/opinion/columnists
Navigation

Coup fourré

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault s’apprêterait à réaliser l’engagement d’abolir les frais modulés dans les services de garde subventionnés. Pour un parti qualifié de centre droit, il surprend en accroissant les charges sociales de l’État et en se positionnant comme leader de l’équité intergénérationnelle. Il corrige ainsi les erreurs du gouvernement Couillard et soulage une population particulièrement sensible à son portefeuille !

Bourde libérale

En augmentant les frais de garde aux familles avec des tarifs modulés selon les revenus parentaux, les libéraux se fourvoyaient doublement.

Premièrement, ils en exigeaient encore plus des citoyens qui assumaient déjà la plus large part de la subvention gouvernementale.

Deuxièmement, ils pénalisaient les jeunes qui souffrent déjà trop des restrictions que le néolibéralisme a entraînées dans les sociétés occidentales, au point de leur laisser croire que les baby-boomers sont partis avec la caisse.

L’engagement caquiste éliminerait aussi un autre effet pernicieux de ces frais additionnels devenus, pour plusieurs familles, un facteur de découragement à intégrer le marché du travail. Au moment où les besoins de main-d’œuvre sont si grands, le Québec n’a pas les moyens de freiner l’élan que lui avait donné la création du réseau de la petite enfance en le plaçant dans le peloton de tête pour la présence des femmes sur le marché du travail.

Faire mieux

Tant qu’à vouloir être les champions des familles, les caquistes pourraient être encore plus audacieux en réduisant la contribution de base des familles. Empruntant au modèle norvégien, le coût quotidien pourrait être ramené à zéro en considérant les revenus familiaux. Une modulation des tarifs contraire à celle des libéraux pourrait s’instaurer.

Ultime défi, le gouvernement doit prendre les moyens d’aller chercher au fédéral les sommes dont il est privé avec la formule des garderies subventionnées. Par entente négociée ou par règle administrative, il peut rapidement disposer de cet apport supplémentaire qui lui permettrait de continuer à surprendre à gauche.