/sports/soccer/impact
Navigation

Fini les contre-performances au Stade Saputo

Fini les contre-performances au Stade Saputo
Photo d'archives Agence QMI, Dominick Gravel

Coup d'oeil sur cet article

Perdre un match est une chose. Perdre à domicile au compte de 3-0 face à une formation privée de son meilleur joueur en est une autre.

La défaite du 31 août face au D.C. United sans Wayne Rooney aura drôlement compliqué la tâche de l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Wilmer Cabrera. Le Colombien a maintenant une fiche de deux revers en trois parties depuis son arrivée, soit un à domicile et un lors d’un derby. La grogne se fait sentir dans les gradins, si bien que quelques partisans ont dit leur façon de penser au capitaine Samuel Piette après le sifflet final.

Dans le camp montréalais, une phrase se répète depuis quelques années lorsque l’équipe entame la dernière ligne droite de la saison: «On ne peut pas échapper le prochain match.» Un message qui n’a pas semblé fouetter le Bleu-Blanc-Noir par le passé. Il ne suffit qu’à penser au «match de l’année» en septembre 2018, alors que l’Impact était en pleine course aux séries et a finalement subi une dégelée de 5-0 aux mains du D.C. United.

Heureusement pour la troupe de Cabrera, il reste quatre matchs à disputer avant la fin du calendrier régulier, dont trois à domicile. Les chances de remonter au classement sont bel et bien présentes. À l’Impact de les saisir.

Changement de mentalité

Le Bleu-Blanc-Noir a bénéficié d’une semaine de congé après avoir affronté l’équipe de Washington. Une occasion parfaite pour Wilmer Cabrera d’expliquer correctement sa vision des choses à l’effectif en vue du prochain duel.

«Nous n’avions pas vraiment eu le temps de parler avec Wilmer», a avoué le gardien Evan Bush, lundi, lors de la séance d’entraînement de l’Impact. «Heureusement, nous sommes en train de nous habituer au nouveau personnel d’entraîneurs. Nous tentons d’apprendre le plus rapidement possible afin d’être prêts pour le match de samedi.»

Le changement de personnel ne semble toutefois pas s’arrêter. On est en quête de solutions chez l’Impact et on tente de prendre tous les moyens pour en trouver. Le onze montréalais a d’ailleurs confirmé, lundi, l’embauche d’Estaban Gesto à titre d’entraîneur-adjoint. Gesto est un ami de longue date de Cabrera et un entraîneur réputé en Amérique du Sud. Le préparateur physique de l’Académie de l’Impact, Jules Gueguen, demeurera également avec la première équipe jusqu’à la fin de la saison.

Une défaite qui serait plus que honteuse

Le prochain match de la formation montréalaise est plus que prenable, car la pire équipe de la ligue sera de passage au Stade Saputo, soit le FC Cincinnati, qui a notamment perdu son dernier match par le pointage de 5-1 sur sa propre pelouse contre Toronto.

Cincinnati est également bon dernier au chapitre des buts marqués cette saison avec 29, même chose pour les tirs cadrés (104). Seul hic, l’Impact a déjà affronté la pire attaque du circuit Garber cette saison... et a trouvé le moyen de perdre au compte de 2-1. Et une autre défaite à domicile serait la goutte qui ferait déborder le vase chez les partisans.

Les yeux rivés sur le Championnat canadien

Bush a affirmé que l’équipe était concentrée sur les deux prochains matchs. Le deuxième ne sera pas de tout repos, car il s’agit du match aller de la finale du Championnat canadien face au Toronto FC.

De son côté, l’attaquant Maxi Urruti a expliqué que le support des partisans sera plus qu’important dans les prochaines semaines.

«Nous avons besoin de sentir qu’ils sont de notre côté, car c’est grâce à eux que nous arrivons à nous donner à 100%», a-t-il lancé devant les médias.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions