/sports/racing
Navigation

24 heures de course pour la bonne cause

Le MégaRelais Madame Labriski se tiendra cette fin de semaine

24 heures de course pour la bonne cause
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Dans le monde du sport, professionnel ou amateur, certaines personnes redéfinissent l’art du dépassement de soi. Pour la cinquième année consécutive, Jacques Papillon et son équipe se relaieront à la course pendant 24 heures sur un trajet de 287 km dans le cadre du MégaRelais Madame Labriski.

À entendre ce gestionnaire aux loisirs à la Ville de Lévis qui compte près d’une quarantaine de marathons à son actif, cet événement caritatif au profit de Fillactive est certes exigeant à plusieurs niveaux, mais il a vu pire dans sa carrière d’athlète. 

«C’est moins difficile qu’un marathon de 42 km en ligne. Cette fois, je vais courir des segments entre 7 et 12 km. Et on ne le fait pas pour arriver en premier, on le fait pour avoir du plaisir», relate l’homme de 57 ans qui partagera le boulot en compagnie de quatre autres coureurs - Ève Bilodeau, David Falardeau, Tommy Grégoire et François Tremblay, qui comme le doyen de l’équipe, portent les couleurs du club de l’Université Laval.   

Les membres du quintette se taperont donc entre 55 et 70 km au total durant le parcours qui décolle du Mont-Sainte-Anne jusqu’au domaine Cataraqui en passant plusieurs municipalités des MRC de la Côte-de-Beaupré, de la Jacques-Cartier et de Portneuf. Ils seront l’une des 42 équipes sur la route.   

La nuit, un défi

Si la distance ne pose aucun problème, les côtes et le segment en pleine nuit n’épargneront pas les participants.    

«Ça prend un bon mental, reconnaît Jacques Papillon, qui est toujours aussi fébrile de participer à ce rendez-vous de course à pied. Le plus difficile dans la course, c’est autour de 4-5 h du matin avant le lever du soleil. La fatigue entre en ligne de compte et nous n’avons que notre lampe frontale pour nous éclairer. Puis, quand le soleil se lève, tout le monde revit». 

L’esprit de famille et l’entraide entre les participants sont un autre aspect unique au MégaRelais qui plaît aux participants. Dans le cas de M. Papillon, cette sortie du week-end lui servira aussi de préparation en vue du marathon de Chicago où il figurera sur la ligne de départ le mois prochain. 

«De le faire en équipe, c’est différent, a souligné celui dont les deux filles s’adonnent aussi à ce sport. Il y a tout un esprit à l’intérieur de la camionnette [durant le parcours]. Ça prend l’encouragement des autres. C’est assez émouvant de passer la ligne d’arrivée tous ensemble.» À constater à partir de 10 h 30, dimanche matin.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions