/news/health
Navigation

[PHOTOS] Incursion au cœur du mégahôpital de 1,9 G$

La visite du chantier a permis de faire le point sur les phases 1 et 2 du projet qui sera complété en décembre 2025

[PHOTOS] Incursion au cœur du mégahôpital de 1,9 G$
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau complexe hospitalier de Québec prend forme, alors que la première phase est complétée à 60 %. Les travaux d’excavation de la phase 2 commenceront en janvier prochain. 

Chaque jour, le gouvernement du Québec décaisse entre 600 000 $ et 700 000 $ pour payer les entrepreneurs sur le chantier. Lorsque la phase 2 sera à son apogée, c’est-à-dire dans environ deux ans, les déboursés pour l’État atteindront près de 1,5 M$ par jour. 

Le nouveau Centre intégré de cancérologie accueillera ses premiers patients en décembre 2020, mais les équipements seront en place dès le mois de mars.
Photo Jean-François Desgagnés
Le nouveau Centre intégré de cancérologie accueillera ses premiers patients en décembre 2020, mais les équipements seront en place dès le mois de mars.

«On est rendu à 400 travailleurs. Lorsqu’on sera dans la phase 2, il y aura près de 1000 travailleurs», a indiqué Robert Topping, directeur général du Bureau de projet du nouveau complexe hospitalier pour la Société québécoise des infrastructures. 

[PHOTOS] Incursion au cœur du mégahôpital de 1,9 G$
Photo Jean-François Desgagnés

Jusqu’à ce jour, près de 130 appels d’offres ont été publiés pour répondre à la phase 1 de la construction du mégahôpital qui regroupera l’Enfant-Jésus et L’Hôtel-Dieu de Québec, un projet de 1,967 G$. 

[PHOTOS] Incursion au cœur du mégahôpital de 1,9 G$
Photo Jean-François Desgagnés

Respect des échéanciers 

«On respecte l’échéancier que l’on avait planifié initialement. La livraison de la première partie de la radiothérapie est prévue en mars 2020 et le Centre intégré de cancérologie est en décembre 2020. Tout cela, en respectant les budgets», a affirmé M. Topping. 

Les responsables du chantier ont eu à faire face à un imprévu avec la découverte d’amiante dans le bâtiment de Partagec, dont la démolition doit être complétée d’ici novembre 2019. 

Les médias ont été conviés hier à une visite du chantier en compagnie de Robert Topping, directeur général du Bureau de projet du nouveau complexe hospitalier, et Luc Gagnon, directeur clinique du nouveau complexe.
Photo Jean-François Desgagnés
Les médias ont été conviés hier à une visite du chantier en compagnie de Robert Topping, directeur général du Bureau de projet du nouveau complexe hospitalier, et Luc Gagnon, directeur clinique du nouveau complexe.

«On s’est ajusté. L’enjeu que cela a créé, c’est de restreindre l’espace pour circuler sur le chantier. Lorsqu’on a découvert l’amiante, on est retourné en appel d’offres pour avoir le meilleur prix possible pour procéder au désamiantage du site», a ajouté M. Topping. 

[PHOTOS] Incursion au cœur du mégahôpital de 1,9 G$
Photo Jean-François Desgagnés

Cet imprévu a généré des coûts supplémentaires de 800 000 $, qui ont été pris dans le plan de contingence. 

La phase 1, qui est réalisée au coût de 575 M$, comprend principalement le Centre intégré de cancérologie, la centrale énergétique, le bâtiment des génératrices et le stationnement souterrain. On produira sur place les isotopes qui sont utilisés dans le traitement du cancer. 

Le Centre intégré possédera 12 salles de traitement pour répondre aux besoins actuels et futurs de la population qui vont en grandissant. On entrevoit une augmentation des besoins allant jusqu’à 30 % d’ici 2025. 

On retrouvera 12 salles de traitement de radiothérapie comme celle-ci, dont les murs de béton ont 1,5 m d’épaisseur.
Photo Jean-François Desgagnés
On retrouvera 12 salles de traitement de radiothérapie comme celle-ci, dont les murs de béton ont 1,5 m d’épaisseur.

Le Centre intégré, qui constituera le premier bâtiment clinique à être livré sur le site, offrira des traitements de radiothérapie, de curiethérapie et de chimiothérapie, en plus d’être le point central pour toutes les consultations externes. 

«On prévoit 39 000 visites de plus par année en oncologie», a indiqué pour sa part Luc Gagnon, directeur clinique au nouveau complexe hospitalier. 

[PHOTOS] Incursion au cœur du mégahôpital de 1,9 G$
Photo Jean-François Desgagnés

Le cœur du projet 

La phase 2, qui sera encore plus importante, prévoit la construction du bâtiment de soins critiques de 11 étages, d’un centre de recherche, et le réaménagement de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus. Le début des travaux est prévu en janvier 2020. 

Au total, le complexe comprendra 700 lits, dont plus de 500 en chambres individuelles. L’ensemble du projet doit être complété en décembre 2025.  

► Investissements totaux du projet 

Gouvernement du Québec  

1,78 G$ 

CHU de Québec — Université Laval  

109,25 M$ 

Fondation du CHU de Québec  

78 M$ 

Un tunnel emprunté par des robots 

Beaucoup d’éléments logistiques ne seront pas visibles par les usagers. C’est le cas notamment d’un tunnel souterrain qui parcourra le site d’un bout à l’autre, sur une distance d’environ 600 mètres, et qui sera surtout emprunté par des robots. 

En effet, le CHU de Québec-Université Laval prévoit faire l’acquisition d’environ 250 véhicules autoguidés qui transporteront le matériel nécessaire au bon fonctionnement de l’hôpital comme le matériel souillé, le matériel médical, la nourriture, les déchets, etc. 

[PHOTOS] Incursion au cœur du mégahôpital de 1,9 G$
Photo Jean-François Desgagnés

«Ce sont des charges lourdes que nos employés transportent actuellement. C’est pour cette raison que l’on tend vers cette technologie-là», affirme Luc Gagnon, directeur clinique au nouveau complexe hospitalier de Québec. Ce tunnel ne sera pas accessible aux patients. 

Par ailleurs, on estime que près de 5000 employés travailleront dans le nouvel hôpital, soit environ 1000 personnes de plus que dans les deux hôpitaux réunis. L’établissement comptera environ 400 médecins. 

Un comité se penche actuellement sur la question de trouver un nom au futur établissement, qui sera soumis au comité de direction. 

Changer un réacteur en plein vol 

L’un des défis du projet est le transfert énergétique. Au cours de la prochaine année, des travailleurs s’affaireront à prendre chaque système de la chaufferie existante pour les intercepter et les dévier temporairement. 

«Je vous en passe un papier, il y a une multitude d’éléments. Il faut faire des déviations pour permettre de venir raccorder la nouvelle centrale d’énergie, tout en gardant l’Hôpital de l’Enfant-Jésus fonctionnel. C’est un grand défi», a affirmé Robert Topping, directeur général du Bureau de projet du nouveau complexe hospitalier pour la Société québécoise des infrastructures. 

La nouvelle centrale énergétique entrera graduellement en service à partir de janvier 2020. 

Les trois chaudières à vapeur et à eau chaude de 600 BHD chacune ont une capacité de chauffer environ 1200 maisons. 

Les chaudières ont la capacité de fournir le chauffage à 1200 maisons. 
Photo Jean-François Desgagnés
Les chaudières ont la capacité de fournir le chauffage à 1200 maisons. 

Une salle de génératrices a aussi été prévue pour assurer une alimentation énergétique à l’hôpital en cas de panne d’électricité. 

[PHOTOS] Incursion au cœur du mégahôpital de 1,9 G$
Photo Jean-François Desgagnés

«Ce projet-là servira à donner des soins de qualité à la population québécoise. C’est la passion qui m’anime et qui anime mon équipe», a conclu M. Topping.

[PHOTOS] Incursion au cœur du mégahôpital de 1,9 G$
Photo Jean-François Desgagnés