/sports/hockey/canadiens
Navigation

Price veut gagner maintenant

Le gardien du Canadien garde le même message

Coup d'oeil sur cet article

Carey Price a gravé son nom sur les trophées Hart et Vézina en 2015. L’an dernier, l’homme masqué originaire de la Colombie-Britannique a détrôné Jacques Plante du sommet des gardiens pour le plus grand nombre de victoires chez le Canadien. 

S’il a une feuille de route déjà bien garnie, Price reste à la poursuite d’une première bague de la Coupe Stanley. À 32 ans, il sait que le temps commence à presser même s’il lui reste encore sept saisons à un salaire moyen de 10,5 millions. Comme il l’avait dit lors de la journée du bilan à la fin de la dernière saison, Price a réitéré son désir de gagner maintenant. Pour lui, le sentiment d’urgence est bien réel. 

Carey Price est déterminé plus que jamais à se rendre à l’objectif ultime soit la conquête de la coupe Stanley.
Photo Chantal Poirier
Carey Price est déterminé plus que jamais à se rendre à l’objectif ultime soit la conquête de la coupe Stanley.

« Oui, absolument, a répondu le numéro 31. C’est vrai qu’il me reste encore plusieurs années à jouer, mais dans la réalité ce n’est pas comme ça. Il y a plusieurs joueurs qui connaissent de longues carrières sans jamais avoir de réelles chances de gagner. Je ne veux pas devenir l’un de ces joueurs, je veux me rendre jusqu’à l’objectif ultime. »

Pour Price, l’émergence des Ryan Poehling, Nick Suzuki, Josh Brook et Cale Fleury n’a rien de trop passionnant. C’est la même histoire pour Cole Caufield et Alexander Romanov, deux très beaux espoirs qui joueront cette saison à l’Université du Wisconsin et pour le CSKA de Moscou. Il cherchera des résultats à court terme, pas à long terme. 

Encore le temps

Marc Bergevin est aussi conscient que deux des piliers de son équipe, Price et Shea Weber, ont 32 et 34 ans. Malgré cette réalité, le DG du CH se tient plus loin du sentiment d’urgence. 

« Je pense que Carey a plus de belles années devant lui qu’il peut le croire, a souligné Bergevin. Tu peux regarder des joueurs comme Rask et Chara à Boston. Ils ont atteint la finale de la Coupe Stanley à un âge dépassé la trentaine. Carey est un gardien qui prend soin de lui et il est bien concentré. Ça ne m’inquiète pas du tout. »

Aucune certitude

Même s’il n’y a pas eu de coup d’éclat chez le CH au cours de l’été, Price se disait confiant pour la prochaine saison. 

« J’aime l’enthousiasme de notre équipe, nous avons un bon groupe de joueurs. Nous avons connu une solide saison l’an dernier. Nous avons appris de la dernière saison, ce qu’il faut pour atteindre les séries. Nous avons maintenant plus d’expérience. Mais il n’y a aucune certitude. Nous avons perdu quelques morceaux et nous avons ajouté quelques pièces. J’aime toutefois notre noyau. »

« Nous devons juste être un peu plus constants, a-t-il poursuivi. La présence de Shea dès le premier jour de la saison fera une différence. Nous sommes tous meilleurs avec lui. Il a aussi une présence importante au sein du vestiaire. »

Mieux connaître Kinkaid

D’ici les prochains jours, Price se promettait de boire une bière ou deux avec son nouveau partenaire devant le filet, Keith Kinkaid. 

Entre deux gorgées, il aura le temps de découvrir un peu la personnalité de l’ancien gardien des Devils du New Jersey. 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions