/sports/football/alouettes
Navigation

Elie Bouka comprend Mathieu Betts

Elie Bouka
Photo d'archives, Dario Ayala Elie Bouka

Coup d'oeil sur cet article

REGINA | Au cours des dernières semaines, on a suivi les moindres faits et gestes de Mathieu Betts au camp des Bears de Chicago. Après avoir été retranché, l’ancien du Rouge et Or de Laval vient de signer un contrat avec les Eskimos d’Edmonton. S’il y en a un qui peut se mettre dans les chaussures de Betts, c’est le Québécois Elie Bouka.

Le demi défensif a effectué deux séjours dans la NFL au cours des dernières années. Le premier avec les Cardinals de l’Arizona et le deuxième avec les Eagles de Philadelphie. Dans les deux cas, il n’a pas été en mesure de participer à un match de saison régulière.

Il sait très bien comment Betts peut se sentir depuis qu’il a été libéré par les Bears.

« Il y a deux façons de voir la situation, a expliqué Elie Bouka qui a le même agent que Betts (Sasha Ghavami). La première est de venir dans la LCF avec la mentalité d’y retourner dès que possible.

« La deuxième est de le voir comme une opportunité de jouer au football. Mathieu a une très belle occasion qui se présente à lui à Edmonton. Soit tu vois trois ans plus tard ou tu vois le moment présent. Je choisirais la deuxième option si j’étais lui. »

Lors de son premier séjour dans la LCF, Bouka reconnaît qu’il a fait l’erreur de se concentrer uniquement sur un retour éventuel dans la NFL. « Il faut que tu te concentres sur ce qu’il y a devant toi. Si tu le fais, tu vas mieux performer et tu seras plus heureux. »

Une tâche ardue

Faire carrière dans la NFL est un objectif très difficile à atteindre. Bouka peut en témoigner.

« Si on regarde le cas de Mathieu, il s’est retrouvé dans une équipe (les Bears) qui avait déjà plusieurs chasseurs de quarts. Ce n’était pas facile.

Il faut savoir qu’il y a beaucoup d’universités aux États-Unis. Ce n’est pas comme au Canada. Il y a tellement de joueurs qui veulent avoir la chance de jouer au football. Puis, il y a les joueurs repêchés qui ont la priorité sur les autres.

« D’avoir la chance de prendre part à un camp de la NFL, c’est un exploit en soi. C’est difficile d’expliquer à quel point c’est difficile. »