/sports/hockey/remparts
Navigation

LHJMQ: un Darien Kielb 2.0 avec les Remparts

Le joueur de 20 ans revient à Québec après trois ans, plus mature et plus expérimenté

LHJMQ: un Darien Kielb 2.0 avec les Remparts
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

En août 2016, le défenseur Darien Kielb se taillait un poste sur l’alignement des Remparts après avoir participé au camp d’entraînement à titre d’invité. Trois ans plus tard, c’est un joueur complètement transformé qui s’apprête à endosser pour la deuxième fois le chandail de l’équipe lui ayant offert sa première chance.

Illustre inconnu à ses débuts dans la LHJMQ, l’Ontarien a gagné du galon la saison dernière chez les Olympiques de Gatineau pour se glisser sur la première paire, si bien que Patrick Roy a décidé de ramener celui que son prédécesseur Philippe Boucher avait déniché comme agent libre en provenance du junior B.

Kielb, 20 ans, a été obtenu en compagnie d’un choix de sixième ronde en 2021 en retour d’un autre vétéran, Matthew Grouchy, et de deux autres choix au repêchage. Deux ans auparavant, le principal intéressé avait servi de monnaie d’échange pour l’acquisition de Marc-Olivier Alain, qui n’a jamais été en mesure de faire sa niche avec les Remparts.

Aucun regret

Il ne passe pas par quatre chemins quand on lui demande la différence entre sa version précédente et celle qui sera envoyée dans la mêlée lors de l’ouverture de la saison, le 20 septembre, à Victoriaville.

« Le plus gros changement est ma maturité. Je suis plus confiant dans mon jeu que je ne l’étais à 17 ans. Je ne jouais pas beaucoup, alors je n’avais pas la confiance nécessaire et je ne voulais pas faire d’erreurs. Depuis, surtout l’an passé, j’ai joué beaucoup de matchs et j’ai appris beaucoup des joueurs plus âgés, confiait le natif de Hamilton à l’issue de l’entraînement de jeudi au Pavillon de la jeunesse.

« Je suis plus confiant avec la rondelle et je n’ai plus peur de faire des erreurs parce que je sais que j’ai les habiletés pour compléter le jeu. Je n’ai pas peur non plus de jouer contre les gros joueurs de l’autre équipe et passer de longues minutes sur la glace. »

Pour Kielb, ce retour aux sources lui permettra de boucler la boucle de belle manière avec le hockey junior majeur. Il s’est d’ailleurs réinstallé dans sa famille de pension de l’époque.

« Je n’ai aucun regret d’être venu à Québec parce que c’est ce que je voulais depuis que j’ai commencé à jouer au hockey. Pour atteindre le prochain niveau, le hockey junior est la meilleure avenue alors qu’on joue plusieurs matchs et face aux meilleurs au monde », a mentionné le numéro 74.

Un grand frère

Le départ de Pier-Olivier Lacombe permet à Kielb d’embrasser plus que jamais son rôle de grand frère à la ligne bleue alors que la majorité de ses coéquipiers n’ont pas encore atteint l’âge de la majorité.

Avec 185 matchs derrière la cravate en trois saisons, le grand défenseur est bien outillé pour remplir cette tâche. L’an passé, il a récolté 32 points en 68 rencontres tout en décochant 128 tirs, l’un des meilleurs à ce niveau dans tout le circuit. Les gardiens n’ont qu’à bien se tenir !

« On est très talentueux à l’arrière. Ça me rappelle ma première année quand j’étais nerveux. Je vais m’assurer qu’ils ne soient pas nerveux. Ils vont faire des erreurs comme j’en ai fait. On est là pour les soutenir et ils doivent avoir du plaisir. Si tu arrêtes d’avoir du plaisir, c’est là que les erreurs commencent », a-t-il reconnu.