/finance/business
Navigation

Vente à Stryker Corporation: les actionnaires de TSO3 sous pression

Coup d'oeil sur cet article

La direction de TSO3 fait pression sur les actionnaires pour qu’ils votent en faveur de la vente de la compagnie au géant américain Stryker Corporation. Sans quoi les liquidités de l’entreprise pourraient en souffrir et une restructuration serait envisagée.

Jeudi, dans un communiqué, l’entreprise dont le siège social est basé à Québec a révélé l’impact d’un rejet de la proposition par les actionnaires.

Le montant de la transaction s’élève à 68,4 millions de dollars canadiens, soit une offre de 0,43 $ par action.

Frais « incompréhensibles »

« Si les actionnaires de la société n’approuvent pas l’arrangement à l’assemblée extraordinaire [...], la société sera tenue de payer, en plus de ses propres coûts d’opération et des frais engagés dans le cadre de l’arrangement, les dépenses engagées de 1 367 000 $ CA à Stryker », explique TSO3.

« C’est incompréhensible. Ce n’est pas normal de payer leurs frais si l’offre n’est pas conclue. Cela n’a pas de sens », déplore Robin Savard, actionnaire de l’entreprise.

En raison de cette facture de plus d’un million de dollars, la compagnie ne respecterait plus une clause restrictive en matière de liquidités minimales de cinq millions de dollars prévue en vertu de certaines ententes de financement avec son prêteur principal.

La direction mentionne que cette situation la forcerait à examiner d’autres possibilités de restructuration, afin d’assurer sa santé financière.

« Ce qui pourrait avoir d’importantes conséquences défavorables pour les actionnaires », préviennent les patrons de TSO3.

Recommandation unanime

Au cours des dernières semaines, le conseil d’administration de TSO3 a recommandé à l’unanimité l’offre présentée par une filiale de la compagnie américaine. Les agences de conseil ISS et Glass Lewis abondent aussi dans le même sens.

L’assemblée extraordinaire se tiendra le 23 septembre 2019, à Montréal.

Au cours des dernières années, TSO3, spécialisée dans les technologies de stérilisation des dispositifs médicaux pour les établissements de santé, a vu son action dégringoler à la Bourse de Toronto. En juillet 2016, elle (TSX : TOS) s’échangeait à plus de 3,60 $. Aujourd’hui, elle vaut 0,42 $.

En août, dans une entrevue avec Le Journal, la direction n’était pas en mesure de dire si les nouveaux propriétaires souhaitaient conserver les installations à Québec.

La compagnie possède aussi des bureaux à Myrtle Beach, en Caroline du Sud.

Récemment, plusieurs actionnaires ont souligné que l’offre de Stryker était insuffisante en raison de la valeur de la propriété intellectuelle de TSO3.

La Caisse de dépôt et placement du Québec détient plus de 10 % des parts de l’entreprise fondée en 1998.