/news/politics
Navigation

Vos détritus en échange d’une réduction de taxes

Des citoyens du Bas-Saint-Laurent pourront aller porter leurs rebuts dans des conteneurs municipaux

conteneurs recyclage vidanges
Photo collaboration spéciale, Stéphanie Gendron Gervais Darisse, le maire de Saint-André, dans le comté de Kamouraska, devant les conteneurs municipaux de recyclage et de déchets au centre du village.

Coup d'oeil sur cet article

Un village du Bas-Saint-Laurent propose à ses citoyens d’aller porter leurs vidanges eux-mêmes au conteneur municipal en échange d’une diminution de leurs taxes municipales.

Saint-André veut motiver ses habitants à réduire la quantité de matières qu’ils jettent et par le fait même alléger leurs taxes.

Sur une base volontaire, les citoyens qui veulent participer au projet devront aller porter leurs sacs de poubelle au moment qui leur convient dans les conteneurs municipaux, que ce soit des déchets, du recyclage ou des matières putrescibles.

« Quand un camion vient chercher le conteneur, il lève une fois, alors que quand il ramasse ça en bacs roulants, il lève, il baisse, il avance, il lève, il baisse, il avance. Ce n’est pas écologique comme méthode », mentionne le maire Gervais Darisse.

Responsabilisation

Ceux qui acceptent de dire adieu à leurs bacs roulants verront le coût de 205 $ pour la gestion des matières résiduelles être réduit de moitié.

En tout, les occupants de 317 maisons ou immeubles sont concernés par cette invitation de la municipalité.

La Municipalité de la MRC de Kamouraska souhaite de façon réaliste atteindre un taux de participation de 10 % pour commencer.

« C’est une solution rapide avec peu de moyens à mettre en place. Ce qui est certain, c’est que lorsqu’on réduit le service à la porte, ça réduit les déchets, ça responsabilise les usagers », soutient la consultante pour EnviroRcube Marie-Caroline Bourg.

À l’image de Beaconsfield

Elle cite en exemple la Ville de Beaconsfield, sur l’île de Montréal, qui a mis en place une collecte « intelligente », où les comptes des résidents sont établis selon le nombre de fois qu’ils mettent le bac au chemin.

Une économie de 40 % a été réalisée sur les coûts de collecte, et les déchets ont été réduits de 50 %.

Les réactions à ce projet pilote ont été nombreuses, selon M. Darisse.

Certains ont avoué détester le bac roulant et aiment l’idée de ne pas devoir suivre un calendrier.

Facile d’accès

D’autres personnes plus âgées craignaient que le conteneur et son couvercle soient difficiles à atteindre et à soulever. La Municipalité s’est assurée que ce soit comparable à un bac roulant.

« C’est réversible et pas obligatoire. Si tu n’aimes pas et tu veux revenir avec tes bacs roulants, pas de problème », a spécifié le maire.