/news/politics
Navigation

Aide médicale à mourir: les chefs fédéraux sont prudents, mais ouverts

Aide médicale à mourir: les chefs fédéraux sont prudents, mais ouverts
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les chefs des partis fédéraux se sont montrés prudents, mais ouverts face à la décision de la Cour supérieure d'élargir l’accès de l’aide médicale à mourir.

• À lire aussi - Aide médicale à mourir: un jugement qui «ouvre les portes du paradis»

• À lire aussi - Aide médicale à mourir: «C’est ma bouée de sauvetage»

«On accueille avec grande ouverture le fait qu’on continue d’avoir une discussion, y compris dans les tribunaux, sur les prochaines étapes que le gouvernement devrait entamer», a dit le premier ministre Justin Trudeau au cours de son passage à Victoria, en Colombie-Britannique.  

Le chef libéral a insisté sur l’aspect «délicat» de cet enjeu, soulignant que son équipe allait prendre soin de bien prendre connaissance du récent jugement avant de prendre une décision quelconque.  

Nicole Gladu et Jean Truchon, les deux Québécois à l’origine de la bataille judiciaire sur l’aide médicale à mourir, ont appelé jeudi les décideurs provinciaux comme fédéraux à ne pas interjeter appel de la décision de la Cour supérieure du Québec.  

Ottawa et Québec disposent de 30 jours pour en appeler du jugement rendu mercredi, au jour un de la campagne électorale.  

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh est celui qui a manifesté l’appui le plus manifeste au jugement.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«Ça montre qu’il y a vraiment un problème avec la réglementation (actuelle), a-t-il réagi depuis Brampton, en Ontario. Je suis ouvert à m’assurer que chaque personne qui a besoin de ce service puisse y avoir accès.»  

De son côté, le chef conservateur Andrew Scheer s’est fait avare de commentaires.  

«Nous allons continuer d’étudier la question, a-t-il dit durant un événement de campagne à Toronto. C’est une décision très importante qui va toucher la vie de beaucoup de Canadiens.»  

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a, quant à lui, soutenu qu’il était important d’exclure «toute considération partisane» de ce débat.  

«[Le jugement] semble démontrer qu’il y a en effet un potentiel de bonification de cette loi», a-t-il dit durant une mêlée de presse à Saint-Bonaventure, près de Drummondville.