/opinion/columnists
Navigation

Le 6e lien

ponts
photo d’archives, JEAN-FRANCOIS DESGAGNéS

Coup d'oeil sur cet article

En fin de semaine, savez-vous comment l’actuel député libéral de Gatineau a amorcé son discours d’investiture ? En promettant un 6e lien entre Gatineau et Ottawa ! Étonnamment, les environnementalistes n’ont pas pris le mors aux dents et les médias montréalais n’ont pas repris l’histoire.

Il semble qu’à Ottawa on puisse discuter d’une amélioration au réseau routier, mais pas à Québec. Le projet de la région d’Ottawa inclut un volet de transport en commun... exactement comme le 3e lien à Québec. Comment alors expliquer la différence de réaction ?

Certainement, la discussion à Québec s’est amorcée sur des bases de politique trop partisane. Le sujet est devenu un axe de dissension politique autant pour les partis à l’Assemblée nationale que sur la scène municipale. À la CAQ, on allait jusqu’à mettre son siège en jeu pour la réalisation du projet pendant que d’autres se braquaient contre.

Entre politique et idéologie

Difficile de mener une discussion rationnelle comme une analyse coûts/bénéfices, lorsqu’on se retrouve face à un projet si politiquement teinté. Pourtant à sa base, l’idée n’a rien d’absurde. La Rive-Sud de Québec a connu une croissance fulgurante dans les dernières décennies, comme toute la région de la capitale d’ailleurs.

Le 3e lien permettrait de terminer une ceinture autour de cette agglomération urbaine qui s’approche du million d’habitants. Le fait d’avoir une boucle routière complète autour de la ville est tout à fait standard lorsqu’on tient compte de la taille de Québec et de la croissance attendue. À moins que le coût réel soit si exorbitant qu’il n’oblige une reconsidération complète du dossier.

Regardons les choses en face : l’opposition viscérale au projet de 3e lien provient surtout d’une position idéologique ferme. Au nom de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques, il ne faudrait plus améliorer le réseau routier.

Les objections entendues pour le 3e lien risquent de revenir hanter ceux qui souhaitent voir des autoroutes congestionnées comme la 20 et la 30 passer de deux à trois voies. Selon la pure vision verte, il ne faut pas se contenter d’investir massivement dans le transport en commun. Il faut également laisser souffrir l’automobiliste pour le dompter.

Pour des raisons mystérieuses, le projet de 6e lien semble passer plus en douceur. Même la ministre fédérale de l’Environnement Catherine Mckenna (aussi députée au cœur d’Ottawa) a donné son aval aux premières étapes du projet.

Campagne électorale

Alors que s’amorce aujourd’hui la campagne électorale, il faudra surveiller comment se positionnent les partis face aux dilemmes liés à l’environnement. La firme de sondage Angus Reid nous rappelait récemment qu’une majorité d’électeurs veulent voir une priorité mise sur les changements climatiques. Mais une majorité d’électeurs souhaitent aussi voir se développer l’industrie pétrolière et gazière ! Contradictoire ? Ou tout simplement pragmatique ?

Cela nous rappelle que lorsque les groupes environnementaux les plus radicaux prennent le micro en affirmant parler au nom de « la population », il y a enflure de langage. Les gens cherchent un discours équilibré.