigé vers la Côte-Nord, soufflant au passage l’île d’Anticosti avec des vents de près de 130 km/h et quelque 60 mm de pluie.