/misc
Navigation

Le turban n’est pas le problème

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, vendredi dernier, à l’hôtel de ville de Québec.
Photo Taïeb Moalla Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, vendredi dernier, à l’hôtel de ville de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

On ne se rappelle pas avoir autant parlé d’un bout de tissu depuis les foulards de Pauline Marois. Symbole d’une déconnexion avec les électeurs courtisés, le turban, comme le foulard à l’époque (bien que pour des raisons différentes), est devenu un réel paratonnerre.

N’empêche, aussi ostentatoire soit-il, le turban de Jagmeet Singh a le dos large. La cause de ses déboires au Québec est bien plus profonde.

Déconnecté du Québec

Historiquement, le NPD n’a jamais fait des susceptibilités du nationalisme québécois une priorité. La justice sociale, l’équité pour les travailleurs ont toujours passé bien avant les compétences provinciales.

La vague orange fut avant tout un coup de foudre entre un électorat désabusé par les autres partis et un chef aussi habile que sympathique qui avait passé des années à labourer le terrain. La déclaration de Sherbrooke, le recrutement de Thomas Mulcair en faisaient foi.

Mais depuis le départ de celui-ci, que s’est-il passé ?

Le NPD est retourné à ses bonnes vieilles habitudes.

Certes, on a laissé Pierre Nantel s’époumoner sur l’enjeu de la culture et mener la bataille contre le passe-droit accordé à Netflix. Robert Aubin de Trois-Rivières a plaidé la cause du train à grande fréquence de VIA Rail. Guy Caron a réclamé un meilleur accès cellulaire et internet haute vitesse en région.

Depuis, donc, les députés ont fait leur possible. Mais face à un chef trop longtemps absent, la voix du NPD au Québec s’est étiolée.

Trop peu trop tard

Dans une magnifique publicité, Jagmeet Singh a promis qu’il comprend les Québécois soucieux de protéger leur identité. Il s’est engagé à se battre pour nous.

Mais où était-il lors des deux dernières années, alors que ses députés tenaient le parti à bout de bras au Québec ?

C’est vrai, il a nommé Alexandre Boulerice leader adjoint en mars dernier, nommé Pierre Nantel porte-parole pour les « enjeux touchant la nation québécoise ».

Jagmeet Singh a surtout eu l’air d’abandonner le Québec à ses lieutenants pendant qu’il se concentrait sur des enjeux nationaux comme l’assurance médicaments et la crise du logement à Toronto et Vancouver. Il leur a laissé bien peu de temps pour reconquérir le terrain perdu.

Ce terrain, c’est Andrew Scheer qui l’a labouré à coup de campagnes de charme, c’est Yves-François Blanchet qui l’a sillonné à coup d’assemblées de cuisine.

Pendant que le chef du NPD cherchait ses repères, il a mis le Québec en veilleuse. Il est là le fond du problème.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions