/news/society
Navigation

Vitesse dans les rues à Québec: les contrevenants sont nombreux

Vitesse dans les rues à Québec: les contrevenants sont nombreux
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le Journal a pu constater, cinémomètre à la main, que la vitesse est effectivement loin d’être respectée dans des quartiers résidentiels de Québec. Certains conducteurs ont même été pincés à plus de deux fois la limite permise en pleine rue résidentielle de Beauport, lors de notre test maison.

En quelques minutes à peine, installés en pleine zone de 30 km/h sur la rue Labelle, nous avons pu observer des dizaines de contrevenants lundi après-midi.

En fait, la majorité des automobilistes ne respectent tout simplement pas la limite dans cette zone résidentielle, située à quelques centaines de mètres d’une école. À 50, 55 et même parfois 60 km/h, les contrevenants se succèdent.

Nous avons même pu capter un automobiliste qui roulait à 64 km/h, soit plus de deux fois la limite permise.

S’il avait eu le malheur qu’un policier soit à la place du représentant du Journal, l’automobiliste se serait vu remettre une contravention de 155 $ en plus des frais, à laquelle s’ajoutent trois points d’inaptitude.

Même dans les zones scolaires

Un peu plus loin, sur le boulevard des Chutes, un brigadier qui patrouille dans le même coin de rue depuis 20 ans affirme aussi que la vitesse dans les secteurs résidentiels est un véritable problème.

«Ça roule en fin de journée, et c’est encore pire le vendredi. Juste parce que [les gens] ont hâte d’arriver chez eux, ils prennent des chances. Il y en a toujours qui se dépêchent quand la lumière tombe jaune, ils accélèrent», raconte Gérard Fréchette, inquiet pour les enfants, nombreux en ces semaines de rentrée scolaire.

Gérard Fréchette est brigadier sur le boulevard des Chutes depuis 20 ans. Il n’en revient toujours pas de voir la vitesse des automobilistes, même en présence d’écoliers.
Photo Agence QMI, Simon Clark
Gérard Fréchette est brigadier sur le boulevard des Chutes depuis 20 ans. Il n’en revient toujours pas de voir la vitesse des automobilistes, même en présence d’écoliers.

Conducteur fou

Le Journal a pu confirmer les dires du brigadier de 83 ans alors que celui-ci s’apprêtait à faire traverser quelqu’un.

Comme il allait s’engager dans la rue, anticipant le feu piéton, une voiture a accéléré avant de franchir l’intersection alors que le feu passait au rouge. «Vous voyez, c’est comme ça, toujours», soupire l’homme.

Sur le même sujet