/news/society
Navigation

Gaspésie: des œuvres avec leurs cordes de bois

Les citoyens de cinq municipalités de la Gaspésie ont créé des sculptures dans le cadre d’un festival

Coup d'oeil sur cet article

Des Gaspésiens rivalisent d’originalité en créant des œuvres inusitées avec leur bois de chauffage, histoire d’attirer des visiteurs.

L’an passé, 150 œuvres créées à partir de bois de chauffage ont été réalisées dans le cadre d’un premier «Festival des cordes de bois». Les cinq villages de la région de Matapédia et Les Plateaux ont décidé de s’y atteler pour une deuxième année. 

En cette période où ceux qui chauffent leurs maisons au bois sont à monter leurs cordes de façon traditionnelle, les résidents de cette partie de la Gaspésie s’en donnent à cœur joie et se montrent plutôt créatifs. 

Pelle mécanique, saumon, tours, portée musicale... les idées ne manquent pas. Une résidente a même créé plusieurs petits tableaux représentant les Fables de La Fontaine. 

Photo Facebook

Le festival a pour but d’amener des curieux à faire le tour des villages, mais aussi de créer des liens entre les gens des cinq villages, Saint-Alexis-de-Matapédia, Saint-André-de-Restigouche, Saint-François-d’Assise, L’Ascension-de-Patapédia et Matapédia. 

«On n’a jamais vu du trafic de même, on n’a jamais vu ça quatre autos devant une maison qui attendent pour avoir leur tour. J’ai appelé le ministère des Transports, entre autres, pour mettre des cônes orange dans une section», dit l’une des organisatrices Sylvie Gallant. 

Comme cette région est éloignée de la route 132, qui est le trajet traditionnel pour visiter la Gaspésie, le festival devient une opportunité pour faire déplacer des touristes. 

«Un monsieur nous a dit qu’il était venu trois fois de Montréal. J’ai fait rouvrir des cantines, j’ai fait prolonger des saisons aux restaurants. Les gens débarquent des autos et jasent avec les gens. Une dame, une fois, a passé l’après-midi», ajoute Mme Gallant. 

Le point culminant de l’événement aura lieu du 20 au 22 septembre, avec des activités dans chacun des villages : spectacles, concours, expositions et déjeuner des Gueules de Bois. La visite des cordes de bois se poursuit jusqu’à la fin octobre. 

Laura Chouinard réfléchissait à son projet depuis la fin du dernier festival et a pris 80 heures à tout monter.

«C’est accessible et c’est la folie de l’originalité. On cherchait un festival qui rejoint tout le monde à tous les niveaux. Dans toutes les rues, il ne faut rien manquer, il y en a partout. Le créatif dans Matapédia et Les Plateaux, on est bon là-dedans», a raconté Mme Chouinard.