/news/currentevents
Navigation

Acquitté de voies de fait sur un ado en crise

Le chauffeur d’autobus a usé de légitime défense

Coup d'oeil sur cet article

 SHERBROOKE | Un chauffeur d’autobus de l’Estrie a été acquitté mardi de voies de fait sur un adolescent de 14 ans qui était en crise durant son transport scolaire adapté. 

 Fernand Beaudette a agi en légitime défense le 5 avril 2018, a statué la juge Claire Desgens, mardi, au palais de justice de Sherbrooke, l’acquittant ainsi des accusations de voies de fait qui pesaient contre lui. 

 Elle a mentionné qu’elle avait un doute raisonnable sur les gestes posés par l’homme de 77 ans quant à son intention criminelle envers le jeune, dont on ne peut dévoiler le nom étant donné qu’il est mineur. 

 « Il est évident que la méthode n’est pas recommandable et est inappropriée », a soutenu la juge. 

 Images captées 

 Une vidéo provenant de la caméra de surveillance de l’autobus et dans laquelle on voit le comportement agressif de l’adolescent empirer tout au long du trajet d’autobus le ramenant à son domicile a été présentée, au procès, le 22 août dernier. 

 On le voit se frapper la tête à quelques reprises, insulter le chauffeur en plus de lui faire des « doigts d’honneur ». 

 Pour le calmer et éviter qu’il s’en prenne aux autres passagers, le conducteur l’a secoué. 

 « La juge a expliqué que le jeune représentait un risque pour la sécurité du chauffeur ainsi que pour celle des autres passagers, et que la force utilisée était raisonnable dans les circonstances », a indiqué la procureure au dossier, Véronique Gingras-Gauthier. 

 Le père outré 

 « C’est n’importe quoi ! Ça envoie un message aux commissions scolaires et aux chauffeurs d’autobus que, si ces derniers se sentent en danger, ils peuvent utiliser la force », a déploré le père de l’adolescent à sa sortie du tribunal, mardi. 

 Fernand Beaudette a quant à lui fait savoir qu’il était soulagé du verdict et qu’il allait pouvoir respirer mieux. 

 « Je regrette ce que j’ai fait, mais d’autres auraient fait pire », a lancé celui qui est maintenant à la retraite.