/news/transports
Navigation

Troisième lien: le maire Gilles Lehouillier s’en prend à «une petite élite»

Des groupes veulent faire dérailler le projet, selon lui

Coup d'oeil sur cet article

 «Une petite élite» de Québec et de Montréal tente de faire dérailler le mégaprojet de troisième lien, selon Gilles Lehouillier. 

 C’est ce que le maire de Lévis a déploré, lundi soir, en marge du conseil municipal. «C’est toujours les mêmes : Conseil régional de l’environnement, Accès transports viables. Ces gens-là essayent de soulever une petite minorité, mais ça ne fonctionne pas [...] Il y a une petite élite à Montréal et une petite élite à Québec qui grenouillent un peu», a-t-il affirmé. 

 À ses yeux, une des preuves de l’existence de cette « élite » est la récente publication d’un article sur le bar rayé, un poisson qui serait menacé par l’avènement d’un troisième lien. 

 «La Presse qui sort l’histoire du bar rayé à partir de Montréal, c’est quoi leur problème eux autres? [...] Cette petite élite montréalaise, de quoi elle se mêle?» s’est-il demandé. 

ÉCOUTEZ l’entrevue du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, sur QUB radio:

 Pas très chaud à l’idée d’un péage 

 Interrogé sur le fait que le gouvernement caquiste n’exclut plus l’éventualité d’un péage sur un futur troisième lien, M. Lehouillier a laissé entendre qu’il n’est pas très chaud à l’idée. «Si on veut faire du péage pour un tunnel entre Québec et Lévis, il va falloir regarder les 15, 20, 30, 40 milliards $ qu’on investit à Montréal. Il va falloir qu’on soit équitable avec tout le monde», a-t-il fait savoir. 

 Sans être opposé au principe d’un péage, le maire veut connaître les intentions du gouvernement avant de se prononcer de façon plus définitive. 

 Collecte de déchets 

 Dans le dossier de la collecte des déchets, la Ville de Lévis a affirmé hier que la situation «est rentrée dans l’ordre». 

 Cet été, plusieurs retards ont été signalés sur le territoire lévisien, et la municipalité a dû imposer des amendes de 16 000 $ à son fournisseur Sani-Terre. 

 Un comité se réunira cette semaine, de façon quotidienne, pour s’assurer que l’entente avec le fournisseur est respectée. 

 La Ville décidera dans les prochains mois si elle confie une partie de cette tâche à ses cols bleus pour ne pas être entièrement dépendante de son contractant. 

 Le contrat de Lévis avec Sani-Terre est d’une durée de sept ans, mais la municipalité a la possibilité de le «casser» sous certaines conditions, a indiqué le maire Lehouillier.