/sports/football
Navigation

Le train des Browns déraille

Baker Mayfield a connu une première journée difficile avec trois interceptions, aux commandes d’une attaque qui n’a grugé que 5,5 verges par jeu.
Photo AFP Baker Mayfield a connu une première journée difficile avec trois interceptions, aux commandes d’une attaque qui n’a grugé que 5,5 verges par jeu.

Coup d'oeil sur cet article

Quand les Browns ont gagné la saison du magasinage en mars, plusieurs ont conclu qu’ils gagneraient aussi, enfin, quand vient le temps de jouer au football. Une défaite ne définit pas une saison, mais ce que cette équipe a montré pour sa grande première, c’est littéralement un film d’horreur.

La défaite de 43-13 aux mains des Titans n’est pas seulement affreuse au niveau du pointage, mais surtout pour ce qui est de l’exécution, de la discipline et d’un désagréable sentiment de déjà-vu pour les partisans des Browns.

L’organisation a importé une quantité impressionnante de joueurs talentueux depuis deux ans, mais la performance en lever de rideau a de quoi inquiéter.

À part une première séquence à l’attaque prometteuse pour Baker Mayfield, Odell Beckham et le reste de la bande, ce fut la désolation.

Jusqu’au troisième quart, ce n’était pourtant pas dans le sac pour les Titans, qui se sont toutefois offert un festin de 31 points en deuxième demie.

Quelques facteurs expliquent cette déconfiture, notamment le manque flagrant de discipline. Les Browns ont écopé d’une orgie de 18 punitions pour 182 verges. Ils n’avaient pas été si pénalisés depuis 1951.

Plusieurs de ces punitions pouvaient aisément être évitées. Il y a notamment eu cinq fautes personnelles qui ont été décernées, dont un coup de pied au visage aussi flagrant qu’idiot de la part du bloqueur Greg Robinson.

Les Browns ont ainsi donné exactement l’image qu’ils ne pouvaient se permettre de donner, soit celle d’une équipe clairement au-dessus de ses affaires, dirigée de manière négligente par Freddie Kitchens.

Attaque stagnante

Le jeune quart Baker Mayfield connaîtra des hauts et des bas. À sa deuxième saison, rien de plus normal. Mais il a tenté de jouer les sauveurs avec trois interceptions en deuxième demie pour briser les reins des siens.

De plus, il s’est blessé à la main droite durant cette dérive, derrière une ligne offensive déjà fragile, qui a par ailleurs souffert de l’éjection de Robinson et d’une blessure à son remplaçant. Mal protégé du côté gauche, Mayfield a encaissé cinq sacs. Bref, que de bonnes nouvelles ! Il faut remonter des décennies en arrière pour trouver un match d’ouverture des Browns qui était attendu à ce point. Tout ça pour une 15e défaite de suite à la semaine 1. Plus ça change, plus c’est pareil !

En fait, l’unique bonne nouvelle à Cleveland après un tel revers, c’est que Mayfield a bien résumé la situation en affirmant que tout le monde allait maintenant jeter les Browns à la poubelle, même si le travail ne fait que commencer. Il y a au moins une personne consciente de l’urgence.

Chapeau aux Titans

Tout cela étant dit, comment ne pas saluer l’effort collectif des Titans ? Cette équipe s’en allait dans le zoo survolté de Cleveland, personne ne croyant en elle. Marcus Mariota, dont tout le monde doute, a réduit ses critiques au silence avec trois passes de touché. Le train Derrick Henry a gagné 84 verges au sol, 75 par la passe et deux touchés. Le receveur recrue AJ Brown a montré un potentiel extraordinaire. L’ailier rapproché Delanie Walker a célébré son retour au jeu après une saison sur la touche avec deux touchés.

Et surtout, la défensive s’est assurée de rappeler qu’on ne parle pas assez d’elle. Peut-être que finalement, c’était dans le train des Titans qu’il fallait sauter.

 

Gagnants

Lamar Jackson

Le jeune quart-arrière des Ravens a dépecé les Dolphins avec 17 passes complétées en 20 tentatives, cinq passes de touché et 324 verges. Ce serait encore mieux contre une équipe de la NFL, mais c’est tout un départ !

Sammy Watkins

Le receveur des Chiefs a inscrit seulement trois touchés durant toute la dernière saison. Il a égalé ce total avec trois touchés, sur neuf réceptions et 198 verges. Voilà qui augure bien puisque Tyreek Hill devra rater quelques semaines, blessé à l’épaule.

Les revenants

Après quelques saisons plutôt discrètes à Tampa, le receveur DeSean Jackson a montré à tous qu’il avait encore amplement de jus à son retour avec les Eagles, réussissant ses deux premiers touchés pour les Eagles depuis 2013. Jason Witten, commentateur l’an dernier, a quant à lui célébré son retour au jeu avec les Cowboys, avec un touché.

Les Bills

Oui, ils ont joué un match truffé d’erreurs et de revirements. Non, ce n’était certainement pas une manière élégante d’arriver à la victoire. Sauf qu’ils ont le mérite de s’être accrochés et s’annoncent comme une équipe coriace.

Dak Prescott

Le quart-arrière des Cowboys a pris le pari de miser sur lui-même cette saison plutôt que de signer une riche prolongation de contrat. Avec 405 verges et quatre passes de touché, c’est pas trop mal parti.

 

Perdants

Les Dolphins

Les plus optimistes s’attendaient à une équipe ordinaire. La plupart s’attendaient à une mauvaise équipe. Aujourd’hui, c’est la NFL qui doit avoir envie de les libérer.

Les Jets

La performance de l’offensive des Jets est inexcusable, considérant que la défensive leur a donné quatre revirements et que l’équipe détenait une avance de 16-0. Sam Darnold devra se ressaisir vite fait.

Les Redskins

Voilà une autre équipe qui a laissé filer un beau coussin, de 17 points. Les Skins avaient la chance de secouer la NFL en battant les Eagles, que plusieurs voient comme des prétendants au trône. L’équipe atroce de deuxième demie semble être la vraie personnalité de ce club.

Cam Newton

Tous ceux qui s’inquiétaient de l’état de santé de Cam Newton n’ont rien pour être rassurés. À part de courtes passes au brillant porteur Christian McAffrey, le quart des Panthers s’est montré erratique, avec une interception, aucune passe de touché et seulement trois courses.

Jameis Winston

Trois interceptions pour le quart-arrière des Bucs, dont deux qui ont été retournées dans la zone des buts. Il est directement responsable de la défaite, dans ce scénario digne du jour de la marmotte.

 

5 jeux de la semaine

Baker Mayfield a connu une première journée difficile avec trois interceptions, aux commandes d’une attaque qui n’a grugé que 5,5 verges par jeu.
Photo AFP

1. Complètement sauté !

Le vétéran ailier rapproché des Redskins, Vernon Davis, en est à sa 15e saison dans la ligue, mais il n’a rien perdu du ressort dans ses jambes. En première demie face aux Eagles, il a inscrit un touché sur une réception de 48 verges, sautant au passage par-dessus le demi de coin Ronald Darby. Les Redskins ont perdu, mais ce touché a au moins permis à Davis de rendre un bel hommage à son grand-père décédé.

2. Bienvenue à Hollywood

Plusieurs receveurs recrues ont bien fait dimanche, dont le choix de première ronde des Ravens, Marquise Brown. Surnommé «Hollywood», le petit missile a notamment brûlé la défensive des Dolphins sur une longue réception de 83 verges, terminant ainsi sa première journée de travail avec quatre réceptions, 147 verges et deux touchés. Il est devenu le premier joueur de l’histoire avec deux touchés de plus de 40 verges à ses débuts.

3. Foles se blesse

La saison des Jaguars pourrait avoir pris une bien mauvaise tournure quand le quart-arrière Nick Foles a lancé une superbe passe de touché à DJ Chark. Tout de suite après avoir décoché, il a été frappé par Chris Jones, qui est tombé dessus de tout son poids. Foles s’est fracturé la clavicule et ratera au moins deux mois. Consolation, le quart recrue Gardner Minshew n’a pas mal paru en relève.

4. Melvin qui ?

Privés de leur porteur Melvin Gordon, qui prévoit faire la grève pour les 6 à 8 premières semaines dans l’espoir vain d’obtenir un meilleur contrat, les Chargers n’ont pas paru trop s’ennuyer. Austin Ekeler en a profité pour devenir le premier joueur de l’histoire de l’équipe à gagner plus de 150 verges de la ligne de mêlée avec trois touchés lors d’un match d’ouverture, dont le touché gagnant en prolongation.

5. Victoire, Niners

Tard dans le duel opposant les 49ers aux Buccaneers, ces derniers tentaient d’aller niveler la marque, quand Jameis Winston a lancé dans les mains du demi de coin adverse, Ahkello Witherspoon. Ce dernier a retourné l’interception dans la zone des buts et ainsi scellé la victoire pour les 49ers. Un gros jeu dans un gros moment !

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions