/news/provincial
Navigation

Le téléphone ne dérougit pas à l’hôtel de ville

s
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES Régis Labeaume. Maire de Québec

Coup d'oeil sur cet article

L’intérêt des citoyens pour reprendre les sièges du Colisée Pepsi avant sa démolition est très grand, a révélé Régis Labeaume.

C’est ce que le maire de Québec a indiqué, vendredi matin, en impromptu de presse. « Semble-t-il qu’on est débordés d’appels téléphoniques pour les bancs, a-t-il fait savoir. Je n’aurais peut-être pas dû le dire. Vendredi, des gens sont venus me dire : “Pourquoi vous ne les vendez pas ? Je voudrais en avoir un dans mon salon”. On va regarder ça. »

Faut-il comprendre que les bancs, les bandes ou le tableau afficheur seront vendus ? « Ce ne sera pas cher [...] On verra ce que ça vaut. S’il y a des gens qu’on peut aider, on va les aider », a assuré M. Labeaume.

« Pas chérant »

Lundi, lors de la confirmation de la démolition prochaine du vieil édifice inauguré en 1949, le maire de Québec avait mentionné que les sièges seraient vendus.

« S’il y en a qui veulent des sièges, c’est le temps de nous appeler. On est prêts à donner tout ce qu’il y a là-dedans. Il y a le tableau indicateur... je ne sais pas si ça vaut quelque chose. On n’est pas chérant. On va le dire comme ça. Ça ne coûtera pas cher », avait lâché Régis Labeaume à ce moment-là.