/opinion/columnists
Navigation

Ressuscitons la vraie loi 101!

Coup d'oeil sur cet article

Les quatre partis du Québec se disent en faveur d’un renforcement du français et nous voilà plongés depuis hier dans une campagne électorale fédérale. L’occasion n’est-elle pas belle de raviver l’esprit de la loi 101 de Camille Laurin, celle d’avant sa « castration » par la Cour suprême ?

Au lendemain de la loi 101 de Camille Laurin, on a fait de ce dernier un héros national. Mais à force d’attaques, notamment juridiques, sa loi s’est ramollie sous la gouverne des libéraux de Robert Bourassa après 1985...

Pendant des mois à la radio, je claironnais l’importance de cette loi bafouée. The Gazette me consacrait sa page frontispice en 1988 en m’accusant d’avoir remis cette loi « exécrable » à la mode. CTV m’attribuait ensuite la faute d’actes de vandalisme pro-loi 101 sur le chemin de la Reine-Marie.

Manifestation

La même année, nous étions 60 000 manifestants à la place Jacques-Cartier, où j’avais l’honneur de partager la tribune avec Gilles Vigneault et Lucien Bouchard.

Le ministre Claude Ryan avait minimisé ce déploiement en disant que, bof, 60 000, c’était seulement 1 % des Québécois. Il a concocté une loi 101 châtrée avec sa loi 86 pour obéir aux diktats de la Cour suprême.

Remède de cheval

Vous voyez bien que je parle d’une autre époque. De nos jours, les raisons sociales en anglais sont endémiques. Il y a des menus bilingues (anglais-mandarin). Et des employés de la SAQ se croient intelligents de dire « Suivant-Next » en plus de l’imbuvable « Bonjour-Hi »...

À Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la francisation, je suggère d’administrer un « remède de cheval » à notre Québec. Pourquoi ne pas proposer rapidement quelque chose dans l’esprit de Camille Laurin, pour un Québec vraiment officiellement français, quitte à utiliser la clause dérogatoire ? Yves-François Blanchet du Bloc québécois applaudirait. Qu’en diraient cependant les Trudeau/Scheer/Singh/May/Bernier ? On veut le savoir ! De toute façon, on peut s’attendre à beaucoup de « Quebec bashing » dans cette sale campagne.

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions