/sports/others
Navigation

Grand Prix cycliste de Québec: les paris sont ouverts

Plusieurs vedettes mondiales aspirent à remporter cette 10e édition

Coup d'oeil sur cet article

 Les paris sont ouverts pour prédire le gagnant, alors que tous les yeux seront tournés en fin d’après-midi vers un cycliste qui pourrait offrir à la France un deuxième succès dans la capitale depuis la victoire historique de Thomas Voeckler en 2010. 

 Affichant un calme olympien, Julian Alaphilippe pourrait larguer ses adversaires avec une accélération dans le dernier kilomètre après le Château Frontenac. C’est à voir. 

 Encore cette année, les conditions idéales sont réunies pour offrir un superbe spectacle lors de la 10e édition du Grand Prix cycliste de Québec, qui devrait couronner son champion un peu après 16 h et plus de 201 kilomètres de course. 

  • ÉCOUTEZ Louis Garneau, cycliste et homme d’affaires à l'émission Franchement Dit à QUB radio:

 Tout au long des 16 ascensions de la côte de la Montagne, on annonce un ciel parfait et 18 °C. Depuis dix ans, Québec a toujours réussi à éviter le déluge. 

 Les principaux acteurs ont pédalé dans les rues jeudi et les machines sont bien rodées. L’Australien Michael Matthews portera le dossard numéro 1, mais Peter Sagan pourrait devenir le recordman à Québec avec un troisième sacre. 

 Sept fois dans le top 10 depuis 2012, le Belge Greg Van Avermaet ne veut pas échapper la victoire pour une quatrième année consécutive. La frustration a atteint ses limites, même s’il refuse de le dire. 

 Du talent canadien 

 L’équipe nationale a aussi présenté ses pilotes jeudi. En fait, tous les coureurs canadiens ont été invités à une grande photo de famille. Un contingent record sera au départ vendredi matin. 

 De retour en selle depuis peu, le Québécois Antoine Duchesne commence à voir des améliorations à sa condition physique. « J’ai essayé d’être optimiste après l’opération. Maintenant, l’objectif est tourné vers 2020 pour m’assurer de revenir à 100 %. J’aurais aimé être meilleur devant mes proches, mais c’est une motivation pour me dépasser », a expliqué l’olympien de Rio qui a complété le Tour de France en 2016. 

 Pour sa part, le meilleur Canadien au classement UCI, Michael Woods, devrait offrir une grande performance dans la métropole dimanche avec un terrible parcours long de six heures. 

 Besoin de support 

 «À Québec, c’est mieux pour mes équipiers Alberto Bettiol et Sep Vanmarcke, mais à Montréal, ça sera plus dur pour tout le monde et je vais toujours bien dans ces conditions», a mentionné le cycliste vainqueur d’étape au Tour d’Espagne. 

 Troisième au Championnat du monde en 2018, il croit en ses chances de faire encore mieux, surtout avec cinq coéquipiers. «Des gens croient en nous et nous aident. Sylvan Adams, Louis Garneau, l’équipe Rally veulent amener les Canadiens à un niveau plus élevé. Avec Boivin, Houle, Duchesne et Piccoli, nous serons nombreux à pouvoir aller loin dans la course. Si je roule bien, je suis capable d’améliorer mon résultat», a confié l’athlète qui devrait être père au cours de l’hiver après avoir vécu des moments difficiles l’an dernier. 

 Dans des circonstances différentes, James Piccoli est celui qui a cumulé le plus de points UCI après Woods en 2019. Le Montréalais de 28 ans a grimpé sur le podium partout où il est passé cette saison. Il devrait normalement passer à un niveau supérieur dans les prochains mois. «C’est une grosse opportunité pour ma carrière. Je veux tout donner pour Woods, et tout peut arriver.»  

 ► Le cycliste et homme d’affaires Bruno Langlois a attiré plusieurs cyclistes du peloton dans les locaux de son entreprise BL Coaching, à Québec. Pour la deuxième fois seulement en dix ans, le vétéran ne sera pas au départ vendredi. 

 ► Encore une fois, un bon nombre d’espoirs d’ici vont tenter de sauver leur carrière à peine entamée en s’illustrant devant les équipes WorldTour. L’année 2020 sera à nouveau difficile pour toute l’industrie nord-américaine. 

 LE PARCOURS 

 Les favoris à surveiller 

 Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) 

Photo Stevens Leblanc

 Le Slovaque de 29 ans, triple champion du monde, n’a plus besoin de présentation. Il a déjà tout gagné ou presque sur le grand circuit. Sagan affiche deux victoires à Québec (2016-2017) et une à Montréal (2013). 

 Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) 

Photo AFP

 Le numéro un mondial connaît une saison exceptionnelle avec de grandes victoires à Milan-San Remo et à la Flèche wallonne, en plus de 14 jours en jaune au Tour de France. Le Français de 27 ans peut encore gagner, mais il sera très surveillé. 

 Greg Van Avermaet (CCC) 

Photo AFP

 Le Belge de 34 ans est le roi des places d’honneur chez nous même s’il n’a gagné qu’une fois, à Montréal, en 2016. Il a terminé 2e à Québec lors des trois dernières éditions, et aussi en 2012. 

 Michael Matthews (Sunweb) 

Photo Stevens Leblanc

 Difficile d’écarter l’Australien de 28 ans du carré d’as même s’il n’a peut-être pas le même niveau qu’en 2018. Double vainqueur des épreuves canadiennes l’an dernier, Matthews se présente ici en bonne condition, mais les adversaires sont nombreux. 

 Jasper Stuyven (Trek-Segafredo) 

Photo AFP

 Un peu moins connu, le Belge de 27 ans a terminé 3e l’an dernier à Québec et il connaît bien l’arrivée sur Grande Allée. Il vient récemment de remporter le Tour d’Allemagne. 

 Ils peuvent surprendre  

  •  Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) 
  •  Tim Wellens (Lotto-Soudal) 
  •  Olivier Naesen (AG2R – La Mondiale) 
  •  Sonny Colbrelli (Bahrein-Merida) 
  •  Alberto Bettiol (EF Education First) 
  •  Sep Vanmarcke (EF Education First)  

 Les vainqueurs du GP de Québec  

  •  2010 | Thomas Voeckler 
  •  2011 | Philippe Gilbert 
  •  2012 | Simon Gerrans 
  •  2013 | Robert Gesink 
  •  2014 | Simon Gerrans 
  •  2015 | Rigoberto Uran 
  •  2016 | Peter Sagan 
  •  2017 | Peter Sagan 
  •  2018 | Michael Matthews