/sports/football/alouettes
Navigation

L’heure de régler des comptes

Les Alouettes affrontent la Saskatchewan samedi soir à Regina

Le duel du 9 août dernier entre les Roughriders et les Alouettes au Stade Percival-Molson a été très intense.
Photo d’archives, Toma Iczkovits Le duel du 9 août dernier entre les Roughriders et les Alouettes au Stade Percival-Molson a été très intense.

Coup d'oeil sur cet article

REGINA | Lorsqu’ils sauteront sur le terrain du Mosaïc Stadium samedi soir, les joueurs des Alouettes et des Roughriders de la Saskatchewan auront des choses à prouver à l’adversaire.

Les Alouettes voudront venger leur défaite crève-cœur subie au Stade Percival-Molson contre ces mêmes Riders, le 9 août dernier. Les autorités de la Ligue canadienne avaient arrêté la rencontre dans les dernières minutes du troisième quart en raison des orages.

Une décision que les joueurs de Khari Jones n’ont toujours pas digéré.

« La défaite contre eux nous a laissé un goût amer en bouche, a mentionné Kristian Matte. Pour nous, ce n’est pas un match complet. On n’a pas bien joué, mais on sait que le quatrième quart est souvent notre meilleure portion du match.

« Pour cette raison, on veut être agressifs dès le départ et démontrer que le résultat aurait pu être différent la dernière fois. »

« On aura certains comptes à régler lors de ce match, a ajouté Jean-Samuel Blanc. Ç’a été un duel physique et défensif le mois dernier. Je m’attends à ce que les attaques soient plus efficaces. »

Une foule hostile

Les partisans des Roughriders sont les plus bruyants de la LCF surtout depuis qu’ils ont déménagé dans leur nouveau domicile. Samedi soir, les joueurs des Alouettes savent très bien qu’ils devront connaître un bon départ afin de les garder les plus silencieux possible.

Le quart Vernon Adams fils connaît bien cette foule, car il a joué pour les Riders en 2017.

« Je devrai rester concentré sur ce que j’ai à faire sur le terrain, a-t-il souligné. Je crois que j’ai réussi à le faire depuis le début de la saison à travers nos hauts et nos bas. C’est un stade bruyant et on devra rester ensemble. »

Lors du premier rendez-vous entre les deux équipes, les Alouettes avaient dû se débrouiller sans Adams, le porteur de ballon William Stanback et le receveur DeVier Posey. Ce ne sera pas le cas samedi soir et ça pourrait changer la donne.

« On doit tenter de garder leur défensive sur les talons en présentant une attaque diversifiée, a expliqué le joueur de centre. Si on obtient du succès lors des premiers jeux, on sera davantage en mesure d’exécuter notre plan de match.

« Il faut limiter nos erreurs et jouer du football constant. Parfois, lors de certains quarts, on dirait qu’on ne sait plus jouer au football. Ici, je crois que c’est le meilleur endroit pour lancer un message. »

En fin de journée, les Alouettes ont reçu une bonne nouvelle. L’ailier défensif des Riders, Charleston Hughes, ne sera pas en uniforme. Les locaux ont laissé planer le mystère le plus longtemps possible avant de rendre le tout officiel.

Ce sont les joueurs de la ligne offensive qui pousseront un soupir de soulagement. Hughes est une menace constante pour le quart adverse. D’ailleurs, il est le meneur de la LCF avec 13 sacs.

Du respect

Avec ce qu’ils ont accompli depuis quelques semaines, les Alouettes sont gonflés à bloc pour cette rencontre. Leurs adversaires les respectent au plus haut point.

« Les Alouettes ont une très bonne équipe, a mentionné le quart des Riders, Cody Fajardo. Ils jouent du bon football.

« Je m’attends à un duel physique. Ils feront tout ce qui est possible pour mettre de la pression sur notre attaque. De leur côté, ils voudront contrôler le rythme de la rencontre et du cadran en courant avec le ballon. »

Les Riders voudront remettre les pendules à l’heure après avoir encaissé une dure défaite à Winnipeg la semaine dernière.

« C’est une opportunité pour nous de rebondir, a ajouté le Québécois Elie Bouka. On a une bonne équipe et on s’approche de la fin de saison. On doit commencer à jouer notre meilleur football. »

 

Le duel sous la loupe

  • Alouettes / Roughriders
  • Mosaïc Stadium, 19 h

Une première depuis 2012 ?

Le duel du 9 août dernier entre les Roughriders et les Alouettes au Stade Percival-Molson a été très intense.
Photo d’archives, AFP

Les Alouettes ont remporté deux de leurs trois derniers matchs à Regina. Assez surprenant si on tient compte de leurs déboires des dernières années. Samedi soir, ils tenteront de signer une deuxième victoire de suite sur le terrain des Roughriders pour la première fois depuis 2012. Qui était le quart des Montréalais ? Anthony Calvillo.

Ackie et Ryan n’y seront pas

Le duel du 9 août dernier entre les Roughriders et les Alouettes au Stade Percival-Molson a été très intense.
Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

On avait de gros doutes sur la présence du secondeur Chris Ackie et celle du spécialiste des retours de bottés Shakeir Ryan pour le match de samedi soir. Il fut confirmé vendredi matin qu’ils ne seront pas en mesure d’y prendre part. Si la blessure d’Ackie semble mineure, celle de Ryan est plus sérieuse, son nom ayant été placé sur la liste des blessés pour six rencontres. Contre les Riders, Quan Bray et Shaquille Murray-Lawrence seront utilisés sur les retours de bottés. Murray-Lawrence sera aussi utilisé au poste de porteur de ballon derrière William Stanback.

Pas facile pour Lavoie

Le duel du 9 août dernier entre les Roughriders et les Alouettes au Stade Percival-Molson a été très intense.
Photo d’archives, Martin Alarie

Les années se suivent, mais ne se ressemblent pas pour le centre-arrière Patrick Lavoie. Le Québécois n’a pas encore disputé un seul match depuis le début de la saison en raison d’une blessure mystérieuse. Son nom est sur la liste des blessés depuis la fin du camp d’entraînement.

La belle histoire de Fajardo

Le duel du 9 août dernier entre les Roughriders et les Alouettes au Stade Percival-Molson a été très intense.
Photo d’archives, Toma Iczkovits

Vernon Adams fils affrontera un quart qui a un cheminement semblable au sien. Cody Fajardo a roulé sa bosse avant de se faire une place de choix avec les Roughriders de la Saskatchewan. Au cours de ses trois premières saisons dans la LCF, il était surtout utilisé sur les situations de courts gains. Cette année, il prouve qu’il peut lancer le ballon avec ses 2608 verges de gains et ses neuf passes de touché.